Mickael Gallego : La route décime

Le dompteur des cimes en Rhône-Alpes Mickael Gallego dont l’hégémonie sur la prise de la bastille est totale avec ses huit victoires (2008 et de 2012 à 2018) était étrangement absent de l’édition 2019 remportée par Simon Vivien le 1er septembre dernier.

Le grimpeur du VC Froges Villard Bonnot était en effet suspendu par L’Agence Française Anti Dopage (AFLD) pour les 4 prochaines saison en raison d’un échantillon présentant plusieurs produits dopants datant du 2 septembre 2018 après l’arrivée de sa dernière victoire au sommet de la Bastille.

Selon le rapport de l’AFLD publié ce mois, ils avaient décelé dans les échantillons la présence « de prednisone et de prednisolone, à des concentrations estimées respectivement à 1 720 et 3 790 nanogrammes par millilitre, de morphine, à une concentration estimée à 5 microgrammes par millilitre, et de testostérone et ses métabolites, dont l’origine exogène a été démontrée par analyse GC-C-IRMS. »

Le 5 Avril 2019 le secrétaire général de l’AFLD a envoyé une proposition d’accord au cycliste Isérois qui n’y a pas répondu. La sanction est donc tombée il sera suspendu jusqu’au 4 avril 2023 pendant cette période il aura interdiction de courir et de prendre part a une organisation d’une épreuve sportive. Sa victoire sur la prise de la bastille lui a été retirée ainsi que les points et les prix qui lui ont été attribués.

Dans le cyclisme moderne il ne faut mieux éviter de gagner sept fois la même course d’affilée….

LSD