Etoioutai avec Felix Petit et Francis Charland

Le départ de Felix Petit avait étonné le grand public Très apprécié des supporters, Felix s’est retrouvé cette année à Bordeaux, avec un autre ancien grenoblois, parti des BLD pour Rouen, le québécois Francis Charland.
LSD prend des nouvelles :

 

Comment allez-vous depuis votre départ de Grenoble?
Felix Petit : Je suis resté 2 ans à Grenoble, c’étaient mes deux premières années en France. On a commencé avec ma femme à se faire des amis, à s’adapter à Grenoble… Mais Bordeaux, ça reste une très belle ville. L’équipe a tout fait  pour faciliter notre adaptation. Dans l’ensemble s’est bien passé.
Francis Charland : Ça va bien, je pense que j’ai eu deux belles saisons depuis que je suis partie, l’année dernière à Rouen et puis cette année à Bordeaux. Deux expériences différentes, c’est sur que cette année, nous étions promus en Magnus, il fallait donc de l’adaptation et de l’organisation pour tout le monde, mais je pense que le bilan à la fin de la saison est quand même positif. On peut repartir sur des bonnes bases pour l’année prochaine.

Bordeaux en Magnus, c’est beaucoup de longs déplacements, n’est-ce pas trop compliqué?
Felix Petit : Pour ça, je crois que Grenoble est le meilleur club et nous le pire! En coupe de la Ligue avec Grenoble, nous avions l’habitude de faire des petits déplacements comme Briançon, Gap… en aller-retour. Cette année avec Brest et Angers comme déplacements les plus rapides, c’est assez different.
Francis Charland : C’est certain qu’au niveau des déplacements il faut une adaptation aussi. Parfois c’est un peu plus de fatigue que les autres équipes. Mais on s’y fait avec le temps, de toute façon, il faut faire avec parce que c’est quelque chose qu’on ne peut pas contrôler. 

Pas de regrets d’avoir quitté vos anciens clubs pour jouer en plaidowns avec Bordeaux?
Felix Petit : Non, on a eu un bon début de saison, le petit creux au mois de décembre nous fait quand même mal c’est certain. Mais on finit bien. C’est vrai que c’est décevant pour nous de ne pas jouer des playoffs. Mais encore une fois, on finit sur une bonne note en terminant premiers des playdowns.
En tout cas, j’aimerais rester à Bordeaux. Après c’est le temps des transferts qui commence. On ne sait jamais ce qu’il peut arriver. On n’a pas eu beaucoup de contacts pour le moment. C’est le sport professionnel, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver.
Francis Charland : Non, il n’y a pas de regrets, comme je l’ai dit, c’est la première année, et l’année prochaine on prévoit déjà des belles choses. Malgré le fait que Grenoble et Rouen soient deux grandes équipes, je pense qu’ici, il y a quand même un beau budget pour travailler. Nous avons les moyens pour monter une belle équipe l’année prochaine avec un nouveau coach qui arrive. L’avenir est prometteur.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CERFrance