Arthur Sport News, une chaîne YouTube pas comme les autres !

ASN. Non, nous n’allons pas traiter de sûreté nucléaire même si le garçon est potentiellement explosif. Ce n’est pas non plus l’acronyme d’un club de football, simplement les premiers pas d’un adolescent de 13 ans sur le chemin de son rêve, journaliste sportif. Arthur Gheno, vient de créer sa chaîne sur YouTube, Arthur Sport News. Treize ans. L’âge bête diront certains. La preuve que non. Surtout le temps des premières… Premières bêtises, sorties, rébellions, flirts… Arthur, son premier amour c’est le sport. Victime d’un léger handicap physique, compliqué alors de briller sur le pré. C’est donc derrière un clavier et sur un écran que le garçon a décidé de conter et faire vivre sa passion : le sport.
A la découverte d’Arthur, journaliste sportif en herbe…

arthur-au-musee-olympique

Chez les Gheno, Arthur Sport News c’est une histoire de famille. Anne-Laure et Daniel en guise de superviseurs, le grand frère Antoine dans le rôle d’infographiste et Arthur aux commandes. Même les copains s’en mêlent, « ils trouvent les vidéos intéressantes, sont contents et me donnent des coups de pouce pour avoir de la visibilité » raconte Arthur. Anne-Laure, sa maman, est forcément la plus à même pour nous aider à mieux cerner le personnage. Neuf mois au chaud, ça resserre les liens. «  Même pas, le jeune homme est du genre impatient. Il est arrivé très tôt, à tout juste six mois de grossesse » corrige sa maman. La suite sera plus compliquée, de quoi forger le caractère: « Il a subi deux opérations à la naissance avec un diagnostic vital fortement engagé. Le professeur qui l’a opéré nous avait dit: « Ces enfants là, quand ils survivent ce sont des teignes. » Il ne s’est pas trompé, c’est une teigne dans les bons et mauvais côtés. Il sait vraiment ce qu’il veut. » Une prématurité qui malheureusement aura laissé des traces: « Il est hémiplégique surtout du côté de la jambe gauche. Passionné de sport, Arthur ne peut le pratiquer ni avec les valides ni avec les invalides car il n’est pas en fauteuil. » Cela n’a pas empêcher l’adolescent de se frotter au tir à l’arc ou il aura réussi à décroché plusieurs belles médailles. « Désormais il ne peut plus, la position debout lui est trop douloureuse » précise Anne-Laure.

arthur-et-george-eddy-asvel

Impossible de vivre sa passion physiquement alors Arthur la vit par procuration : « Ma passion pour le sport est venue naturellement, j’ai vu un match de foot, j’ai eu le virus, je me suis documenté et depuis je suis devenu accroc aux sports. Je regarde tout ce qui passe à la télé. J’ai beaucoup d’anecdotes sur plein de sujets. » Depuis le jeune homme est incollable sur toutes les discipliines, enfin presque rectifie t-il avec modestie : «Je ne connais pas tout car il y a en certains que je ne maîtrise pas trop mais en foot et basket, mes sports de prédilection, je me débrouille bien. Dès que j’ai un peu de temps libre je fouille un peu partout, je vais sur les sites sportifs, je prends des notes, je sélectionne, je trie et surtout je regarde du sport, beaucoup de sports. »
D’où la suite logique, la création de sa chaîne YouTube Arthur Sport News « pour partager ma passion, mon savoir et donner à ceux qui me suivent des infos sur les sports qu’ils ne connaissent pas » définit l’intéressé, lui qui vise à porter un regard décalé sur l’actualité : « Je ne veux pas faire comme tout le monde. Les autres journalistes relatent bien l’actualité sportive, ils le font mieux que moi. Alors je préfère porter un regard différent, donner des anecdotes, retracer toute une carrière et traiter des sujets plutôt rares. » Ainsi Arthur s’attaque à une vaste palette de sujets : « Le cyclisme, la formule 1, le paratriathlon, le basket, l’athlétisme, je n’ai pas encore parlé de handball mais c’est prévu. » A ce propos, pourquoi ASN ? Le garçon serait-il fan de l’AS Nancy Lorraine ? « Non pas vraiment, je préfère Lyon dans la région et sinon c’est Paris… » Nul n’est parfait, et plutôt deux fois qu’une… Arthur en sourit : « J’ai essayé plusieurs noms, je trouvais que ça ne sonnait pas bien. Je me suis inspiré d’une chaîne américaine ESPN, J’ai mis mon prénom devant, ça m’a plu. »

arthur-et-gerard-holtz-musee-grevin

Une chaîne YT qui au départ n’enchantait pas spécialement ses parents : « Je ne suis pas une fan des réseaux sociaux, j’étais assez réticente au début, je ne souhaitais pas qu’il soit exposé. » Mais Anne-Laure sa maman s’est malgré tout laissé convaincre par de nombreux atouts: « Arthur souffre de troubles de l’attention et cela permet de le canaliser de façon importante. Cette chaîne le force également à effectuer des recherches, à lire et travailler son élocution car c’est une vraie mitraillette. Enfin, cela le désintoxique complètement du téléphone et le motive pour le métier qu’il aimerait bien exercer plus tard. Je suis plutôt convaincue désormais. Il a également croisé des personnes marquantes, notamment un athlète paralympique pour qui il voue beaucoup d’admiration, Ahmed Andaloussi. Celui-ci lui a proposé de le suivre sur les réseaux sociaux. Ce sont de belles rencontres porteuses d’espoir qui prouvent que l’on peut faire de grandes choses même avec un handicap. Et puis quand le moral est moins bon, il peut se raccrocher au fait qu’il existe des personnes sur des fauteuils capables de faire des choses que les valides ne font pas.» S’il y a bien un valide qu’Arthur rêverait de rencontrer et même interviewer, c’est l’idole des jeunes, l’inévitable Kilian Mbappe. Mais pas que : « J’aime beaucoup Kevin Mayer le décathlonien, j’ai pu l’admirer dernièrement au meeting de Paris. »

arthur-a-charletymeeting-de-paris-082019

Le temps passe et l’entretien touche à sa fin, on a demandé à Arthur ce qu’on pouvait lui souhaiter dans un avenir plus ou moins proche. Celui-ci n’hésite pas : «Je souhaite que mon projet fonctionne et qu’il continue longtemps. En espérant qu’un jour je devienne journaliste sportif. » Sa persévérance rend forcément fière toute la famille, « clairement une revanche sur son handicap » témoigne Anne-Laure. Arthur est un garçon reconnaissant, il est bien conscient que ses parents sont pour beaucoup dans l’ébauche de la réalisation de son rêve, « sans eux je parlerais de sport mais je n’en serais pas à faire toutes ces vidéos » témoigne t-il.
Ne reste donc plus qu’à souhaiter bonne chance à Arthur dans la réalisation de ses projets. Qui sait, peut-être le futur Grégoire Margotton ? Le jeune homme se fait une joie de rebondir :« Je l’aime beaucoup mais il y a aussi Hervé Mathoux, Omar Da Fonseca comme consultant, Estelle Denis et Laure Boulleau. Après j’aime bien Pierre Menes même si des fois il est un peu lourd. » S’il le dit.
Et Arthur d’ajouter un dernier mot en guise de conclusion : « Il faut maintenant que je travaille bien à l’école et que je sois bon en Français. »

Quand on vous dit que le garçon a de la suite dans les idées…
Vous souhaitez en savoir plus sur la chaîne ASN, c’est par ici.

Sportif JRH