#ProD2 Le FCG stoppé à Biarritz

Après quatre victoires consécutives, la série s’est arrêté à Biarritz pour les Grenoblois défaits 22 à 13.

Le FCG voulait prendre sa revanche sur sa défaite à domicile en décembre dernier contre le Biarritz Olympique, actuel troisième du championnat. Mais dès les premières minutes, les Biarrots posaient leurs mains sur le ballon et cantonnaient les Grenoblois dans leurs propres 22 mètres. Ils provoquaient l’indiscipline iséroise et prenaient rapidement les commandes au score grâce à deux pénalités de Gilles Bosch, ancien de la maison FCG. Les Grenoblois peinaient toujours à se dégager et sur un énième assaut, les Biarrots s’en allaient inscrire le premier essai de la partie par le troisième ligne Jalagonia, bien décalé à l’aile. Mais sur leur première incursion dans les 22 mètres adverses, les Grenoblois revenaient dans la partie. Après une touche bien captée – fait rare dans ce premier acte – et deux temps de jeu, le ballon allait jusqu’à l’aile où Jonathan Bousquet pour son grand retour jouait parfaitement le deux contre un et décalait Karim Qadiri pour son quatrième essai de la saison. Et alors que l’on sentait les Isérois revigorés et qu’ils se retrouvaient à jouer en supériorité numérique suite à l’expulsion temporaire de Furno, ils se montraient à nouveau imprécis et indisciplinés laissant le soin à Gilles Bosch de redonner sept points d’avance aux siens à la sirène (14-7).

Mas bien que réduits à quatorze, ce sont bien les Basques qui entamaient de meilleure manière la seconde période. Sur une passe au pied de l’ouvreur biarrot, Enzo Selponi se faisait surprendre par le rebond laissant champ libre à Steeve Barry pour aller marquer un nouvel essai. Mais les Grenoblois dans un sillage d’un Deon Fourie exceptionnel, reprenaient leur marche en avant. Jonathan Bousquet concrétisait le retour aux affaires des Rouge et Bleu en marquant six nouveaux points. Malheureusement, l’indiscipline changeait à nouveau de camp et James Hart, fraichement entré, marqué trois points donnant neuf points d’avance à ses coéquipiers. Si les Grenoblois remettaient la pression sur leurs adversaires, Jonathan Bousquet, jusqu’ici impeccable face aux perches, manquait deux pénalités coup sur coup dans les dernières minutes, scellant le sort du match.

Au classement, bien que les Grenoblois profitent dans le même temps de la défaite de Nevers pour ne pas se laisser distancer, la victoire de Montauban les voit revenir à hauteur du FCG. La réception de Colomiers, cinquième, la semaine prochaine sera lourde de conséquence.

 

Cerfrance - Echirolles