Grenoble-Le Havre: A l’att-HAC-!

Faux départ. Le trente deuxième de finale de Coupe de France contre Strasbourg est reporté au 16 janvier, la toute récente pelouse grenobloise n’ayant pas résisté au gel. C’est donc face à la formation havraise, pour le compte de la vingtième journée de championnat, que les isérois débuteront 2019. Deux matches que l’attaque grenobloise est muette. Comme la défense, le point fort habituel, n’est pas en verve non plus, la machine grenobloise est à l’arrêt. 2019 et son lot de bonnes résolutions est arrivée. Celle de repartir de l’avant par exemple…

Sur la pelouse, le gel!
20h52 s’affiche sur l’horloge officiel du SDA. Le protocole prend du retard, ce n’est pas dans les habitudes de la FFF. La rumeur ambiante prend corps et sera confirmée quelques minutes plus tard par le speaker officiel de SDA: «L’état du terrain se dégradant au fil des minutes, cette rencontre est annulée.» Les partisans des deux camps n’apprécient que très peu la nouvelle, surtout les strasbourgeois. Comme on les comprend! La route, les frais … S’en suit les questions habituelles dans ce genre de décision. Fallait-il seulement programmer ce match en plein hiver un soir à 21h00? Bâcher le terrain? Ou même décaler le match de coupe de la Ligue entre l’OL et Strasbourg? Chacun se fera son opinion. Toujours est-il que Philippe Hinschberger et son homologue Thierry Laurey valident cette décision «afin d’éviter de se retrouver avec deux ou trois joueurs blessés.» A qui profite le crime? Strasbourg peut-être, qui aurait pu chercher à se préserver avant de jouer l’OL. Maxime Spano, le capitaine grenoblois, rectifie: «Cette décision était unanime. Le terrain était réellement gelé, sans aucun appui. C’était comme jouer sur du carrelage et cela aurait été beaucoup trop dangereux.» L’ancien toulousain regrette évidemment de n’avoir pu jouer cette rencontre et comprend la frustration du public: «C’est certain qu’être prévenu à dernière minute, ce n’est pas l’idéal. Nous aussi nous étions déçus de cette décision même si elle est très logique. Face à une grosse équipe de L1 en pleine confiance, c’était une belle façon de débuter 2019, un bon test pour l’équipe mais également un galop d’essai intéressant avant la réception du Havre.» Les aléas de l’hiver en Isère. L’entraîneur alsacien, Thierry Laurey, dont la langue de bois n’est pas une spécialité, en profite pour glisser un petit tacle à la FFF: «Grenoble, au mois de janvier, ce n’est pas les Caraïbes…» Certains disent Chicago, on s’en approche…
Et pour couronner le tout, impossible de reporter au lendemain pour cause de FCG-Castres. Bref, le casse tête pouvait commencer. Entre la Coupe de la Ligue, le championnat, la Champion’s League (OL), l’obligation de jouer avant le prochain tour (CQFD), les dates de report n’étaient pas légion. Ce sera finalement un soir de semaine, mercredi 16 janvier à 19h15, intercalé entre la réception du Havre et le déplacement à Niort. Soit trois matches en huit jours pour le GF38, sur des terrains souvent compliqués, peut-être 5 en 15 jours même, si Grenoble parvenait à se qualifier et affronter le PSG au Parc le mercredi 23/1. Nous n’en sommes pas encore là mais Grenoble devra bien négocier ce mois de janvier crucial. Max spano le sait: «Cela complique un peu les choses surtout que nous avons un gros calendrier en début d’année, encore plus si nous avons la chance de nous déplacer à Paris. Je pense que nous avons l’effectif pour faire tourner un peu.» Et l’entraîneur alpin, de son côté, de regretter la programmation des compétitions: «C’est la spécificité du calendrier français qui fait que les mois de décembre et janvier sont les plus chargés. Nous sommes frustrés de nous arrêter de jouer au foot mi-mai alors que les terrains sont bons plutôt que de jouer le plus en plein hiver quand les conditions sont défavorables et les températures négatives. Celui qui est qualifié pour les ¼ de finales de la coupe de la Ligue peut jouer jusqu’à huit matches au mois de janvier, c’est beaucoup. Nous sommes prêts et excités malgré tout pour attaquer cette série.» Avant de débuter ce marathon face au Havre, Philippe Hinschberger nous parle de la possibilité d’affronter le Paris Saint-Germain, un bon et un mauvais tirage à la fois car il risque d’accaparer l’attention des joueurs: «Difficile de parler d’un match qui n’existe pas, il faudra déjà éliminer Strasbourg, ce qui n’est pas une mince affaire. C’est très sympa d’aller au Parc, de voir le stade, les vestiaires, la qualité de la pelouse, mais c’est quand même un déplacement très compliqué. Quand je compare avec les autres L2, on a tiré la meilleure équipe en coupe de la Ligue et maintenant la meilleure en coupe de France…» Max Spano ne pense pas voir sa formation déjà tournée vers la coupe de France: «Le piège parfait serait de penser déjà à ces deux éventuelles rencontres face à des L1. L’effectif a la tête sur les épaules, on sait d’où on vient et on ne veut pas se tromper d’objectifs, à savoir bien figurer en championnat.» Maxime Spano, sage parmi les sages, a malgré tout les yeux qui brillent quand il évoque la possibilité de jouer le PSG: «Paris au Parc, c’est une fois dans ta vie, c’est quelque chose de magnifique. Tout le monde voudra jouer, même les blessés et les suspendus (rires).»

