Kevin Collas (Olympique de Valence Féminin) : « La montée en D2 ? On ne lâche pas le morceau ! »

L’Olympique de Valence Féminin a réalisé une très belle saison. Alors que l’équipe U19 monte au niveau National, l’équipe première est toujours dans l’attente de connaître sa division pour l’an prochain. #LSD est allé faire le point sur l’actualité de la section féminine avec Kévin Collas, coach de l’équipe.

Kevin, si on doit faire le bilan de la saison de la section féminine, c’est une saison quasi-parfaite avec la montée en U19 national et la première place en R1 ?
Oui, on aurait pu dire une saison parfaite puisque les U18 montent au niveau National, le groupe R2 (NDLR : la réserve) était en tête de son groupe. Aujourd’hui, pour l’équipe première, le club a formulé un appel auprès de la ligue AURA et de la FFF pour obtenir l’obtention de la montée en D2. On va défendre le dossier pour prétendre  à la D2, on ne lâche pas le morceau !

Est-ce difficile à gérer comme intersaison lorsqu’on ne sait pas à quel niveau on va jouer ? Vous restez prudents ?
La prudence, je ne suis pas sûr que ce soit le mot le mieux adapté. On a construit un groupe qui sera relativement le même avec quelques renforts pour jouer en R1. Nous nous sommes préparés à jouer en R1 mais on ne s’enlève pas l’idée de jouer en D2 dès la saison prochaine. On pourrait avoir deux ou trois recrues hors délais pour renforcer l’effectif au cas où. Aujourd’hui, on se prépare à jouer en R1 mais avec des matchs amicaux face à des clubs de D2 ou haut de tableau R1 pour être prêt à jouer en D2 !

Tu as misé sur de la jeunesse avec tes premières recrues. Peux-tu nous en parler ?
Il y a que des jeunes qui arrivent. Sur les 5 recrues, on a trois jeunes. Il y a une joueuse qui arrive de l’ASSE, Mélody Lapierre, qui était au PEFA et qui a joué quelques matchs de D2. Ensuite, on a Océane Jaeck en provenance de Nivolet et Maud Pelletier qui elle arrive de Bords de Saône, issue de la formation PEFA.

Comment va s’articuler votre préparation ?
On a repris durant deux semaines et demi à compter de six ou sept séances. Nous avons coupé tout en leur donnant un programme de reprise. Elles se retrouveront le 10 Août officiellement et la préparation sera orienté pour éviter les blessures et être prêt. L’intersaison va nous permettre de nous tester contre de belles équipes avec des rencontres contre Grenoble (19 Août), Nîmes (22 Août), Le Puy (29 Août), Avignon puis Monteux (12 Septembre).

Si on doit regarder plus loin, l’OV s’est lancé dans un projet à long terme. Quel est l’objectif pour la section féminine ?
Effectivement, il y a ce projet qui nous mènera jusqu’à 2024 pour les garçons et les filles. On ne s’est pas fixé de limites pour l’accession à l’étage supérieure chez les féminines. Cela fait deux ans qu’on échoue à l’accession en D2 malgré la frustration de cette saison. On ne veut rien se refuser et faire en sorte que la D2 soit une locomotive pour notre formation et notre pré-formation. Ce collectif doit déterminer l’orientation que l’on doit prendre. On a travaillé dur durant le confinement pour proposer un organigramme de qualité pour toutes nos équipes. L’idée directrice, c’est de décloisonner toutes nos catégories pour que chacune puisse évoluer au meilleur niveau possible.

LSD