#ProD2 Le FCG s’impose à Oyonnax après un match hallucinant !

Malgré un retard de 21 points à la mi-temps, le FCG est allé chercher la victoire à Oyonnax sur le score de 35 à 27, le premier succès à l’extérieur de la saison.

Qui aurait pu prédire un tel final ? Car dès les premières instants, la soirée n’augurait rien de bon pour les Rouge et Bleu. Après seulement deux minutes de jeu, Oyonnax marquait le premier essai de la partie par l’ailer Taylor Paris après un jeu au pied de Cassang faisant suite à coup de pied de Glénat contré. Même si les Grenoblois ont semblé davantage volontaires dans le jeu en n’hésitant pas à mettre du rythme dans le sillage d’un Florian Zupan très intéressant pour sa première titularisation avec les pros, ils ont malgré tout trop subi en défense pour contrer la puissance adverse. Ainsi dès la vingtième minute de jeu, l’USO empochait déjà le point de bonus offensif grâce à deux essais en force par Taieb et Laclayat. Et même si les coéquipiers de Steeve Blanc-Mappaz, capitaine du soir, ont passé du temps dans les 22 mètres de leurs adversaires, ils n’ont jamais su trouver la faille rentrant aux vestiaires avec déjà un retard conséquent au tableau d’affichage (24-3).

Mais en deuxième période, les Grenoblois voyaient leurs belles intentions enfin récompensées. Après seulement trente secondes de jeu, Karim Qadiri, si souvent frustrés dans la première partie de saison, marquait son premier essai en Pro D2. Six minutes plus tard, c’est Jean-Charles Orioli, qui s’écroulait sur la ligne après un très bon groupé pénétrant. Revigorés par cette entame de second acte et revenus à neuf points, les Isérois maintenaient la pression dans le camp oyonnaxien en enchainant les temps de jeu et obligeant les joueurs de l’Ain de se mettre à la faute. Après trois points inscrits par Selponi, Julien Ruaud terminait à son tour dans l’en-but, son premier essai pour sa première titularisation. Les Grenoblois prenaient pour la première fois du match l’avantage au score mais l’ouvreur Le Bourhis permettait aux siens de reprendre la main au score grâce à trois nouveaux points, leurs premiers et seuls points de la deuxième mi-temps. Mais viendra l’heure de l’ouvreur grenoblois Enzo Selponi de se mettre en évidence dans les dernières minutes. D’abord en convertissant une pénalité de plus de quarante mètres avec l’aide de la barre transversale puis en allant marquer le dernier essai des siens à deux minutes de la fin de la partie.

Les Grenoblois reviennent donc de l’Ain avec les quatre points de la victoire et surtout des certitudes sur leur état d’esprit. A confirmer la semaine prochaine contre Soyaux-Angoulême.

Nissan