#ProD2 Le VRDR réalise l’exploit face à Vannes !

Quel scénario et quel exploit fantastique a signé le VRDR ! Face aux leaders du championnat, Vannes, qui n’avait connu la défaite qu’à une seule reprise hors de ses bases, a dû courber l’échine et offre une victoire (32-31) ô combien précieuse dans l’optique du maintien.

Il est coutume de dire qu’il faut se méfier de l’équipe qui n’a plus à rien perdre. Certainement que les Vannetais ont été un quelque peu « légers » quant à l’appréhension de ce match où les Drômois n’ont montré aucun complexe face aux leaders du championnat avant le début de cette journée. Ce sont les Damiers qui ont donc inscrits les premiers points de cette rencontre par Lucas Chouvet récompensant la détermination des siens dans cette rencontre des extrêmes. C’était la pique dont avait besoin les Bretons pour se lancer dans cette rencontre puisque leur ailier Curtis s’en allait aplatir le premier essai du match peu avant le quart d’heure de jeu.

Loin d’être découragés, les Damiers repartaient de plus belle et suite à une superbe percée de Scalese, le second centre servait son compère Lucas Mensa pour inscrire son deuxième essai personnel de la saison. La transformations réussie, les Vannetais occupaient pendant de longues minutes les 22 mètres adverses. Le talonneur Leafa avait bien cru redonner l’avantage aux siens avec un nouvel essai mais la vidéo viendra contredire cette décision révélant un en-avant au préalable. Bien que dominés, les Damiers se montraient pugnaces et solidaires en défense. Suffisamment pour frustrer les ambitions d’essai de leurs adversaires mais pas assez pour les empêcher de revenir à hauteur.

Mais alors que les deux équipes évoluaient à quatorze contre quatorze, la dernière balle d’attaque était en faveur des Drômois. Après un bon travail de Colliat puis de Badiu dans les 22 mètres adverses, le ballon était éjecté vers les extérieurs où Segundo Tuculet se fera… intercepter. La sentence, terrible et impitoyable, sera prononcée quatre-vingt-dix mètres plus loin entre les poteaux et exécutée par le second centre breton Holder. Les Damiers rentraient donc aux vestiaires avec sept point de retard avec mauvais goût d’amertume d’un premier acte valeureux mais mal conclu (10-17).

Et alors que les Bretons réattaquaient cette deuxième période en supériorité numérique, ils ont profité des espaces pour marquer leur troisième essai par Bruni dès l’entame du second acte. De quoi assommer le VRDR ? Certainement pas car, à l’aube de la dernière demi-heure, Jeremy Scalese, particulièrement en vue ces dernières semaines, se voyait enfin récompensé de ses efforts en allant aplatir son premier essai de la saison. Dans la continuité de cette action, les Drômois appuyaient sur l’accélérateur contraignant les Vannetais à basculer dans l’indiscipline. Lucas Chouvet inscrivait trois nouveaux points pour revenir dans les clous du bonus défensif (20-24, 54′). Mais à l’heure de jeu, la pression s’accentuait sur l’en-but des locaux. Et face à la puissance de Rodrigo Bruni, coéquipier en sélection argentine de Lucas Mensa, la défense ne put rien laissant le troisième ligne centre signer son deuxième essai de la soirée.

Toutefois, les Damiers refusaient de baisser la tête. Les Bretons, une nouvelle fois réduits à quatorze, subissaient les assauts des Dauphinois et sur une pénaltouche, Jody Jenneker, pour son retour après six semaines d’absence, redonnait espoir aux siens en s’écroulant dans l’en-but après l’avancée du groupé pénétrant. Le dernier quart de jeu se profilait et si la transformation était manquée, le VRDR était à nouveau à portée d’une victoire (25-31, 64′). Et malgré l’exclusion temporaire de Jérémy Scalese, les Drômois faisaient feu de tout bois. Quentin Gobet était tout proche d’aplatir le ballon dans l’en-but mais ce n’était que partie remise. Deux minutes plus tard, Willy N’Diaye transperçait le rideau défensif et permettait à Van Lill d’inscrire le quatrième essai des Damiers de la rencontre. Et, en drop, Mathieu Lorée marquait les deux points supplémentaires de la transformation permettant au VRDR de reprendre l’avantage au score à cinq minutes de la fin de la partie pour un petit point d’avance.

Les dernières minutes étaient irrespirables mais les Drômois obligeaient leurs adversaires à relancer l’ultime munition depuis leurs 22 mètres. Un effort vain pour un immense soulagement chez les Damiers qui reviennent à deux points du premier non relégable, Provence Rugby, et qui peuvent croire plus que jamais à un maintien qui semblait inaccessible il y a encore quelques semaines.

Cerfrance - Chatte