#LBE Camille Comte (coach BDP) : « C’est rentrer dans l’histoire du Handball féminin »

Après l’exploit retentissant des Drômoises dans le monde du handball féminin, Camille Comte, coach de Bourg-de-Péage, revient sur cette rencontre si particulière. Encore perché sur son petit nuage, l’entraîneur a adressé quelques mots à #LSD : 

– Tout d’abord quel exploit ! Venir prendre des points contre une équipe qui n’a plus perdu à domicile depuis avril 2019 (contre Brest)…
Camille Comte : C’est même plus que ça ! Elles n’avaient pas perdu de point depuis 10 ans ! En phrase régulière elles avaient perdu, mais les points ne comptaient pas, il n’y avait pas d’enjeu et elles étaient déjà qualifiées. Sur des matchs à enjeu en phase régulière ça fait 10 ans qu’elles n’avaient pas perdu de point ! C’est complètement historique !

– Vous attendiez-vous à réaliser un coup à Metz ?
On avait un plan. On savait qu’il embêterait Metz, mais en toute honnêteté on ne pensait pas que ça marcherait une heure. C’est ça notre résumé du match. On a fait la même chose pendant une heure. Les prises de risques ça marche toujours un petit moment lors des matchs et après il faut d’autres plans… mais nous on en avait un et il a marché pendant une heure ! C’est fou.

– Et comment prépare-t-on un match face à une équipe qui n’a pas perdu de point depuis 10 ans à domicile ?
Les Arènes de Metz sont vraiment imprenables… C’est sur l’aspect tactique que l’on a vraiment pris des risques en jouant à sept joueuses tout le match sur les phases offensives. On a fait sortir notre gardienne sur absolument toutes les attaques du match pour jouer en supériorité numérique. On a défendu en 3-2-1 avec une défense très haute et très agressive tout le match, des phases que l’on tient normalement quelques minutes, mais pas soixante… Après il y a toujours des solutions avec des espaces qui sont trouvés par les adversaires. Mais cette fois, le plan a marché à la lettre et Metz a complètement déraillé. 

– Est-ce que vous sentez que l’équipe est montée en grade, a changé de dimension ?
On s’est retrouvé à la mi-temps avec les joueuses à se regarder dans les yeux à se dire : « c’est fou ce qui est entrain de se passer, ça marche ». On a fait une première demi-heure fantastique, les plus belles que jamais personne n’ait vues… Même les supporters messins sont venus nous dire qu’ils avaient vu un match incroyable. Donc voilà… J’ai laissé parler les joueuses à la mi-temps en leur disant : « dites-moi ce que vous, vous pensez améliorer parce que moi j’en vois, mais pas beaucoup… ». On a construit ensemble notre plan à la mi-temps, je les ai écoutées et l’on est reparti de plus belle. C’est vrai qu’on était sur un petit nuage tout le match à voir que le plan s’est déroulé une heure sans accroc. Alors les accrocs, ça a été plutôt les blessures de Camille Depuiset qui se blesse à la 35e donc ça, ça nous a posé des petits problèmes par la suite… Et le carton rouge d’Aminata Sow qui était une pièce essentielle pour notre jeu à deux pivots donc, il a fallu faire jouer Meryle Praly en pivot, qui a fait un super match d’ailleurs… On a bricolé sur la fin après ce carton rouge, ces blessures et l’on a quand même tenu, c’est un immense exploit.

– Ce match nul est accueilli comme une victoire dans vos rangs ?
C’est plus qu’une victoire normale même ! Metz c’est quand même final four de Ligue des Champions, c’est une des toutes meilleures équipes en Europe, donc match nul c’est énorme. Depuis hier soir, on ne fait qu’en parler entre nous, entre les joueuses et le staff, on se refait tous les moments du match. Il faut comprendre que Metz c’est 23 fois championnes de France en 25 ans, c’est la montagne… c’est beaucoup plus que le PSG au foot, c’est celle qui ne perd jamais… Il n’y a pas d’équivalent parce que dans aucun sport il y a eu une équipe 23 fois championne en si peu de temps ! Aujourd’hui pour nous, Bourg-de-Péage, petit club que l’on est, de faire quelque chose comme ça c’est rentrer dans l’histoire du Handball féminin. 

– À quoi peut-on s’attendre pour la suite ? Surfer sur cette vague messine ? Va-t-on garder les mêmes plans et va-t-on être attendu de pied ferme aux quatre coins de la France ?
Je pense que le plan que l’on a mis en place était particulièrement pertinent par rapport au jeu messin. Ce n’est pas parce qu’on gagne Metz que l’on va gagner contre tout le monde… Ce match là on le fait cinquante fois on le gagnera pas cinquante fois. C’est vraiment un exploit. Oui ça nous donne beaucoup de confiance, oui on arrive à la trêve avec un bilan exceptionnel, on a fait le coup du siècle… peut être pas du siècle, mais de la décennie en LBE donc c’est très bien pour notre confiance. Mais on ne pourra pas faire ce plan-là à tous les matchs parce que chaque équipe à des plans différents et celui-là était particulièrement adapté à la défense de Metz qui était complètement paumé. Ce jeu-là a vraiment perdu la défense de Metz, mais d’autres défenses sauront nous contrer. Puis c’est un plan surprise que l’on n’avait pas sorti auparavant. Ce style de jeu à 7 avec des mouvements atypiques donc on a vraiment quelque chose qui n’a pas pu être travaillé en vidéo. On n’avait jamais joué comme ça. On ne pourra pas faire copier-coller et tous les matchs ont leur histoire et tous les matchs auront des plans différents. Mais c’est sûr que ça va nous aider à nous sentir plus forts sur la deuxième partie de saison.  

 

FlottiBulle - Pont de Claix