#Fed3 Christophe Grange (US Izeaux) : « Il ne faut pas qu’on se croit arrivé »

L’US Izeaux réalise un début de saison parfait mais pas question pour son coach Christophe Grange de tomber dans l’excès d’enthousiasme.

Christophe, l’US Izeaux compte deux victoires en deux matchs dont une bonifiée, elle est actuellement seul en tête de cette poule 5, on imagine que tu dois être ravi.
On n’a fait que deux matchs donc on ne va pas s’emballer. Ca fait quelques années qu’on démarre bien mais qu’on s’essouffle un peu après donc il faut rester prudent et ne pas se prendre pour d’autres. Contre Saint-Jean-de-Bournay, il y a le score (48-23) mais il ne faut pas oublier qu’il n’y avait que 17-16 à la mi-temps. Contre Renage, ça peut très bien basculer pour eux à la fin ; on prend 21 pénalités sur un match donc il nous reste encore beaucoup de travail pour avoir plus de maitrise sur une partie. On reste vraiment humble et il faut qu’on continue à bosser sinon on va se tromper.

Raconte-nous ce match contre l’USRR où vous cassez le signe indien.
En première mi-temps, on est pénalisés onze fois. Dans nos quarante mètres, on fait des fautes vraiment bêtes où on veut se faire justice nous-même et où on leur donne clairement des points donc ça, il faut qu’on arrive à le gommer. Après, c’était un match haché où ça se rendait coup pour coup. C’était un derby quoi ! Mais ça fait plaisir de le gagner parce que ça faisait tellement longtemps qu’on le perd ! Mais c’est la loi des séries : plus elles sont longues, plus elles sont proches de s’arrêter. C’est bien pour nous mais il ne faut pas qu’on se croit arriver. Il y a Pont-de-Claix qui arrive ce week-end et ils nous avaient posé énormément de problèmes chez nous où ils menaient 14-0 au bout de dix minutes de jeu. On ne va pas prendre ce match à la légère parce que si on se voit trop beau, on perdra chez nous, clairement. Ils ont mis en difficulté les équipes contre qui ils ont joué même si contre La Tour-du-Pin le score est lourd (21-45) mais ils ont été capables de faire du jeu, de marquer des essais et de les mettre à mal en première mi-temps. On sait très bien comment est armé le RCVT donc je pense qu’il faut vraiment respecter l’US2Ponts et attaquer pied au plancher pour pas qu’on se mette le doute.

Neuf points en deux matchs, c’était le bilan espéré ?

Nous, les coachs, voulions une victoire contre Saint-Jean-de-Bournay, que les joueurs ont été capables de bonifier et ça c’est positif, et pour le derby, c’est toujours un objectif de le gagner. Mais il faut confirmer après ces deux victoires. Parce que si tu gagnes à Renage pour perdre chez toi, il y a rien qui est fait. L’objectif c’est de confirmer par un match maitrisé où on va essayer de régler cette discipline.

« Rien n’est prévisible en rugby »

C’est le principal axe de perfectionnement ce manque de discipline ?

Bien sûr, oui. Là où je suis content c’est qu’on a fait preuve de caractère contre Renage parce que certainement que les autres années, on l’aurait perdu. Là, jusqu’à la fin, on a vraiment ferrailler dur, fait preuve de solidarité. Les mecs se relevaient, s’encourageaient, on sentait que les mecs avaient vraiment envie de chercher cette victoire. Mais on sait très bien que si on ne veut pas se mettre en danger bêtement, il faut qu’on règle ce problème de discipline. Parce qu’en conquête, on est assez performant mais il faut qu’on soit capable de porter le ballon derrière sans être pénalisé.

Vous avez les moyens de terminer premiers à l’issue de ce premier bloc de trois matchs. De quoi se mettre à l’abri avant le prochain bloc avec deux déplacements (Rhône Sportif et Aix) et la réception de Bellegarde ?

Je pense qu’il ne faut pas non plus trop calculer. Rien n’est prévisible au rugby, il faut arrêter de se poser trop de questions et enchainer les matchs. Là, c’est Pont-de-Claix qui se présente et on sait qu’ils sont capables de nous mettre en danger quand ils déplacent le ballon parce qu’ils arrivent à mettre beaucoup de vitesse. Si on peut finir premier à l’issue de ce bloc, c’est bien, mais ce n’est pas une fin en soi. On sait que dans cette poule, il y a des équipes qui sont bien plus armées que nous avec de gros effectifs. Il faut prendre les points quand ils se présentent parce qu’on ne sait pas où on en sera cet hiver où il y aura certainement un peu plus de casse chez les joueurs.

Quel est l’objectif de fin de saison ?

On vise la qualif’ parce qu’il faut toujours regarder plus haut. Et puis il faut garder une dynamique parce que quand tu attires des joueurs, il faut que tu aies de la suite dans les idées et des objectifs clairs. On veut également retrouver une dynamique en B qu’on a perdu depuis une à deux saisons. On sort de deux très bons matchs mais pas concrétisés par une victoire malheureusement. Donc dimanche, c’est aussi l’occasion pour la B de concrétiser, enfin.

Un dernier mot sur cette poule qui se révèle extrêmement relevée.

En restant à notre niveau, je pense que c’est un peu à l’image du Top 14. On va vraiment avoir une poule serrée. Tous les week-ends, il y aura des matchs compliqués, où ça va batailler, autant à la maison qu’à l’extérieur… Tout le monde peut aller chercher des points partout donc ça va être très bien ! Quand on voit que Bellegarde a mis cinquante points à Aix alors que Aix s’est très bien renforcé, on se dit qu’il n’y aura pas de match facile. Encore une fois, il va falloir se montrer réaliste : quand il y aura des points à prendre, faudra les prendre.

Cerfrance - Moirans