Avant Match FCG-Beziers avec J. Best (cap ASBH) : « Rien à perdre ! »

Celui qui aura tout connu avec Grenoble quinze années durant fait son second retour au SDA, maillot rouge et bleu sur le dos, celui de l’AS Béziers Hérault. Capitaine du navire sudiste, Jon Best (annoncé titulaire en seconde ligne) et ses partenaires se déplacent au SDA avec la ferme intention de tenir la dragée haute au leader du championnat de ProD2. Et s’il le peut, J&B compte bien s’en jeter un à la santé du FCG… Non sans se rappeler aux (plus ou moins) bons souvenirs des dirigeants et supporters de son club de cœur. Un rendez-vous comme toujours riche en émotions, un rendez-vous en terres bien connues…

FCG Béziers Jonathan Best

Bonjour Jonathan, après un bon début de saison vous restez sur deux défaites consécutives (à Biarritz et à domicile contre Colomiers), vous êtes dans le dur en ce moment ?
On va dire que cela fait un match et demi que nous ne sommes pas très biens avec en point d’orgue cette défaite contre Colomiers où nous sommes passés complètement au travers, c’était le néant.

Surtout qu’en tant que capitaine, perdre à domicile, tu n’as pas dû apprécier ?
On s’était promis de rester invaincus à domicile le plus longtemps possible, malheureusement cette défaite arrive relativement tôt dans la saison. J’ai toujours été attaché à l’importance de gagner chez soi, y compris du temps de Grenoble, sauf qu’on se rend compte que sur les seize équipes du championnat il y en a déjà onze qui ont perdu à domicile. Cela signifie qu’il faut jouer tous les matches pour les gagner sans se dire, comme au bon vieux temps, on assure surtout à la maison. Depuis quelques temps nous avions de mauvais signaux à l’entraînement quant à la qualité et l’engagement proposé. On s’est mis dans la m… tout seul, il faut trouver maintenant les solutions pour s’en sortir. C’est un bon coup de pied au c.. qui va nous permettre de redescendre un peu et nous rappeler que dans cette ProD2 il n’y aucun adversaire facile.

Justement vous enchaînez avec le leader Grenoble…
Quoi de mieux que le premier pour se remettre à travailler comme il faut car si on joue comme face à Colomiers au SDA, on en prendra 40. On attaque une période très compliquée avec le FCG, la réception d’Angoulême et deux déplacements à Mont-de-Marsan et Nevers. C’est du lourd qui nous attend donc il faut tout de suite trouver des solutions pour au moins se donner de la confiance, pas forcément en terme de résultat, mais surtout en termes de jeu et de contenu.

Malgré ce passage à vide, on vous retrouvera dans les six en fin de saison ?
(Rires) Autant tu m’aurais posé la question il y a deux semaines, j’aurais été plus confiant, autant là … disons que j’avance à pas feutrés. Je pense qu’il faut arrêter de se projeter sur ce qu’il va se passer dans six mois et vivre dans le présent, car mine de rien les saisons passent vite. Franchement il ne me reste pas beaucoup d’années à jouer et j’ai envie qu’elles se terminent par de belles histoires, cela passe forcément par des phases finales et quelque chose de beau. Je ne peux pas me contenter de jouer la dixième ou onzième place, ce n’est pas ça qui m’intéresse.

Jonathan BEST

Quelles sont les forces et faiblesses de l’ASBH ?
J’ai envie de dire que nos forces sont aussi nos faiblesses. Nous sommes une équipe avec beaucoup de caractère et d’engagement, pas facile selon moi à manœuvrer. Il y a aussi pas mal de jeunes, ce qui peut aussi expliquer nos hauts et nos bas. On pensait que nous avions une bonne mêlée, on s’est fait secouer dans ce secteur sur les deux derniers matches. Notre jeu au pied d’occupation a également été défaillant. Il y a plein de choses qui sont remises en question. Avoir du caractère et de l’ambition ne suffisent pas aujourd’hui, il faut aussi proposer des choses intéressantes dans le jeu. Si nous ne jouons pas les uns pour les autres, on redevient une équipe lambda. Il nous faut retrouver ce supplément d’âme et d’envie qui sont la base du rugby.

