#InfoLSD Changement de coach pour l’équipe Elite du GVUC : les réactions de la présidente et de l’entraîneur

Après deux saisons pendant lesquelles il aura obtenu au final le maintien de son collectif dans la plus haute division amateur, Christophe Meneau ne sera plus l’entraîneur de l’équipe Elite masculine du Grenoble Volley Université Club la saison prochaine.

On connait depuis peu le nom de son successeur. Un joueur et coach bien connu dans le monde du volley local : Guillaume Schweizer.

Le nouveau coach écume depuis longtemps les parquets et les tournois (qu’ils soient sur sable ou sur herbe). Lui qui a joué à Grenoble et entrainé à la Tronche Meylan s’est vu proposé ce poste il y a quelques semaines par le Comité Directeur du club. Une proposition qu’il est difficile de refuser.

Nous avons pu recueillir les premiers mots de Cécile Join, Présidente du club.

Madame la Présidente pourquoi ce changement d’entraîneur ?
Christophe (Meneau) a parfaitement rempli le contrat que nous lui avions fixé en maintenant l’équipe lors des deux dernières saisons. Nous l’en remercions, mais le cycle avec l’équipe et les joueurs est terminé. Nous cherchions un profil un peu plus dans la formation et la structuration de la filière masculine complète du club. Guillaume, entrainera l’élite mais il aura aussi certainement en charge  la R2 masculine en lien avec Christophe Bouille qui lui devrait s’occuper de l’équipe de pré-national. Ce choix est un choix dans la recherche de la stabilité, nous avons eu pas mal de contacts, un peu plus lointain géographiquement, mais on s’est dit qu’on avait sur l’agglomération quelqu’un à qui il fallait donner sa chance et qui avait selon nous le potentiel pour occuper ce poste.

Comment les choses vont elles s’organiser ?
Christophe Bouille devrait prendre en charge la préparation physique des deux équipes une (garçons et filles), Christine Herrera devrait intervenir dans le cadre de la préparation mentale également sur les deux collectifs. Des détails restent à régler mais voilà ce vers quoi nous souhaitons aller.

En ce qui concerne le collectif élite y aura t’il beaucoup de changements ?
Nous avons deux départs déjà actés. Celui de Tcheni Petro et celui de Samuel Repellin, tous deux partant pour des raisons professionnelles. Stéphane Waldie, qui était arrivé en cours de saison, est pour sa part déjà reparti en Australie. Il reste la possibilité d’un départ de l’un de nos centraux mais de ce côté rien n’est encore fait. Nous travaillons autour de plusieurs dossiers pour ce qui est des arrivées, nous avons également envie d’offrir à des jeunes du club la possibilité d’intégrer à terme l’équipe fanion.

Nous avons également demandé la réaction au nouveau coach :

Guillaume, peux-tu te présenter en quelques mots :
En tant que joueur, je suis loin de la carrière prestigieuse de mon prédécesseur. J’ai commencé le volley relativement tard, en passant dans les différents clubs de l’agglomération. J’ai principalement évolué dans les championnats de pré-national et nationale 3 et ai été sparring-partner de cette équipe Élite de Grenoble quelques années. Je connais donc bien tous les joueurs du groupe. En ce qui concerne l’entraînement, j’entraîne maintenant depuis plus de 10 ans, principalement au club de Meylan-La Tronche. J’ai suivi le cursus STAPS, une licence entraînement puis un master entraînement des sportifs de haut-niveau. En parallèle, j’ai passé mes diplômes fédéraux et un brevet d’état. J’ai encore une formation à valider pour entraîner à un tel niveau. J’ai également été entraîneur adjoint sur plusieurs sélections régionales jeunes où j’ai eu la chance de travailler avec des personnes très compétentes et d’emmener des collectifs de jeunes joueurs sur des podiums nationaux.

Comment les choses se sont-elles faites ?
Côtoyant les joueurs du collectif depuis quelques années, je ne cache pas que cette idée germait dans mes pensées depuis un certain temps mais pas forcément que ça se réaliserait. Les dirigeants ont estimé que le groupe arrivait à la fin d’un cycle avec Christophe et qu’un changement d’encadrement était nécessaire. Ils m’ont donc soumis le projet. Après une mure réflexion, des échanges avec les joueurs et des collègues entraineurs sur des postes similaires,  j’ai estimé que le projet proposé était viable et que je ne pouvais passer à côté d’une telle opportunité. J’ai envie de relever un tel challenge. Mes missions ne se limiteront pas à l’encadrement de cette seule équipe, j’aurai également un rôle à jouer dans la formation des jeunes et la structuration du secteur masculin. Avec de la rigueur et du travail, tout cela est complètement réalisable.

On nous évoque un rôle de capitaine et d’adjoint pour Adrien Clément, qu’en sera t’il  ?:  Adrien Clément est l’un des joueurs les plus aguerris à ce niveau, il fait partie du collectif depuis plusieurs années et connait très bien le championnat et ses acteurs. Son capitanat me semble donc logique. Pour ce qui est du rôle d’adjoint, il me sera de très bon conseil.  Je sais que je peux compter sur lui en ce qui concerne les préparations de matchs, grâce à sa connaissance de nos adversaires, mais également pour faire le lien entre les dirigeants, le staff et les joueurs.

CERFrance