Salomé Maran (FCG Amazones) : « Cette signature aux Amazones a été un grand palier dans ma vie »

La jeune Salomé Maran, ex-joueuse du VRDR maintenant aux Amazones, était nominée lors des Trophées de l’OMS dans la catégorie « Espoir Féminin de l’année ». A la fin de la soirée, elle s’est arrêtée au micro de #LSD pour nous confier son ressenti sur son début de saison, ses objectifs et parler également de son club formateur, le VRDR.

Salomé, tu étais nominé ce soir aux Trophées de l’OMS, tu viens d’avoir l’argent aux JO de la Jeunesse. C’est une belle saison pour toi ?
 Oui, c’est vrai que c’est une nouvelle belle récompense d’être nominée aux Trophées de l’OMS. Je suis très heureux de représenter le rugby féminin. Je souhaitais vraiment mettre en avant ma discipline aujourd’hui et je ne suis pas déçu de ne pas avoir été élue. Je félicite justement Julia Perrichon (EA Grenoble) pour ce titre. 

Comment se passe cette année pour toi aux Amazones ?
 Cette année se passe vraiment bien pour moi sur un point de vue individuel. Je suis depuis Septembre dans ce club et je suis très heureuse. Les filles m’ont intégré très rapidement dans le groupe. C’est ma première année en Elite et en Séniors et cette signature a été un grand palier dans ma vie. Côte collectif, on a réalisé vraiment un bon début de saison. Malheureusement, depuis quelques matchs, c’est plus compliqué avec notamment la perte de plusieurs joueuses cadres de l’équipe sur blessure. Je reviens moi aussi à peine d’une blessure mais j’ai eu de la chance d’avoir la trêve pour ne pas louper trop de rencontres. 

Dans cet effectif, vous êtes trois drômoises avec Lou Noël, Alice Muller et donc toi. Cela a dû vraiment t’aider au départ ?
 C’est vrai que ça nous a aidé. Nous sommes venues toutes les trois sur Grenoble en se disant que si c’était compliqué, nous serions ensemble ! On avait déjà de forts liens créés. Je jouais avec Alice au VRDR et nous jouions contre Lou Noël qui évoluait elle à Rhone XV. Je connaissais également Alexandra Chambon avec qui j’avais eu des sélections. Dès le départ, on est comme des piliers les unes pour les autres. Maintenant, on peut compter sur nous quatre mais également sur l’ensemble de l’effectif qui nous a vraiment bien intégré.

Quels sont les objectifs pour les Amazones pour cette fin de saison ? Assurer le maintien le plus rapidement possible ?
Exactement ! Actuellement, nous sommes en milieu de tableau et les prochains matchs qui vont arriver vont être important avec Lille, Bordeaux, Bayonne chez nous où il faudra tenter de faire quelque chose. Après, nous aurons un match de gala contre Toulouse où il faudra tenter de tenir le coup contre une très belle équipe. L’objectif sera de tout donner pour rester en haut de tableau et tenter d’accrocher les phases finales. Je préfère jouer un match de phases finales contre une grosse équipe que de jouer avec le feu au risque de se brûler. 

Tu as découvert le championnat d’Elite mais tu as aussi vécu une expérience unique en décrochant l’argent aux JO de la Jeunesse. Comment as-tu vécu cette expérience ? As-tu quelques regrets encore ?
 En prenant du recul, nous avons réalisé une performance exceptionnelle. C’était vraiment magnifique comme tournoi. Forcément, on a encore en travers de la gorge cette défaite de trois points en finale contre la Nouvelle-Zélande. Mais, c’est le rugby à 7, ce n’est jamais fini ! On est devant à deux minutes de la fin et nous nous inclinons sur des petits détails. Après, on peut aussi voir le positif puisque nous avons progressé tout au long de la compétition et nous avons vraiment représenté nos couleurs. Aujourd’hui, être vice-championne olympique, est une vraie satisfaction ! Cette expérience est gravée a jamais dans ma mémoire et j’en suis ressortie grandie. 

Toi, la drômoise, suis-tu encore les résultats de ton club formateur, le VRDR, qui a dans ses rangs, ton ancien coach, Belgium Tuatagaloa ?
 J’ai du mal à aller les voir car on est souvent mobilisé sur Grenoble. J’essaie de le suivre un maximum et je donne tout mon coeur à mon club formateur. J’ai toujours dans le coeur le VRDR et j’espère vraiment qu’ils vont réussir à monter. Je leur souhaite toute la réussite possible pour cela. 

Travaux public Balini