Le FCG risque donc de tomber sur un Béziers revanchard ?
Malheureusement Grenoble est un peu dans le même contexte puisqu’il vient de perdre à Vannes en se faisant un petit peu manger dans le combat. Connaissant très bien Sylvain Bégon, l’entraîneur des avants, je pense qu’il saura trouver les mots justes pour les remobiliser dans ce domaine.

Tu sauras trouver les mots pour motiver tes troupes ?
Je sais que les mecs répondront présents car quand on affronte les grosses équipes, il n’y a pas de problème de motivation. Sauf qu’être motivé ne fait pas tout, le plus important reste le résultat final, le reste c’est de la littérature. J’ai envie de dire que sur un match comme celui-ci nous n’avons rien à perdre. On joue le leader favori à la montée. Dans le pire des cas on perdra mais moi ce que je vais dire aux mecs, il faut que ce soit le plus dur possible pour Grenoble. Si les grenoblois l’emportent tant mieux pour eux mais il faut qu’ils montrent qu’ils sont meilleurs que nous. Si on cède à la 60′, 70′ ou même 80′, tant pis, mais il faut au moins montrer quelque chose. J’attends beaucoup d’engagement et de caractère de mes gars, du combat, ce qui fait la base de notre jeu depuis que je suis arrivé à Béziers et qui nous a plutôt bien souri depuis deux saisons. Maintenant il ne faut plus parler, il faut agir, c’est ce que j’attends.

Avec de la pluie toute la semaine sur Grenoble et donc un terrain gras, c’est plutôt un avantage pour vous ?
(Hésitations) Le pack de Grenoble est quand même un pack conquérant avec une bonne mêlée fermée. Après quand les conditions ne permettent pas d’envoyer du jeu, les scores sont serrés et c’est bien ce que j’espère (rires). On sait aussi que le FCG peut produire de très belles séquence sur un terrain et il a la chance d’avoir un jeu au pied d’occupation de qualité.

Grenoble est-elle la meilleure équipe de ProD2 ?
Sur le début de saison oui. C’est une équipe qui est très équilibrée entre son jeu d’avants et son jeu de trois quarts et très forte dans l’occupation. Il y a un bon mix entre des jeunes et des joueurs d’expérience avec pas mal de gars qui ont évolué en Top 14 la saison passée et qui connaissent les exigences du plus haut niveau. Moi perso, j’en fais mon favori pour la montée. On a vu que c’est une équipe capable de faire de gros résultats à l’extérieur, comme à Angoulême ou Carcassonne, deux formations délicates à manœuvrer chez elles. Maintenant on sait aussi que les joueurs grenoblois sont capables d’avoir des trous d’air comme à Vannes dernièrement ou contre Colomiers il y a quelques temps. On essaiera d’en profiter.

Pensez vous gagner au SDA ? Et Combien ?
(Rires) Si on l’emporte d’un point je serais le plus heureux. T’imagines bien que pour moi ce match revêt un caractère spécial. C’est un contexte particulier et j’espère qu’il n’y aura pas trop d’émotions comme j’ai pu en connaître lors de mon premier retour ici il y a deux ans. Je me méfie de cette équipe de Grenoble habituée à maîtriser ce genre de match et je ne pense pas que Béziers lui fasse peur. J’attends qu’on leur rende le match le plus difficile possible et qu’au moins, ceux qui doutaient de mon départ à Béziers se disent qu’il y a une belle équipe et de bons joueurs ici.

Jonathan Best FCG

Tu évoquais le contexte particulier. Est-ce que la joie de retrouver des visages connus va prédominer sur cette fin d’aventure grenobloise en queue de poisson ?
Je ne sais pas car ça s’est mal terminé avec Grenoble, ce n’est pas un secret. Je pense avoir encore le respect de certains supporters, je ne sais pas si c’est le cas de certains joueurs ou certains dirigeants, mais peu importe. J’ai des amis ici, ma famille pas loin, mais ce n’est pas pour ces gens là que je joue au rugby. Je joue au rugby pour gagner des matches, que ce soit à Grenoble, Perpignan ou n’importe où. Évidemment quand tu passes quinze ans au FCG, tu ne peux pas rester insensible. Je connais tous les coins et les recoins du club… J’espère surtout que je serais à la hauteur, car je ne suis pas très satisfait de mon match contre Colomiers, donc j’ai envie de me racheter ici. J’espère enfin que les gens gardent un bon souvenir de moi mais que ce vendredi, ils en garderont un mauvais de mon passage ici (rires).

Cerfrance - Echirolles