Le FCG suspend ses joueurs concernés par l’enquête sur l’affaire de viol à Bordeaux

Par un communiqué que vous trouverez ci-dessous, le FCG Rugby annonce la mise à pied à titre conservatoire des joueurs concernés avant même le début des auditions. Le FCG précise que ses joueurs sont bien-entendu présumés innocents.

Selon nos informations, la mise à pied pourrait concerner 5 à 6 joueurs de l’effectif grenoblois.

Les joueurs vont être entendu dans le cadre d’une « enquête pour flagrance ». Cette notion de flagrance se caractérise par l’urgence d’une situation, et se restreint aux crimes et délits punis d’une peine d’emprisonnement. L’enquête de flagrance donne alors des pouvoirs plus importants aux enquêteurs.

 

La police judiciaire de Bordeaux a informé le FC Grenoble Rugby que des joueurs de son effectif professionnel allaient être entendus la semaine prochaine dans le cadre d’une « enquête pour flagrance » ouverte dimanche 12 Mars dernier à Bordeaux. Le club répondra à toute sollicitation de la justice afin de concourir à la manifestation de la vérité.

Afin de protéger le club et son personnel et d’éviter tout amalgame entre cette enquête, qui relève de comportements individuels et privés, et le FC Grenoble Rugby, nous avons décidé de mettre immédiatement à pied à titre conservatoire les joueurs concernés avant même qu’ils soient auditionnés.
Le FC Grenoble Rugby tient, par ailleurs, à préciser que les joueurs qui seront entendus sont présumés innocents et que le Club ne se substitue en aucun cas à la justice ; l’enquête de police étant la seule à même de déterminer les implications des uns et des autres.

Le FC Grenoble Rugby est profondément affecté par ces événements qui ne correspondent en aucun cas aux valeurs que nous défendons et auxquelles nous croyons fermement.

MRB