Résultats de la dix-neuvième journée de L2
Auxerre-GF38 4-0
Paris FC-Red Star 1-1
Troyes-Clermont 0-1
Béziers-Orléans 1-2
Châteauroux-Gazélec Ajaccio 0-1
Niort-Brest 1-1
Metz-Nancy: reporté
Le Havre-Valenciennes: reporté
Lens-AC Ajaccio 1-2
Sochaux-Lorient 1-0

Lors de la dix-septième journée de championnat, Grenoble avait été la seule équipe à briller loin de chez elle (3-0 à Béziers). Pour ce dernier acte de 2018, c’est l’inverse, seuls Lorient et le GF se sont inclinés à l’extérieur. Malgré ce revers, le podium reste, contre toute attente, à portée de fusil.

Classement après 19 journées

P

Equipe

Pts

J

G

N

P

Bp

Bc

Diff

1

Metz

41

18

13

2

3

32

12

+20

2

Brest

38

19

11

5

3

35

18

+17

3

Lens

32

19

9

5

5

27

16

+11

4

Paris FC

32

19

8

8

3

18

11

+7

5

Niort

32

19

9

5

5

21

16

+5

6

Lorient

31

19

8

7

4

24

16

+8

7

Grenoble

31

19

9

4

6

23

19

+4

8

Troyes

29

19

9

2

8

26

19

+7

9

Clermont F.

29

19

7

8

4

21

14

+7

10

Le Havre

27

18

7

6

5

21

18

+3

11

Orléans

26

19

8

2

9

25

29

-4

12

Auxerre

23

19

6

5

8

20

18

+2

13

Châteauroux

22

19

5

7

7

14

21

-7

14

Gaz. Ajaccio

22

19

6

4

9

17

28

-11

15

AC Ajaccio

21

19

5

6

8

19

25

-6

16

Sochaux

20

19

6

2

11

15

25

-10

17

Béziers

18

19

5

3

11

14

25

-11

18

Valenciennes

17

18

4

5

9

22

32

-10

19

Nancy

13

18

3

4

11

10

24

-14

20

Red Star

13

19

3

4

12

14

32

-18

Sur les deux dernières journées, Lens à guère fait mieux que Grenoble. Le Peloton de postulants au podium a grossi. Grenoble, septième n’est qu’à un point du troisième. Tous les espoirs restent permis. Si le GF comptait une petite victoire de plus…

