#2018 #GSMH38 Les Tops et les Flops!

Au tour des handballeurs martinéro-grenoblois de passer sous le grill du Tops/Flops 2018. Tout comme le FCG version masculine et féminine ou à l’instar du GF38, le GSMH38 est à classer au rayon des Tops, avec un T majuscule.

Une année 2018 merveilleuse pour le hand masculin dauphinois. En effet le feu GSMHGUC, rebaptisé GSMH38 à l’intersaison pour une meilleure visibilité, a atteint pour la première fois de son existence la redoutable et splendide Proligue. Petite remarque au passage, on l’aimait bien cet écusson avec ce petit chamois et ces trois roses, symboles forts du club. Passons, champion de National 1, le projet isérois a mûri lentement mais sûrement pour atteindre son apogée en 2018. Alors un grand bravo à toutes les forces vives du club, ainsi qu’aux joueurs dauphinois pour avoir mené à bien cette belle aventure. Comment ne pas associer Aziz benkahla à cette réussite? Le jeune entraîneur du GSMH prouve que la valeur n’attend pas le nombre des années. Il a su tirer le meilleur de chacun de ses hommes. Un groupe emmené par les Tops «anciens» Samy Bendjabalah et Joris Dei Negri, garants de l’âme du GSMH38 et chefs de fil d’une défense sacrifice et d’un état d’esprit irréprochable. Nous aurions aimé voir le talentueux Lucas Limouzin, parti à Annecy à l’intersaison, évolué lui aussi en Proligue. La doublette d’arrière droit avec Ayyoub Abdi aurait eu fière allure. Puisque l’on évoque l’international algérien du GSMH38, en voilà un pouce levé bien haut. Son arrivée s’est éternisée dans les langueurs administratives mais cela valait le coup d’attendre. Le joueur a fait étal de tout son talent lors de ses premières sorties même s’il a marqué le pas dans ce difficile mois de décembre. Un but sur deux, la ratio de réussite de l’international algérien depuis son arrivée. Le garçon est à son avantage dans les uns contre uns. Les clubs plus huppés ne s’y sont pas trompés en venant déjà aux renseignements. L’occasion d’adresser un flop à certains arbitres de Proligue qui sont beaucoup trop indulgents avec certains défenseurs. Ayyoub Abdi est la cible de contrats caractérisés sur ses premiers duels. Le règlement indique le rouge quand la tête est visée. Il n’y a qu’à l’appliquer, début de match ou non. Les artistes ont besoin d’être protégés… Autres joueurs à tirer leur épingle du jeu, Yvan Clot, Yannis Jourdan et Grigorios Ioannou. Le portier totalise presque 9 arrêts par match soit 31,44 % de réussite. Avec 111 arrêts dans la musette, l’ancien valentinois occupe le septième rang des gardiens de Proligue. Sans un grand Yvan clot, pas de victoire des dauphinois. Le dernier rempart isérois sait ce qu’il lui reste à faire pour cette nouvelle année. Quant à Yannis Jourdan, du haut de ses 23 ans, l’ex chambérien a croqué à pleines dents dans cette Proligue. Avec 63 buts sur 112 tentatives, l’arrière gauche grenoblois occupe le treizième rang des buteurs de la Proligue, quatre place devant l’international grec du GSMH. 58 buts inscrits pour Ioannou capable aussi de dépanner également au poste d’arrière droit, soit un ratio de 66%. En ajoutant Marius Randrietseheno et ses 39 buts, le club martinéro-grenoblois, même si l’attaque n’est pas son point fort, a aussi des arguments à faire valoir devant.
Pour revenir sur la Proligue, les débuts ont été quelque peu difficiles avec des adversaires de gros calibre et surtout un championnat a deux vitesses: ceux qui luttent pour monter et les autres pour ne pas descendre. Le GSMH38 occupe le dixième rang au classement, un point devant le Cavigal Nice. En affinant un peu, la défense dauphinoise est la neuvième de Proligue tandis que son attaque occupe l’avant dernier rang du circuit. Le club rouge et blanc aurait pu vivre une fin d’année beaucoup plus sereine mais un Flop vient contrarier ses plans, le flop de cette fin d’année… Le GSMH38, alors sur une bonne dynamique de deux nuls trois victoires entrecoupées d’une défaite à Massy, a eu la mauvaise idée perdre à Strasbourg, concurrent direct au maintien. C’est surtout la manière qui agace. Comptant jusqu’à sept buts d’avance, alors que la formation alsacienne venait d’écoper d’un carton rouge, le GSMH avait l’occasion de couler Strasbourg, il l’a relancé. Suffisance? Pas dans le genre de la maison, mais cette défaite fait mal. Et depuis, les coéquipiers de Samy Bendjaballah, ont enchaîné trois revers de rang en championnat et un quatrième plus anecdotique en coupe de France contre Villeurbanne. Une défaite contre une équipe de niveau hiérarchiquement inférieur (N1) mais certainement un mal pour un bien. Ce n’est pas le moment de se disperser à courir plusieurs lièvres à la fois. Alors certes, trois échecs face aux trois premiers du classement, mais la dynamique est inversée. Le GSMH 38 a vu forcément ses adversaires directs recoller au classement. Même si Caen semble condamner, attention à ne pas s’asseoir sur le second strapontin vers la Nationale 1. Ce serait ballot. Car du huitième au treizième, trois points séparent les concurrents. Le GSMH devra lutter pour sa survie avec cinq équipes: Cherbourg (2 points de plus), Sélestat (1 point de plus), Strasbourg, Saint-Marcel-Vernon (égalité de points) et enfin Nice (1 point de moins). Dixième à l’heure actuelle, on signe pour le même classement en fin de saison.

