#CDF Malik Vivant (Coach Olympique de Valence) : « L’objectif c’est de pouvoir laver cette frustration »

Dimanche, l’Olympique de Valence disputera son septième tour de coupe de France en retard face au Thonon-Evian Grand-Genêve FC. Malik Vivant, coach de la formation drômoise, espère une qualification de ses joueurs face à une équipe qu’ils ont déjà rencontré en championnat. Pour ça il faudra gommer les quelques erreurs aperçues en championnat et compter sur le public à Pompidou. Au bout, un huitième tour face au Paris FC se profile… Les mots du coach sont à retrouver juste ici:

Avant le match de coupe de France face au Thonon-Evian FC, les intempéries du week-end dernier ont perturbé votre préparation… Comment avez-vous aménagé vos entrainements ?
On n’a pas réduit le nombre d’entrainement, on est resté à quatre ! On est arrivé à s’organiser lundi avec une grosse séance physique sur le synthétique. On n’a pas utilisé le terrain mais on a couru à côté et on a pu faire des choses à base de courses. On en a profité quand même pour travailler lundi soir, et après, la neige s’étant enlevé mardi, on a pu faire une séance normale. Une bonne séance et aussi l’occasion d’un rattrapage aussi pour ceux qui n’avaient pas été là le lundi pour le travail physique. Et puis on s’entraîne ce soir aussi (jeudi 21/11/2019 NDLR) et vendredi. Donc sur les conditions d’entrainements, on est arrivé à garder le volume qu’on met d’habitude, même si les terrains sont très gras. Je sors du terrain honneur et ce qui nous inquiète le plus, c’est l’état du terrain pour dimanche..
Vous affrontez Thonon, une équipe déjà rencontrez en championnat (défaite 1-4 NDLR). Est-ce plus facile de préparer un match contre une équipe que l’on connait déjà ou est-ce qu’on se met encore plus de pression ?
Déjà, ça ne sera pas la même équipe parce qu’ils ont encore recruté depuis. Emmanuel Imorou et Corentin Tirard n’étaient pas là, donc ils ont deux joueurs supplémentaires et même avec un troisième qui est arrivé après… Ils ont même 4 nouveaux joueurs car un n’était pas encore qualifié dans leur effectif. Après sur le premier match, c’était vraiment paradoxal… On a plutôt fait un bon match, et on s’était fait punir sur chacune de nos erreurs donc on a travaillé justement pour essayer de ne pas répéter ces erreurs là et essayer de donner une tournure totalement différente au match qui va arriver. Par contre, les joueurs restaient sur une énorme frustration, donc l’objectif c’est de pouvoir laver cette frustration. On avait jouer sur notre synthétique et ils ont à cœur de se reprendre sur leur match de coupe de France.
Le tirage du huitième tour qui vous met sur la route du Paris FC si vous vous qualifiez, est-ce que ça rajoute de la motivation à vos joueurs ?
Oui ça rajoute de la motivation, mais la motivation était là quoiqu’il arrive. Après l’adversaire aura exactement la même motivation donc c’est sûr que ça serait super d’avoir une belle affiche à Pompidou. J’espère que ça va galvaniser nos joueurs pour faire un gros résultat. Il faut surtout se concentrer sur le match de dimanche, c’est celui-là le plus important. Après, si on a le bonheur de faire un beau résultat, ça sera parfait et on sait qu’on aura une belle affiche derrière.
Pour revenir sur le championnat, après un bon début, votre équipe est un peu dans le dur ces derniers temps… Comment envisagez-vous la suite ?
Il faut relativiser. A la fois, on ne peut pas s’enflammer au départ, et à la fois on ne peut pas dramatiser parce que les deux matchs contre Echirolles et Feurs ont été plutôt bons… Il s’agit maintenant de bien analyser. On a essayé de le faire le plus lucidement possible avec la vidéo notamment et les autres éléments que l’on a. Les défaites, il faut s’en servir pour devenir plus fort. On apprend souvent bien plus dans une défaite que dans des victoires qui des fois sont des trompe-l’œil. Là, on a essayé de s’attacher à tous les détails qui nous avaient manqué pour performer et reprendre les bonnes choses. On veut gommer ses petits détails qui font basculer les matchs et à chaque fois, ça a été d’un rien. On manquait de réussite sur les deux derniers matchs alors qu’on en avait eu beaucoup sur les rencontre de début de saison, là elle nous a un peu fui… Mais on n’est pas inquiet. La vérité est au bout du chemin. La saison est longue en R1 et on va bien bosser pour améliorer ce qui nous a manqué et reprendre une période positive.
Un dernier mot Malik ?
Avant de finir cette interview, j’aimerais juste passer un mot à nos supporters et nos spectateurs pour venir encourager les joueurs dimanche au Stade Pompidou. En plus, avec les conditions climatiques compliquées, ils auront bien besoin du public pour faire une grosse performance !
CERFrance