Le trou normand?
Les fêtes et les excès terminés, rien de mieux qu’une formation normande pour vous aider à éliminer et vous remettre en appétit. C’est donc par Le Havre que les grenoblois débuteront leur triptyque infernal, voire plus. C’est par Grenoble que les normands finiront une semaine bien chargée. En effet, hasard du calendrier, le HAC a affronté les girondins de Bordeaux chez lui à deux reprises en trois jours. La première fois dimanche 6/01 pour le compte de la Coupe de France avec un succès de prestige 1-0 et la seconde mercredi 9/01 à l’occasion des quarts de finale de coupe de la Ligue avec une défaite à la clé 1-0. Et donc Grenoble trois jours plus tard. La fraîcheur devrait logiquement être dauphinoise. Philippe Hinschberger l’espère mais souhaite surtout que ses hommes retrouvent leurs vertus: «Ils auront joué deux fois avant Grenoble, est-ce que leur situation est plus compliquée que nous? Je pense que Le Havre va faire tourner mais honnêtement je ne sais pas qui sera le plus avantagé. Je constate seulement que nous avons plutôt bien repris la semaine dernière avec des entraînements de qualité. Il n’y a pas de raison que nous ne soyons pas enthousiastes. Il va surtout falloir retrouver notre combativité, notre énergie et notre qualité de jeu qui nous ont fait défaut face au Paris FC, où nous avions été trop spectateurs, ou encore Auxerre, même si selon moi cette défaite reste un accident de parcours.»
A l’aller le Gf38 avait souffert avant que Maxime spano n’arrache l’égalisation dans les arrêts de jeu. Le capitaine grenoblois n’est pas prêt de l’oublier celui-là «un but qui restera gravé à jamais dans ma mémoire.» Il nous le fait revivre: «Deuxième journée de championnat, on perd 1-0. Corner dans les arrêts de jeu repoussé par la défense. Jessy Benet récupère, passe à Flo Sotoca qui centre, je me déplace bien, un très bon déplacement même digne d’un attaquant (rires) et je ne calcule pas, je contrôle et frappe. Égalisation sur la fin, c’est juste un souvenir magnifique.» L’entraîneur grenoblois se rappelle lui aussi une grosse équipe : «C’était très compliqué. Le havre est une formation solide athlétiquement, très bien organisée. Je connais très bien son entraîneur Oswald tanchot qui est un ami, je sais qu’il met beaucoup de rigueur défensive de partout où il a entraîné. Cette formation a également du talent en attaque avec plus de matière que la notre, une plus grande expérience de la L2.» Le défenseur central du GF38, Max spano, confirme: « C’est une équipe composée d’un très bel effectif qui joue très bien au ballon et qui maîtrise parfaitement son jeu. Si on ne rentre pas rapidement dans le match, on risque de se faire punir.» Enfin, Philippe Hinschberger d’espérer retrouver le vrai visage du GF: «Est-ce que notre adversaire sera Le Havre ou bien nous-même? C’est certain que si nous les regardons jouer comme face au Paris FC, il y aura le même score, voire pire.»

Programme de la vingtième journée de L2
GF38-Le Havre (samedi 12 janvier)
Gazélec Ajaccio-Auxerre
AC Ajaccio-Béziers
Clermont-Niort
Orléans-Metz
Lorient–Châteauroux
Nancy-Paris FC
Valenciennes-Sochaux
Brest-Troyes (samedi 12 janvier)
Red Star-Lens (Lundi 14 janvier)

A priori pas de changement prévu par rapport au onze prévu face à Strasbourg sauf «risque de blessure ou méforme» dixit l’entraîneur isérois. Brice Maubleu, touché au pouce à l’entraînement, pourrait faire son retour.
On devrait donc débuter avec du grand classique: Camara ou Maubleu – Gibaud, Spano (Cap),  Vandenabeele, Mombris, Sanusi, Coulibaly, M’Changama, Elogo, Chergui, Sotoca.
Un mot pour finir sur les possibles retrouvailles avec l’ancien de la boutique, Fernand Mayembo. Maxime Spano est plus à même d’en parler: «Fernand est un garçon qui a laissé beaucoup de bons souvenirs à Grenoble. C’est un bon vivant, un bon mec qui méritait de partir dans un club plus «huppé». Il a très peu joué en première phase mais vient d’être aligné sur les deux matches de coupe, j’espère qu’il va continuer et qu’on le croisera au SDA, ce serait une bonne chose.» Pas de cadeaux pour autant?: «Il n’aura aucun cadeau. Je pense que lui ne nous en fera pas et ce sera pareil de notre côté. Cela risque d’être joli à voir.»

Au moins que le faux départ strasbourgeois soit source de fraîcheur supplémentaire pour gravir ce mois de janvier à haute altitude. Avec si possible le plein d’énergie, de la solidité derrière, de l’allant et du réalisme devant. Si le GF38 veut continuer à titiller le podium, il n’a pas d’autres choix que débuter 2019 par une victoire. Alors allez Grenoble, à l’att-Hac-!

GF38-Le Havre Athlétic Club, samedi 12 janvier, 15h00, Stade Des Alpes, Grenoble

CERFrance