Rang

 

Equipe

Pts

J

G.

N.

P.

Buts

Diff.

1

Chartres

23

13

11

1

1

395:348

47

2

Nancy

21

13

10

1

2

368:334

34

3

Créteil

19

13

8

3

2

358:333

25

4

Saran

19

13

9

1

3

391:376

15

5

Limoges

17

13

8

1

4

366:336

30

6

Dijon

16

13

7

2

4

369:347

22

7

Massy

14

13

6

2

5

353:342

11

8

Cherbourg

10

13

3

4

6

351:378

-27

9

Sélestat

9

13

3

3

7

335:343

-8

10

   

Grenoble

8

13

3

2

8

331:354

-23

11

Strasbourg

8

13

3

2

8

381:405

-24

12

Saint-Marcel Vernon

8

13

3

2

8

317:350

-33

13

Nice

7

13

1

5

7

363:394

-31

14

Caen

3

13

1

1

11

351:389

-38

On a apprécié l’affluence bien garnie de la salle Jean-Pierre Boy avec quelques guichets fermés. Preuve s’il en est que le hand peut coexister au sein de la métropole grenobloise avec les poids lourds FCG et GF38. Transition toute trouvée pour évoquer le retour des rouges et blancs dans leur mythique Halle Pablo Néruda, fétiche s’il en est, même s’il était beau ce gymnase Jean-Pierre Boy. Ce sera lors de la réception de Limoges le 1er février. De quoi voir l’avenir plus sereinement? Peut-être. Toujours est-il que les dauphinois auront l’avantage de recevoir tous leurs adversaires directs pour ne pas descendre, excepté St-Marcel Vernon. Un sacré atout quand même, à condition de parfaitement négocier ces chocs. Au moins que le revers strasbourgeois serve de leçon!
2018 fut grandiose, 2019 le sera tout autant si le GSMH38 termine à une autre place que la treizième ou la quatorzième. Même si depuis le flop Strasbourgeois, le GSMH fait grise mine, la réception de Limoges début février doit permettre d’inverser la tendance. Dans son Pablo Néruda fétiche, le GSMH38 a très souvent eu le dernier mot. La bonne habitude doit perdurer en 2019. Le maintien en Proligue passera forcément par là!

CERFrance