#Natation Jordan Pothain : « Le fait d’avoir un an de plus me permet de rêver plus haut »

#LSD est allé à la rencontre du nageur échirollois, Jordan Pothain. Il est revenu sur la période de confinement tout en se projetant sur l’avenir.

Comment s’est passé pour toi le confinement ? Comment un nageur de haut-niveau peut s’entretenir sur cette période ?
Je suis rentré sur Grenoble pour le confinement. Cela a été beaucoup de bricolage car nous, les nageurs ont est loin de l’aspect spécifique de notre sport. Sans toucher l’eau, c’est difficile de se préparer donc j’ai essayé de limiter la casse. Je me suis fixé des objectifs sur cette période : gagner en souplesse et en explosivité. J’ai profité de cette période pour faire des choses que je n’ai pas l’habitude de faire dans un rythme de 30h d’entraînement/semaine. J’étais livré à moi-même et j’adore travailler en autonomie. Le programme était donc basé sur ses deux axes avec du renforcement, de la course à pied, des étirements et de la musculation.

Tu as pu reprendre rapidement le chemin des entraînements à Nice. Cela a dû être particulier cette reprise ? Comment cela se passe ?
Ca a été une phase de redécouverte de notre sport car on n’a jamais connu une trêve aussi longue. Même si je me suis bien entretenu, la sensation lorsque je me suis retrouvé dans l’eau a été spéciale. C’est vraiment déstabilisant car on a des habitudes quand on plonge tous les jours. Là, nous étions perdus avec l’impression de nager dans la semoule.

As-tu une vision de compétitions qui pourraient avoir lieu dans cette fin de saison ?
Pour moi, la saison est terminée, c’est une année blanche et je viens d’attaquer une période de préparation pour l’an prochain. La reprise devrait être aux dates habituelles avec notamment les Circuits Coupe du Monde si tout va bien, les championnats de France qui qualifient aux JO.

De ton côté, l’objectif c’est clairement Tokyo 2021 ?
Oui, carrément. Cette période m’a permis de viser plus haut, plus qu’une qualification olympique. J’étais dans une bonne forme avant le confinement et j’étais en train d’élever mon niveau. Cela se passait bien et je me projetais sur une finale aux JO. Le fait que les JO soient décalés me permet de rêver plus haut, pourquoi pas d’une médaille. Depuis Rio, cela avait été compliqué et c’est vraiment une bonne nouvelle d’avoir une année de plus. C’est un an de plus pour que tout se goupille bien et que j’arrive au meilleur niveau à Tokyo.

 

Nissan