#ProD2 Julien Ruaud (FCG) : « Retrouver de la confiance dans mon jeu »

Nouvelle recrue du FCG en provenance de Clermont, Julien Ruaud s’est confié pour #LSD. Son parcours, son passage à Clermont, son regard sur le FCG, il nous dit tout.

Tu as connu le rugby uniquement en Auvergne avec Billon et Clermont. Qu’est-ce qui t’a plu dans le discours du FCG ?
Je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu sur Clermont sur mes trois années en professionnel. Grenoble m’a donc proposé ce temps de jeu dans une équipe avec un bel état d’esprit. Quand je suis allé visiter, le staff était à l’écoute et les joueurs que je connaissais m’ont dit que c’était un beau club.

Sur les joueurs du FCG, on pense notamment à Mickael Capelli et Etienne Fourcade avec qui tu as joué en équipe de France U20. As-tu parlé avec eux avant ta signature ?
Oui, forcément. Avec Etienne, on a bien échangé car lui signait à Clermont. Leur avis a compté dans mon choix. J’adore l’esprit de camaraderie et avoir un bon état d’esprit dans le groupe et s’il y a ça, ça ne peut être que mieux.

Quel regard as-tu sur le FCG ?
J’arrive en respectant énormément ce club. C’est l’un des plus anciens de France avec une belle histoire dans l’Elite. Je connais bien le FCG et je suis arrivé avec beaucoup de respect et d’humilité.

Tu n’as pas pu finir « correctement » ton histoire avec Clermont suite au confinement. Comment se sont passées les premières semaines de déconfinement pour toi avant le début avec le FCG ?
Après le confinement, j’ai repris avec Clermont pendant quelques semaines. Ils ont fait des séances d’entraînements même pour les joueurs partants, ce qui est sympa. De mon côté, je revenais de blessure (NDLR : Fracture du péroné droit) donc tout s’est bien goupillé entre Clermont, Grenoble et le déménagement.

Comment se passe la reprise avec Grenoble. C’est vraiment particulier ?
Au niveau des entraînements, cela reste classique avec du rugby et du collectif. Après d’avoir un test chaque semaine, déjà ça pique le nez (rires). On le fait volontiers tout en respectant les gestes barrières. Les débuts ont été aussi perturbants car on travaillait par groupe de 6 et on n’a donc pas croisé tout le groupe tout de suite.

Quels seront tes objectifs personnels avec le FCG ?
Je veux retrouver de la confiance dans mon jeu, du temps de jeu et des sensations. Je souhaite être acteur dans un collectif. 

Nissan