#LBE Siobann Delaye (Bourg de Péage) : « Prendre le maximum d’expérience »

Nouvelle venue au centre de formation et dans le groupe professionnel, la jeune drômoise Siobann Delaye continue son incroyable progression. Pour #LSD, elle est revenue sur son parcours, son intégration dans le groupe et ses objectifs pour cette année.

Siobann, tu as un parcours particulier. Il y a quelques années, tu étais à haut-niveau dans le taekwondo et dans le handball. Pourquoi avoir choisi ce dernier ?
La première année où je suis rentrée au Pôle en Handball (en seconde), je continuais les deux sports à fond. Je faisais des stages nationaux avec le handball et je suis partie faire les championnats du monde en taekwondo. En première, je suis rentrée au Pôle Excellence et le choix s’est fait naturellement. J’ai enchaîné les stages nationaux avec le handball et cela me prenait beaucoup plus de temps. Petit à petit, je me suis moins entraînée au taekwondo  tout en me concentrant plus sur le handball. J’ai trouvé un certain équilibre et je me suis dit que c’était le moment de faire un choix entre les deux sports.

En handball, tu as déjà un parcours riche notamment en équipe de France. Quel est le plus beau souvenir de ta jeune carrière ?
Je pense que c’est la première « Marseillaise ». C’était vraiment un moment fort car on se rend compte de la valeur du maillot que l’on porte. On sent qu’on a le devoir de rendre fier toute la nation.

Cet été, tu as intégré le centre de formation et l’effectif professionnel de Bourg de Péage. Avais-tu d’autres choix ou la priorité était Bourg de Péage ?
J’avais plusieurs choix avec notamment Brest et Nantes qui se sont intéressés à moi. Brest est un des plus grands clubs français, Nantes avait un beau projet sportif mais Bourg de Péage est un club où je me sentais bien. Le choix s’est fait naturellement car j’avais confiance sur les personnes en place.

Comment se passe la reprise pour toi aux côtés de joueuses rompues aux joutes nationales et internationales ?
Tout se passe bien. Je me suis bien intégrée dans le groupe et les joueuses expérimentées ont envie de transmettre. On apprend beaucoup à leurs côtés. C’est aussi un grand plaisir de retrouver les sensations du ballon, de l’esprit d’équipe.

Tu retrouves en plus de cela, certaines de tes coéquipières en bleue comme Léna Grandveau, Lucie Modenel. Cela doit être un plus pour toi ?
C’est vrai que c’est un plus. On vit ensemble en colocation, on part aux entraînements ensemble, on se soutient. C’est vraiment un mode de vie idéale pour nous.

Quels seront tes objectifs personnels pour cette année ?
Sur le plan de l’équipe nationale, j’espère être sélectionnée pour les championnats du Monde qui se dérouleront en fin d’année. Sur le plan du club, j’aimerais faire le maximum de matchs avec l’équipe professionnelle notamment en Coupe de France. Je veux prendre le maximum d’expérience pour ma première année au centre de formation.

En plus de ta carrière dans le handball, tu poursuis tes études. Cela ne doit pas être simple de gérer de front ces deux activités ?
Cette année, je rentre en école de commerce avec un programme adapté pour les sportifs de haut-niveau. Je viens d’être admise à l’EM Business School à Lyon qui permet d’avoir des enseignements à distance. C’est vraiment quelque chose d’important pour moi de continuer mes études avec un niveau assez élevé. J’espère avoir mon diplôme dans quelques années sans que cela me pénalise d’un point de vue handball.

LSD