Jason Berthomier (Clermont Foot 63) : «Grenoble, un outsider de cette Ligue 2 !»

Son nom ne vous dira pas grand chose dans le Dauphiné, sauf si vous êtes un suiveur averti de la Ligue 2. Né à Montluçon il y a 29 ans, passé par Moulins, Bourg-en-Bresse, Brest et Troyes, le milieu offensif, auteur de trois passes décisives (quatorzième meilleur total de L2), a retrouvé sa région natale en janvier 2019. Doté d’un excellent toucher de balle, le gaucher aux deux buts fait désormais les beaux jours du CF63. En phase de reprise (mollet), Jason Berthomier a eu la gentillesse d’évoquer avec nous le déplacement des siens au pied des Alpes. Et gare à lui, gare à eux…Il y a eu Jason et les argonautes surmontant de multiples épreuves pour rapporter la toison d’or au pays. Désormais c’est Jason et les clermontois en quête de Graal au SDA…

jason-berthomier-2

Jason, mieux que la toison d’or, vous venez chercher les trois points à Grenoble ?
(Rires) Oui que ce soit à domicile ou à l’extérieur, ce n’est pas trop notre philosophie de jouer le nul. Des fois, suivant la physionomie du match, cela peut s’avérer un bon résultat, mais au départ on se déplace toujours pour prendre les trois points. Cela nous a plutôt bien réussi puisque l’on a un joli parcours à l’extérieur (Ndlr cinq victoires, un nul et deux défaites). On essaiera de poursuivre notre bonne série à Grenoble même si on sait que ce ne sera pas simple du tout.

Jason est le guérisseur dans la mythologie grecque, tu soignes les maux du CF63 ?
Soigner les maux ? Non non non il n’y a pas de grand guérisseur au Clermont Foot (rires), il y a juste un gros collectif qui est bien en place sous les ordres de coach Gastien et où chaque individualité peut s’exprimer à 100%. C’est mon ressenti depuis que je suis arrivé ici et peut-être l’une de nos principales forces aujourd’hui.

Puisqu’on parle de guérir, tu sors d’une blessure au mollet qui t’a ténu éloigné des terrains depuis une dizaine de jours. Ça va mieux ?
Oui beaucoup mieux, j’ai repris l’entraînement avec le groupe mais j’ai bien peur que ce déplacement à Grenoble n’arrive quelques jours trop tôt pour moi. On fera un point lundi. Une seule certitude, on ne prendra aucun risque.

Ce serait dommage alors pour ton équipe, le SDA te réussit plutôt bien ?
Oui je n’ai jamais perdu ici. On avait fait le nul avec Moulins quand Grenoble était encore en CFA (ndlr 2-2 le 10 novembre 2012 avec u penalty manqué par Zoubir à la 89′), puis je suis revenu une seconde fois avec Troyes et là on a gagné 2-0. Alors même si je ne suis pas dans le groupe, je ferais peut-être le déplacement pour porter chance à mes coéquipiers (rires).

Il y a un début à tout Jason…
C’est vrai aussi mais je n’espère pas (rires).

Septième au classement avec 25 points (à égalité avec le cinquième Troyes), comment juges-tu votre première partie de saison ?
25 points à trois journées de la trêve, c’est globalement un bon bilan. Nous avons malgré tout des regrets d’avoir laissé beaucoup trop de points en route. Dans des matches que nous avons globalement dominés, nous avons manqué cruellement d’efficacité, notamment à domicile, où nous avons connu une mauvaise passe de six rencontres sans victoires. Heureusement, nous avons renoué avec le succès contre Niort après une belle prestation. Disons qu’avec 30 points à la trêve, on pourra dire que notre bilan est pleinement satisfaisant.

