Johann Garin (GVUC Féminin) : « Si la FFVB veut en profiter pour changer la N2 »

#LSD est allé à la rencontre de l’un des coachs du GVUC Féminin, Johann Garin. Avec lui, on a évoqué la saison de l’équipe de NF2 grenobloise, des mouvements à venir et de l’avenir du volley-ball qu’il imagine pourquoi pas à l’image de la NBA.

Comment s’est passé le confinement pour toi. On a vu que tu gardais la forme notamment sur LSD. As-tu donné un programme particulier aux filles ?
Au départ, le séances étaient pour les filles et en discutant avec Jean-Se, on a essayé de les diffuser sur LSD. Avec l’arrêt et l’annulation rapide du championnat on a laissé les filles se gérer seules.

Quel bilan tires-tu de ce retour en N2 malgré la saison tronquée ?
Le bilan est très positif et je tiens a féliciter les filles pour ça ! Elles font une superbe saison autant sportive qu’humaine et je suis persuadé que le classement final aurait été meilleur avec la totalité des matchs. C est un bon signe pour les années a venir.

On a vu que le volley était le sport n°1 en terme de risques de reprise. Une rentrée en Septembre est envisageable selon toi ?
Je ne suis pas fan des pronostics et je ne suis pas spécialiste. Je peux juste le souhaiter car on va devoir vivre avec ce virus un bon moment. Il faut juste limiter les risques et évaluer la situation sanitaire du pays à ce moment là.

L’effectif sera stable au GVUC ou peut-on s’attendre à de nombreux changements ?
On a quelques départs oui :

– 3 étudiantes qui ne seront plus sur Grenoble l’an prochain, Lilou Ratahiry qui poursuit son évolution et devrait intégrer le pole France, Chloé et Alix qui attendent encore leurs résultats et la validation de leur choix.

– Agathe, qui a été nommé sur Créteil et va connaitre sa 1ere année de professeur d’EPS.

– Notre capitaine, Melanie Meyer, qui va mettre un peu de temps a reprendre, son accouchement étant prévu début juillet…

Mais on a déjà quelques pistes de recrutement et des jeunes du club qui vont intégrer l’équipe. C est bon signe pour notre politique de formation!

La N2 risque d’être particulière l’an prochain avec le nombre d’équipes. Maximilien de Parmentier craignait une grosse hétérogénéité dans la poule. Partages-tu son avis ?
Tout dépendra de la formule retenue pour le championnat. J’ai du mal à voir des poules de 14 ou 15 équipes. Je partirai plutôt sur une phase de poule puis plays-offs/plays-downs. Ça permettrait de regrouper les équipes par niveau au moins sur la deuxième partie de saison et cela évite de surcharger le calendrier. Après si la Fédération veut en profiter pour tout changer, pourquoi pas. Lancer des poules régionales, des conférences et des divisions, comme en NBA ! Osons, tout est à reconstruire.

On sait que pour les volleyeurs, la pratique estivale est un des meilleurs moments de la saison. Comment as-tu réagi à toutes ces annulations ?
C’est très dur pour tous les volleyeurs. Dans le monde amateur, c’est la meilleure partie de la saison, les 3×3, le beach, le soleil, les tournois. Et pour les clubs, c’est une grosse perte économique! Au GVUC, le tournoi c’est un gros budget et un temps convivial fort pour l’ensemble des licenciés et joueurs de l’agglo. Personnellement, je faisais encore 4 ou 5 tournois par an et ces temps avec les copains et la famille vont me manquer. In va devoir innover et on se rattrapera dès qu’on aura le droit!

Sauvons LSD - #SauvonsLSD