#BDL L’analyse de la finale : « Et Grenoble renversa Rouen »

Ce mardi soir, à Rouen, les Brûleurs de Loups de Grenoble sont devenus champions de France en remportant 2 buts à 1 le septième match de la série finale. Pourtant, c’était bien les Dragons de Rouen qui étaient le mieux rentrer dans la partie.

Quel(le) final(e) ! Si l’édition 2017-18 de cet affrontement final entre les deux grosses écuries du championnat de France nous avait laissés sur notre faim, la finale 2018-19 aura tenu toutes ses promesses. Une série en 7 matchs et un septième match plein de suspense nous ont été proposés. Un septième match qui aurait pu prendre une bien autre tournure.

Rouen assomme Grenoble d’entrée de jeu

Après 11 minutes de jeu, il fallait être réellement optimiste pour penser que Grenoble pourrait revenir dans la partie. En effet, Rouen était bien mieux rentré dans la partie que les Brûleurs de Loups. Fabrice Lhenry avait réussi un joli coaching en plaçant Bedin aux côtés de Aleardi et Guttig ce qui permettait de glisser Caron sur la quatrième ligne pour avoir (au moins) un meneur de jeu sur chaque ligne. Et ses joueurs répondent présents. Plus présent dans le pressing et extrêmement précis dans leurs transitions, Rouen récite son hockey léché qui a fait sa force cette saison. À la onzième minute, Rouen fait du Rouen : une sortie de zone contrôlée, un changement d’angle d’attaque, une permutation en zone neutre, une entrée en zone offensive en contrôle plein axe et un défenseur qui se projette vers la cage et ça fait 1-0. Un but à la fois magnifique dans sa construction mais aussi caractéristique de la construction des transitions par les Dragons qui cherchent en permanence à attaquer le centre de la glace.

Mais, au-delà de ça, ce but récompense une grosse domination des locaux. Après 11 minutes, Rouen avait tenté 24 tirs contre seulement 7 pour Grenoble. Au même moment, les Dragons s’étaient créé 0.88 but anticipé quand les hommes d’Edo Terglav étaient limités à 0.31. Mais, ce but va totalement changer la face du match.

BDL - rouen

Rouen dominé

Est-ce Grenoble qui a accéléré ou Rouen qui a arrêté de jouer et qui s’est regroupé en défense en préférant la sécurité ? Difficile de répondre à cette question, mais le rapport de force s’est totalement inversé suite au but de Brodeur. Comme souvent dans la série, l’équipe qui mène au score se retrouve dominée et se regroupe en défense. Entre l’ouverture du score du Québécois et l’égalisation de Tartari, Grenoble va tenter 44 tirs. Dans le même temps, Rouen ne tire que 16 fois. Dans ce contexte, difficile de tenir 49 minutes face à l’armada offensive grenobloise, même en limitant assez bien leurs chances de marquer comme l’a fait Rouen. Logiquement, Grenoble revient dans la partie. Logiquement aussi, Rouen se remet à jouer juste après cela. Lors des 3 minutes qui suivent l’égalisation, Rouen va tenter 12 tirs contre 1 seul pour Grenoble. Les Dragons sont dangereux, mais Horak tient et laisse l’occasion à un autre grenoblois d’endosser la cape de héros.

Fleury, héros légitime

Y a-t-il un joueur (de champ) qui a été plus en vue au cours des 7 matchs de cette finale que Damien Fleury ? Dominant sur la glace et extrêmement dangereux, l’ailier formé à Caen n’a cessé de buter sur Pintaric au cours de cette série, mais il ne faut pas s’y tromper : c’est lui le meilleur joueur (de champ) de cette finale. Au cours de ces 7 matchs, Fleury a tenté la bagatelle de 55 tirs et s’est créé 3.45 buts anticipés, c’est le meilleur joueur de la finale dans ces deux statistiques et assez franchement. Seul Chakiachvili s’approche de son nombre de tirs mais ce sont des tirs lointains et seuls trois joueurs (Leclerc, Aleardi, Ritz) dépassent les 2 buts anticipés sans qu’aucun ne s’approche des 3 buts anticipés. Alors, avec ses talents de finisseur, il fallait bien que son apport dans le jeu et sa faculté à se créer des occasions de buts finissent par payer. Ironie du sort, lui qui a manqué des rebonds cage vide, des face à face avec le gardien, des tirs sur réception bien placés, c’est sur un tir assez lointain que Fleury donne l’avantage décisif aux Brûleurs de Loups.

Bdl rouen

Reste 6 minutes et 10 secondes à tenir. 370 secondes interminables pour les joueurs, le staff, les dirigeants et les partisans. 370 secondes à résister aux derniers assauts des Rouennais qui auront laissé échapper un match qu’ils semblaient, pendant 11 minutes, bien maîtriser. Une dernière pénalité, un dernier dégagement interdit, de quoi se faire peur jusqu’au bout, mais les Brûleurs de Loups tiennent. Puis, la délivrance : Grenoble est champion de France de hockey sur glace.

 

BDL. ROUEN
Carrosserie Safir