#FIFAWWC Becky Sauerbrunn (USA): «L’impression d’être dans un rêve!»

On prolonge encore un peu la fête avec l’interview de Becky Sauerbrunn, numéro 4 de la formation championne du monde. Solide comme un roc au cœur de sa défense centrale, la jeune femme de 34 ans n’a pas hésité à payer de sa personne (arcade ouverte) pour soulever la coupe. Elle a pris quelques minutes à l’issue de la rencontre pour conter son bonheur.

Becky félicitations, comment va votre arcade?
Merci, ça va. On va sûrement me mettre quelques points de suture après avoir bu un peu de champagne (rires) mais ça va aller.

Double championne du monde, quelles sont les différences entre les éditions 2015 et 2019?
Nous avons évolué contre différentes formations avec un style différent et avons dû nous adapter. Il a fallu un petit peu de temps mais nous avons appris à maîtriser tout cela.

Quelle a été la joueuse la plus talentueuse des Pays-Bas?
Je pense que c’est juste une équipe très forte dans le jeu de passe et dans la prise de décision. Toute la ligne défensive est très solide et leur gardienne est exceptionnelle, c’était une équipe difficile à battre.

Si on te dit que tu es la meilleure défenseure du monde, tu es d’accord?
Absolument pas même si ça me touche beaucoup. Je pense qu’on a d’excellents éléments en défense dans notre équipe et tous les jours je suis impressionnée de voir à quel point les joueuses autour de moi sont fortes, c’est une chance énorme. Souvent je me dis que je ne devrais même pas être là et j’ai l’impression d’être dans un rêve.

Qu’avez vous à dire sur le travail des coachs que ce soit en amont pour vous préparer à la Coupe du Monde, mais aussi pendant la compétition?
Ils travaillent beaucoup dans des domaines que nous, joueuses, ne voyons pas. Ils ont besoin de condenser beaucoup d’informations afin de nous permettent de progresser. Ils font un très bon travail en ce sens en omettant aucun détail. Je pense qu’ils rendent les choses consciemment difficiles pour nous. Ils nous mettent sous pression et si tu es nouvelle dans cette équipe, il se peut que tu commences dans un match compliqué pour juger de ta force. Cela nous prépare pour ces moments où tu joues contre les Pays-Bas, quand tu as besoin de marquer un but ou réaliser un arrêt… J’ai eu beaucoup d’opportunités de jouer et j’apprécie tout ce qu’ils ont fait.

Jill Ellis (Ndlr, coach USA) a été beaucoup critiquée pendant cette coupe du monde, ce titre c’est une belle réponse?
Deux Coupes du Monde d’affilée c’est dur à réaliser pour n’importe quel coach. Je pense qu’elle nous a tous mis au défi de réussir et énormément bien préparées pour tout ce qui nous attendait, ce n’était pas toujours simple pour elle. Il y en a qui sont capables de traverser cette pression et d’autres non. Celles qui sont capables d’endurer ce manège sont celles qui sont dans le staff des USA actuellement. Tu passes ce moment difficile, tu t’amuses avec ton équipe, tu gravis les échelons et à la fin tu gagnes la Coupe du Monde.

Votre équipe se bat pour l’égalité contre la fédération américaine de football, quelle sera la suite maintenant que vous avez gagné une autre Coupe du Monde?
Nous sommes également reconnaissantes envers notre Fédération de Football car c’est aussi grâce à eux que nous en sommes ici, mais nous allons continuer de nous battre pour qu’ils investissent plus et pour avoir ce que nous pensons mériter. Gagner une autre Coupe du Monde est un atout pour nous.

Après avoir réalisé le doublé 2015/2019, comment allez vous faire pour continuer de progresser?
Le jeu continue de changer. Nous avons joué beaucoup de matches difficiles pour pouvoir accéder à la finale et tomber sur les Pays-Bas. Tu analyses chaque équipe, comment elles évoluent et tu te demandes comment tu peux intégrer ça dans ton jeu aussi. Si tu ne t’adaptes pas, tu seras dépassée.

Dernière question pour conclure au sujet de Megan Rapinoe. Elle a été la star de cette Coupe du Monde et vous a beaucoup aidé quand vous en aviez besoin. Un mot sur sa performance?
Je pense que n’importe quelle équipe serait très chanceuse d’avoir Megan Rapinoe dans ses rangs. Elle gère très bien la pression et quand on a besoin d’elle, Megan est toujours au rendez-vous. C’est une qualité énorme que l’on ne peut pas apprendre, c’est inné chez elle.

Merci et encore bravo pour ce sacre!

CERFrance