#ForceAthlétique #Itw Médaille d’argent pour Clara Peyraud au Championnat d’Europe au Luxembourg

Clara Peyraud a décroché la 2ème place lors des championnats d’Europe de Force Athlétique au Luxrembourg, en catégorie subjunior. Pourtant, elle était championne 10 minutes durant… Avant que le sort lui ai été défavorable. Une réclamation a vu les instances déclarer vainqueur la Russe. 
– Comment vous sentiez-vous avant de débuter ? 
Clara Peyraud : On va dire qu’avant l’épreuve j’étais stressée comme à chaque compétition. J’appréhendais beaucoup l’athlète russe car on avait aucunes informations sur elle, étant donné que c’était la première fois qu’elle participait à un championnat international. À part ça, je me sentais en forme et assez confiante. L’échauffement se passe super bien, j’essaie de rester au maximum dans ma bulle et de ne pas trop faire attention aux autres athlètes.
– Et pendant, comment cela s’est déroulé ? 
On a décidé de mettre 87,5kg en barre de départ. Au début, ma concurrente russe annonce 85kg puis décide à la dernière minute de mettre le même poids que moi. Je passe ma première barre sans problèmes contrairement à ma concurrente qui ne la valide pas. Je prends donc un peu d’avance sur elle puisqu’elle redemande la même barre en deuxième essai alors que j’augmente la mienne de 5kg.
Tout s’est compliqué au moment du troisième et dernier essai. La Russe annonce 95kg et la valide. On change alors ma barre à la dernière minute et je demande 97,5kg. Je suis confiante car c’est une barre que j’ai déjà réalisé à l’entraînement. Elle représente un record personnel mais surtout un record d’Europe. J’y vais, je suis déterminée à gagner cette compétition ! À la fin du mouvement, je fixe le panneau d’affichage et vois que je me prend 2 points blancs et 1 seul rouge. La barre est donc validée dans un premier temps.
-Et justement à propos de cette affaire… Que s’est-il passé ensuite ? 
Malheureusement, l’équipe russe est allée porter réclamation car je serai partie avant l’ordre de l’arbitre (en Développé-Couché, des ordres sont donnés pour le départ, la montée et la fin). Leur réclamation est refusée dans un premier temps par les jurys. Ils y retournent 10 minutes plus tard, alors que le plateau qui suivait le mien avait déjà commencé. Cette fois-ci leur réclamation est accordée… Moi pendant ce temps, j’étais au contrôle antidopage et je n’avais aucune idée de ce qu’il se passait… Et puis les coachs de l’équipe de France n’ont pas pu réagir à cette décision car ils étaient occupés à gérer le match de trois autres athlètes français…
– Quel est donc votre sentiment ?
C’est très rageant de perdre de cette manière mais malheureusement c’est le sport ! Pendant la remise des prix, j’étais juste dégoûtée et en même temps assez énervée. Ce qu’on s’est dit avec mon frère (qui a aussi participé et qui est son coach, ndlr) c’est que je prendrais ma revanche aux Championnats d’Europe de Force Athlétique. Les autres athlètes m’ont beaucoup soutenu après cette défaite amère.
– Des regrets forcément mais des enseignements à tirer ? 
Je sais que dans le fond c’est moi qui ait été la plus forte sur le plateau et ça, personne ne peut le changer. Ce qui est difficile au Développé-Couché c’est que l’on a seulement trois barres pour se distinguer alors qu’en Force Athlétique, si on faute sur un mouvement, on peut toujours se rattraper sur un des autres.
À part ça, je pense que j’ai assisté à la meilleure compétition de ma courte carrière. Notamment au niveau de l’ambiance qui régnait au sein de l’équipe de France, et c’est ça que j’aime dans ce sport.
Crédit photo : European Powerlifting Federation
CERFrance