#ProD2 Stéphane Glas : « Pas notre plus mauvais match »

Une nouvelle fois, il y avait beaucoup de soulagement au sortir des vestiaires hier après cette victoire périlleuse contre Rouen (21-15). Malgré la prestation d’ensemble très moyenne, l’entraineur en chef du FCG Stéphane Glas n’estime pourtant pas que le contenu soit si déficient. Un avis évidemment motivé par le manque de préparation généré par les nombreux cas de Coronavirus au sein de l’équipe. Si Jonathan Bousquet s’agace du manque de constance répété des siens, il s’accorde avec son coéquipier Ange Capuozzo pour souligner l’état d’esprit. Ce dernier revient également sur son poste nouveau d’ouvreur de fortune. 

Stéphane Glas, manager général du FCG : « Une de fois de plus, on s’est fait peur. Même plus que ça… Bravo aux joueurs. Comme je leur ai dit après le match, souvent on dit dans des scénarios comme celui-ci que les mecs sont allés chercher la victoire, là je trouve qu’on a plutôt refusé la défaite. On a refusé de rompre complètement. On sait qu’on est dans une période un peu dure, un peu sur un fil. On peut basculer du mauvais côté du tableau ou peut-être revenir tout doucement et, pour ça, il faut refuser de céder. Ils ont montré beaucoup de valeurs mentales parce que ce n’était pas un match évident et aller se le chercher comme ça sur une fin de match, bravo à eux.
Aujourd’hui c’était compliqué parce qu’il manquait beaucoup de monde et des joueurs qui n’étaient pas à leur poste. Je pense au poste de 10 qui est très important où Ange a plutôt bien dépanné mais pour qui ça a été difficile. On ne s’était pas entrainé collectivement pendant un petit moment, on a recommencé que lundi sans rien faire ensemble depuis 15 jours. Malgré ça, sur le match, on a peut-être fait quelques erreurs mais c’est même pas notre plus mauvais match de la saison. On a quand même fait de bonnes choses sur l’ensemble du match. Après on se fait peur parce qu’on est mené, parce qu’on arrive pas à se détacher, parce qu’on nous refuse l’essai de Qadiri parce qu’il y a un petit en-avant, on manque une ou deux pénaltouches peut-être importantes… A partir de là, ça devient plus compliqué mais je trouve quand même que ce n’est pas notre plus mauvais match de la saison. Loin de là. »
Sur Benito Masilevu, auteur de l’essai victorieux à la dernière minute : « Il a cette qualité de finisseur. Il en est déjà à son cinquième essai en neuf matchs ce qui est une bonne moyenne pour un joueur. Il est capable de faire des différences individuelles. On l’avait aussi pris pour ça, clairement. Bravo à lui mais c’est le résultat de l’état d’esprit du reste de l’équipe qui voulait aller chercher quelque chose aujourd’hui. »

Jonathan Bousquet : « Le problème, c’est notre inconstance »

Jonathan Bousquet, arrière : « Cette victoire fait du bien parce que ça a été dur. Encore une fois, on manque de constance dans le match. On fait des choses très bien et des choses catastrophiques… Le constat est qu’on sort un match à quatre points et comptablement, c’est bien. Mais il y encore du travail. Après, Rouen avait fait de grosses sorties. A Oyonnax, ils perdent de peu, à Colomiers, ils se sont battus comme des chiens, à Perpignan, pareil… C’est une équipe qui fait du mal quand elle se déplace et ils ont fait mal encore aujourd’hui et on les gagne sur le fil.
Sur l’état d’esprit, depuis le début de saison, c’est comme ça : à Vannes on va prendre un point à la fin, contre Montauban, on prend le nul ici. C’est un peu notre leitmotiv de ne rien lâcher. Le problème c’est notre inconstance. On va maitriser pendant vingt minutes et derrière faire plein de petites erreurs. Il va falloir gommer des trucs et aller chercher cette sérénité sur 80 minutes pour avoir un match référence et construire la suite. »

Ange Capuozzo : « On n’a pas un caractère à se laisser faire »

Ange Capuozzo, ouvreur de fortune : « Déjà je voudrais dire que Rouen est une équipe qui a posé énormément de problèmes à ses adversaires à l’extérieur donc on peut savourer cette victoire. Il y a beaucoup de joie. Elle est mesurée parce qu’on va la chercher dans les dernières minutes et que ce n’est pas parfait de la première à la 80ème minute mais en tout cas bien sûr que c’est un ouf de soulagement. On est très content de cette victoire. C’était un match de reprise quand même pour nous. J’avais dit plus tôt dans la semaine qu’on avait beaucoup d’énergie et on a eu beaucoup d’énergie pendant le match. Mais il manquait ce rythme de match et ces difficultés qu’on ne rencontre qu’en match et non à l’entrainement.
Quand on a été mené de quatre points à quinze minutes du terme, à l’image de notre début de saison, on n’a pas baissé les bras. On n’a pas un caractère à se laisser faire. Encore aujourd’hui, on est allé chercher les points, on s’est battu jusqu’à la fin. Benito (Masilevu) nous sort l’exploit individuel mais c’est tout le collectif qui n’a pas baissé les bras. On ne s’était pas résigné à une défaite.
Sur son rôle dans son nouveau costume de 10 : « La première chose que j’ai regardé dans le vestiaire c’est de savoir s’il y avait des maillots à ma taille. Et ça va, c’est du M. (rires) On s’était bien préparé cette semaine, il y a eu beaucoup de communication sur le terrain et j’en avais besoin. J’ai été bien accompagné par les centres et les troisièmes lignes. Même s’il y a des petites choses qui par manque d’habitude, notamment dans les zones de marque, où je manque un peu de lucidité et qui seront à améliorer si je rejoue à ce poste-là. Mais j’ai eu des bonnes sensations quand même et je suis satisfait du match quand même dans sa globalité.

Nissan