Votre objectif Jason, finir dans les cinq premiers ?
Pour commencer, on veut prendre les 42 points très rapidement. On le voit chaque année, il y a tellement de surprise, des grosses écuries à la traîne. Nous sommes l’un des plus petits budgets du championnat et le plus important reste de pérenniser le club en Ligue 2. Plus vite tu as assuré le maintien, plus vite tu peux nourrir d’autres ambitions. L’objectif est donc d’abord de se maintenir mais l’ambition au sein du groupe est tout autre. Disons que nous ne sommes pas loin des clous.

Considères-tu Grenoble comme un concurrent direct pour le haut de tableau ?
Oui, même s’il y a eu pas mal de changements à l’inter saison, notamment par rapport à leur onze titulaire que j’avais trouvé très solide la saison dernière à Clermont, c’est une équipe qui postule au haut de tableau. Peut-être manque t-elle encore de régularité et d’efficacité à domicile pour être dans les cinq ? Mais tout comme nous, je pense que c’est un outsider de cette Ligue 2.

Philippe Hinscberger estime que vous êtes « l’équipe qui joue le mieux au football en L2. » Comment définirais-tu le style de jeu du Clermont Foot 63 ?
C’est flatteur et gentil à lui. C’est vrai que nous avons souvent entendu des compliments sur notre façon de jouer mais à un moment donné bien jouer c’est une bonne chose, mais gagner c’est mieux. On joue bien pour l’emporter, pas simplement pour faire joli. Le coach a une philosophie à laquelle le groupe adhère à 150% car ce n’est que du plaisir, que ce soit en match ou à l’entraînement, avec forcément une corrélation avec les résultats. Quand tu perds ce n’est plus pareil. Certaines équipes préfèrent laisser le ballon à l’adversaire et se projeter rapidement alors que notre jeu est plutôt basé sur la possession et le mouvement. Si nous gardons le ballon, par définition l’adversaire ne l’a pas et se montre moins dangereux. C’est une certaine façon de voir le foot.

Vous êtes le Barça de la Ligue 2 ?
(Rires) Non pas du tout mais disons que c’est un jeu de possession. Après nous avons aussi été capables de prendre des points en étant bousculés. Vouloir prendre le jeu à notre compte ne nous donne pas la certitude que cela fonctionne à chaque fois. C’est notre volonté mais on peut aussi s’adapter.

À titre personnel, tu as déjà réalisé trois passes décisives et inscrit deux buts, (deuxième meilleur buteur du club derrière Grbic). C’est bien ou pas assez ?
Pas assez, cela aurait pu être mieux. Le coach me demande de jouer comme un second attaquant alors que j’ai souvent évolué plus bas sur la pelouse en tant que milieu relayeur. On m’a toujours dit qu’il était plus difficile de jouer plus haut dans le jeu, je confirme (rires). Ça demande des repères, de l’efficacité, peut-être moins s’investir dans la construction mais être plus présent dans la finition. C’est intéressant d’être aux abords de la surface et jouer pour marquer. Alors oui j’aurais aimé faire un peu plus. Il m’est arrivé d’être meilleur dans le jeu et moins efficace, ou parfois l’inverse, mais l’important est surtout que l’équipe tourne bien.

On te sent heureux à Clermont ?
Oui je suis satisfait car j’ai eu beaucoup de temps de jeu et je sens que le coach me fait confiance.

Le GF38 est une équipe réputée pour sa solidité défensive. Tu t’attends à un match fermé ?
Effectivement Grenoble est une équipe solide mais ce n’est pas pour autant que la rencontre sera fermée. Notre jeu fait que nos matches sont généralement assez ouverts. Le GF38 va devoir gagner s’il veut se replacer au classement, cela laissera peut-être des espaces. Alors des fois ça veut tout et rien dire, on peut finir sur un 3-3 ou sur un bon vieux 0-0 (rires). J’espère quand même que l’on verra du spectacle.

Un petit prono pour conclure ?
Je dirais 1-0 pour Clermont, ce score nous irait très très bien.

Un peu moins aux grenoblois…Jason merci beaucoup et comme il est coutume de dire, que le meilleur gagne. Avec sa légère variante dans le Dauphiné. Que Grenoble gagne…

Hemispheres voyages