#ProLigue Adrien Vergely (Recrue Valence Handball) : « Je savais que le projet était sérieux »

C’est l’une des nouvelles recrues du Valence Handball. Passé par la Proligue et plus récemment la N1, Adrien Vergely arrive en provenance de St Marcel Vernon. Pour #LSD, il nous a expliqué son choix de rejoindre la Drôme et ses objectifs pour cette année.

Adrien, peux-tu nous présenter ton parcours avant de rejoindre le VHB ?
J’ai commencé le handball à St Affrique dans l’Aveyron. Je suis ensuite parti au Pôle Espoirs de Nîmes puis au centre de formation de Nantes. A la sortie de celui-ci, je suis resté trois ans à Bilière (deux ans de D2 et un an de N1 avec un titre de champion de France. J’ai ensuite rejoint Vernon la saison dernière pour cette saison tronquée.

Tu rejoins donc le VHB cet été. Quel regard as-tu sur ce club ?
J’ai un bon regard sur le club puisque j’avais joué contre eux en D2 puis en NM1. Je savais que le projet était sérieux. Cela fait longtemps qu’ils sont au haut-niveau et je pense que c’est un bon club pour moi.

Le Valence Handball a connu une saison compliquée en Proligue l’an dernier. L’as-tu senti en arrivant dans la Drôme ?
Non, franchement, pas du tout. On s’est retrouvé il y a plus de quinze jours. Lors de la première réunion, le coach en a peu parlé. J’ai l’impression que dans la tête des joueurs qui étaient l’an dernier, ce n’est pas quelque chose qui perturbe le quotidien. Tout le monde est dans le travail et de plus, il y a eu pas mal d’arrivée. Il y a un nouvel air et je ne sens pas l’atmosphère de l’an dernier.

Qu’est-ce qui t’a plu dans le discours du Valence Handball ?
Le projet qu’Eric m’a proposé m’a plu. Il me propose un vrai rôle au sein de cette équipe. Je pense qu’au vu du recrutement, on peut faire de très belles choses cette année. Le club se structure très bien. Même si la priorité reste le sportif, je suis également heureux de rejoindre le Sud et de me rapprocher de chez moi.

Quels seront tes objectifs personnels pour ton retour en Proligue ?
Après deux années en N1 avec un titre de champion, l’objectif pour moi était de retrouver la D2. C’est un défi personnel et je veux prouver que j’ai le niveau. Je me suis bien préparé durant le confinement et j’ai hâte de retrouver la Proligue. J’ai vraiment faim !

Comment se passe cette reprise ? Elle est forcément particulière ?
On a eu plusieurs jours de tests que ce soit au niveau cardiaque et également pour le COVID-19. On a été obligé d’être testé. Au quotidien, on a des masques pour aller aux entraînements ou à la salle de musculation. Après, nous avons eu de la chance car nous n’avons pas eu de cas.

 

 

LSD