Thibault Nier (Yeti’s Grenoble) : « On souhaite encore plus miser sur notre jeunesse »

Président des Yeti’s Grenoble, Thibault Nier s’est confié à #LSD. Conséquence du confinement, mercato compliqué et jeunesse au pouvoir, il nous dit tout ! 

On s’était quitté au début du confinement dans l’incertitude. Comment le club a vécu cette période particulière ? Les conséquences ont-elles été importantes pour les Yeti’s ?
C’est compliqué d’avoir une réponse à ça. La saison s’est arrêtée et la nouvelle n’a pas reprise. On fait des plans sur la comète pour cette nouvelle année mais pour l’instant, on n’a eu aucun retour ou retombée. On sait juste que tout s’est arrêté. Après, notre chance est que le club a les reins solides et financièrement, on a pu tenir le coup. Nous avons pu payer tout ce que nous devions. On est satisfait que grâce à une bonne gestion, on s’est sorti de cette période. Après, les inscriptions sont dans un mois et on se demande si on ne va pas avoir de surprises sur une baisse des licenciés.

Pour parler de l’équipe Elite, les américains sont partis au début du confinement. Cela doit être compliqué de recruter des étrangers pour cette nouvelle année avec la tendance différente du virus dans le monde ?
L’intersaison est très compliquée de ce point de vue là. Nous n’avons aucune touche de joueurs étrangers et tout le monde est très frileux à l’idée de se relancer. Il faut être honnête aussi mais la tendance actuelle du COVID-19 montre que cela peut-être encore compliqué. Je comprends aussi que cela fasse peur aux joueurs de venir en France avec le contexte actuel.

Comment tu imagines la reprise du roller-hockey ?
Pour l’instant, on ne voit pas grand chose. Les décisions sont changeantes chaque mois (masque, accès aux vestiaires). La priorité, c’est la santé de tous et on fera ce qu’on nous demande de faire. Je souhaite vraiment que tout le monde applique les règles à la lettre. Dans une période aussi complexe et « dangereuse », je ne veux pas qu’on joue avec la santé de nos athlètes. Je pense aussi à la reprise pour nos supporters. Il faudra faire comprendre à tout le monde qu’il faut respecter la distanciation sociale, porter le masque. On sera là pour appliquer les consignes de la FFRoller, des médecins.

Justement, imagines-tu une saison de Roller-Hockey à huis-clos ?
Une saison de huis-clos serait complexe. Je ne l’imagine pas forcément mais si on nous l’impose, on respectera cela. Après, je pense que ça tuera certains clubs qui vivent avec l’argent des buvettes et des matchs. Pour nous, je pense aux matchs de l’Elite mais pas que. Si ces rencontres sont à huis clos, les journées jeunesse avec six, huit équipes ne pourront pas avoir lieu.

Les projets du club (sport adapté, jeunesse, …) ont pu continuer à avancer durant cette période particulière ?
Concernant le sport adapté, le problème qui s’est passé, c’est qu’avec les distanciations sociales, ce n’est pas évident d’encadrer les joueurs. Mais cette section continuera, c’est un engagement du club. On a réussi avant l’arrêt à faire de jolis événements avec cette section. Concernant notre projet jeunesse, il continue à évoluer. Vu qu’il risque de ne pas y avoir d’étrangers l’an prochain, on souhaite encore plus miser sur notre jeunesse et notre centre de formation pour cette saison. C’est une réelle volonté pour les Yeti’s de prouver qu’on peut bien vivre en Elite avec un bon centre de formation et pas qu’avec l’argent ! 

 

 

LSD