#Badminton Léa Palermo : « Paris 2024, c’est mon nouvel objectif long terme »

La grenobloise Léa Palermo n’a pas vécu la meilleure saison de sa carrière. Blessure, fin du rêve olympique, la badiste ne « regrette rien » et se plonge déjà vers son nouvel objectif : Paris 2024.

Comment as-tu vécu le confinement ? Comment as-tu pu garder le rythme du badminton durant ce confinement ?
J’ai vécu le confinement plutôt bien. J’ai avancé sur plusieurs choses en même temps qui me permettent de m’ouvrir à une vision différente du haut niveau, de l’équilibre personnel et des ambitions futures (qu’elles soient sportives ou professionnelles). J’ai pris du temps pour faire le point sur l’année écoulée et ainsi, de cibler les paramètres qui pourraient être à redéfinir. Côté entretien physique, j’ai maintenu une activité un peu tous les jours (beaucoup d’exercices de poids du corps) et prépare mon retour sur les terrains tranquillement. C’est aussi l’occasion de prendre le temps de renforcer ses points forts et organiser un travail de fond sur ses points faibles sur le plan du renforcement musculaire.

Tu as eu une saison compliquée en étant en difficulté au ranking mondial pour la qualification olympique. Comment juges-tu ta saison tronquée aussi par une blessure ?
Oui, cette saison écoulée a été très éprouvante pour moi, à la fois par la volonté de donner 100 % de mes capacités pour performer, et aussi par la gestion des blessures récurrentes. J’ai émotionnellement beaucoup puisé en énergie pour tenter d’aller chercher mon meilleur Badminton et de trouver une osmose parfaite avec ma partenaire et mes entraîneurs. Mais ce qui plutôt est cool, c’est que je ne regrette rien ! J’ai fait de mon mieux et cette expérience est très positive car elle m’a appris à devenir intelligemment résiliente.

Les JO étant reporté d’un an, l’espoir olympique est-il toujours permis ?
Pour être transparente, notre rêve olympique s’est stoppé le mois de Janvier, lors de notre tournée en Malaisie et en Indonésie. Nous savions que les performances devaient être au rendez-vous sur ces compétitions et cela n’a pas été le cas. Delphine (ma partenaire) ayant aussi été très performante en double mixte sur cette tournée, j’ai rapidement compris que je devais intelligemment me tourner vers « l’après-qualif » et la prise en charge de ma sérieuse blessure aux cervicales.

Avec ce Coronavirus, ton programme de compétition a été totalement chamboulé. As-tu une vision de certaines compétitions qui pourraient avoir lieu ?
Il est très difficile, encore aujourd’hui, d’avoir une idée précise de reprise des compétitions. Nous savons qu’aucune compétition n’aura lieu avant début Août (informations données par la Fédération International de Badminton le 6 Avril) et que beaucoup de tournoi (notamment les finales des Championnats du Monde par équipe masculine et féminine) ont été reportés. Nous sommes donc régulièrement en attente de nouvelles et avons pleinement conscience que pour la santé et la sécurité des athlètes, d’autres tournois pourraient potentiellement être annulés après le mois de Juillet…

Si on te dit Paris 2024, c’est un objectif, un rêve ?
Bien sûr! C’est d’ailleurs mon nouvel objectif long terme. J’ai beaucoup appris cette année et ai hâte d’avoir l’opportunité de défendre mes chances différemment pour me qualifier pour Paris 2024. Au-delà de ce nouvel état d’esprit et du rêve de se qualifier pour des Jeux Olympiques, cela serait évidemment une immense fierté de tenter d’aller chercher le meilleur résultat de ma carrière devant mes proches et les supporters français en général.

 

Sauvons LSD - #SauvonsLSD