#SkiAcrobatique Lou Barin : « Avec cette blessure, je regarde au jour le jour »

La jeune Lou Barin a vu sa saison écourtée suite à une grave blessure. La skieuse acrobatique iséroise revient pour nous sur sa saison, sa longue période de rééducation et son avenir.

Lou, tout d’abord comment s’est passé le déconfinement pour toi avec cette blessure ?
Le déconfinement s’est superbement bien passé pour moi. J’ai pu reprendre la préparation physique au sein de la cellule de réathlétisation d’Albertville. J’y suis trois jours par semaine en présentiel et les autres jours, je suis chez moi pour travailler le foncier (vélo, course à pied). L’objectif est de retrouver une bonne mobilité et reprendre du muscle. Je serais dans cette cellule jusqu’à la fin du processus de guérison de mon genou.

Ta saison a été écourtée avec cette saison. Quel bilan fais-tu de ton début de saison où tu as signé de belles performances ?
Je me suis blessée le 10 janvier dernier avec un rupture des ligaments croisés et les deux ménisques cassés. Cette saison a donc été courte pour moi mais c’est vrai que j’ai pu faire de belles places en Chine (NDLR : 5ème place en Big Air). Cela m’a permis de terminer à une belle 9ème position au général. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de faire de Slopestyle car je me suis blessée. C’est une année avec des hauts et des bas. J’ai pu voir ce que j’étais capable de faire mais également me confronter à une blessure.

Où en est ta rééducation ? Comment se passe t’elle depuis le début ?
La rééducation se passe super bien. J’ai pu faire les deux premières phases à Hauteville en centre de rééducation. Ce sont celles juste après l’opération. Mon genou va bien même si cela n’a pas été évident pendant le confinement. A cette période, j’aurais dû être encadré à Albertville. En fin de compte, mon préparateur m’a dit que mon genou était niquel et que j’avais bien travaillé. J’étais plutôt fière de moi, cela avance bien donc c’est parfait !

Malgré la blessure, tu restes toujours sur la route pour les JO. Pekin, c’est ton objectif court/moyen terme ?
Oui, bien sûr. Il me reste encore un an avec notamment en ligne de mire les Championnats du Monde. On rentrera ensuite dans l’année olympique. C’est un objectif à court terme sur deux ans. J’ai des objectifs plus long pour la suite mais j’ai hâte d’être aux JO de Pékin.

La saison de sport d’hiver n’a pas été forcément impacté par le Coronavirus. Penses-tu qu’une reprise aux dates normales soit possible ?
La saison a été impactée car une partie des meilleurs entraînements se déroulent sur la fin de saison. C’est le moment aussi où l’on décompresse. Même si le côté compétition n’a pas forcément été impacté, le côté athlète lui l’a été avec son rythme. C’est souvent la période où l’on se retrouve entre amis pour du ski plaisir, même si on en prend souvent. Même si j’étais avec mon genou, c’est une période que les skieurs apprécient. Concernant la saison prochaine, je n’en ai aucune idée. Avec cette blessure, je regarde au jour le jour et je ne peux pas me permettre de regarder plus tard. Cela se passera comme ça devrait se passer. Je vois au jour le jour par rapport à mon genou pour ne pas me mettre de pression. Si je pense trop au futur et pas assez présent, mon genou ne va pas avancer. Il faut d’abord penser à la préparation et tout ira pour le mieux, je pense.

Sauvons LSD - #SauvonsLSD