Stade Toulousain-FCG Amazones: «faire honneur au maillot!»

On ne l’a pas sentie venir celle-là. Une défaite 13-00 chez le dernier de la classe Tarbes et voilà Grenoble qui enchaîne avec un second revers consécutif après celui à domicile contre Bobigny. Les grenobloises, en plein doute, auront fort à faire à Toulouse, leader invaincu de cette poule 2 du Top 16. En effet, ce match en retard de la cinquième journée offre une des références du rugby féminin aux Amazones, le tout sur un stade Ernest Wallon chargé d’histoires. Encore quatrième au classement, on voit mal le promu grenoblois l’emporter chez le cador du championnat. Mission impossible donc, un voyage sans aucune pression dans la ville rose, juste avec l’objectif de se rassurer, rivaliser le plus longtemps possible et faire honneur à ses couleurs, un peu plus ternes ces derniers temps. Après, sur un (énorme) malentendu…

Résultats de la dixième journée de Top 16 poule 2
Tarbes-FCG 13-00
Bobigny-Villeneuve d’Ascq 31-05
Bayonne-Bordeaux 46-03
Caen-Toulouse 00-32

Fanny!
Il faut remonter à 2013 pour trouver trace d’une défaite à 0 point marqué par les grenobloises. C’était encore l’époque où les Amazones battaient pavillon sassenageois, une année noire en Top 8 avec la relégation en guise de conclusion. 13-00 donc, les grenobloises ne ramènent rien de ce périple pyrénéen. Décidément, cette équipe de Tarbes et son jeu basé sur le combat, ne réussit pas bien du tout aux grenobloises. L’an passé et deux ans en arrière déjà, le Stado avait causé des frayeurs aux iséroises en quart de finale du challenge Armelle Auclair. Elles sont passées à l’acte désormais. Sous une pluie malvenue, les grenobloises n’ont pas réussi à s’extirper du piège tarbais. Emmanuel Pellorce, le coach grenoblois, ne se cherche pas d’excuses: «La météo ne nous a pas aidés, c’est certain, mais on le savait. Ce match ressemblait vraiment au quart de finale de la saison passée que nous avions failli perdre. Nous n’avons pas trouvé la solution cette fois-ci. Elles ont bien récité leur partition avec du jeu au pied, des ballons portés. On s’y attendait mais nous n’avons pas réussi à faire au moins aussi bien qu’elles.» Ce revers chez le dernier de la poule, qui ne comptait qu’un seul bonus défensif dans la musette, est une sacré déconvenue, l’énorme surprise de cette dixième journée du championnat. A moins qu’Emmanuel Pellorce, n’ait entraperçu quelques signes annonciateurs? «Non honnêtement, on allait là-bas pour gagner. Nous n’avons pas mis les bons ingrédients. Certes, nous comptions des blessées (Ndlr Gros, Maran, Ricci, Chambon, Brozda) par rapport au match de Bobigny mais nous espérions vraiment prendre quatre points pour se détacher et passer Noël au chaud. Il nous reste toujours 4 unités d’avance sur Bordeaux mais ce sont des points de perdus. Contre Bobigny nous aurions pu en prendre 4 et n’en prenons même pas un. On en perd contre Bordeaux et puis Tarbes. C’est dommage car notre matelas aurait dû être plus confortable.»
Un coup d’arrêt qui ne remet pas tout en cause? Emmanuel Pellorce a le sens de la formule et des exigences: «Ça ne remet pas tout en cause mais il faut se remettre en cause, en commençant par nous, le staff et moi, car nous n’avons peut-être pas assez préparé les filles à être présentes dans le combat. Les tarbaises étaient plus prêtes que nous.» Et l’ancien berjallien d’évoquer les solutions pour rebondir: «Cela va passer comme toujours par le travail mais aussi une dose de psychologie car les filles ont pris un coup sur la tête. Nous aurons cet épisode de Toulouse à passer, puis les fêtes, et ensuite trois mois pour préparer la fin de saison qui sera capitale. J’espère que l’on pourra récupérer toutes nos blessées pour atteindre notre objectif de maintien, dans le meilleur des cas en finissant quatrième et dans le pire en passant par les play-down.» Il va falloir cravacher. Les quatre premiers adversaires de 2019 seront Lille Villeneuve d’Ascq -qui aura récupéré ses internationales- Toulouse, Bordeaux et Bayonne. Sacré programme. Grenoble a grillé un joker à Tarbes alors trois victoires sur quatre seraient l’idéal.
Pour l’heure, place à Toulouse, un déplacement qui n’est pas fait pour rassurer son monde!

Classement après la dixième journée

EQUIPES PTS J G N P + DIF E+ E- PP PUN BO BD CB

1

Toulouse

44

9

9

0

0

376

26

350

58

4

   

8

0

28

2

AS Bayonne

37

10

8

0

2

351

156

195

56

23

5

0

17

3

Bobigny

33

10

7

0

3

262

134

128

42

19

4

1

13

4

Grenoble

24

9

5

0

4

174

139

35

29

19

   

4

0

4

5

Bordeaux ASPTT

20

10

4

0

6

142

222

-80

22

32

3

1

0

6

Villeneuve d’Ascq

18

10

4

0

6

139

212

-73

19

35

1

1

-2

7

Tarbes

5

10

1

0

9

66

329

-263

7

53

0

1

-15

8

Caen

5

10

1

0

9

53

345

-292

8

56

0

1

-15

L’ogre toulousain!
Celui qui dévore tout sur son passage… Leader incontestable au classement avec 44 points au compteur, soit 9 victoires en 9 journées dont huit bonifiées, 376 points marqués (58 essais), 26 points encaissés (seulement quatre essais). Seconde meilleure attaque du Top 16 et meilleure défense du championnat les deux poules confondues, le Stade Toulousain est avec Montpellier et peut-être Blagnac, ce qui se fait de mieux en France dans le rugby féminin. Ces stats ont de quoi faire trembler. Emmanuel Pellorce le sait: «Toulouse, c’est un niveau bien au-dessus des équipes de la poule, une formation qui passe environ 50 points à tout le monde. Ce n’est pas le meilleur client pour se relancer d’autant plus que nous nous déplacerons diminuées tandis qu’elles devraient aligner leur équipe complète avec toutes leurs internationales. C’est un dernier match à jouer à l’extérieur, le cinquième du bloc, les filles sont fatiguées, ce sera difficile.» Le coach grenoblois ne sa fait guère d’illusions sur l’issue finale mais il se déplace avec des objectifs: «Il faudra retrouver nos valeurs avec un groupe conquérant, produire le rugby que nous avons déjà montré, donner le maximum, êtres fières, solidaires, ne pas avoir de regrets et faire honneur au maillot!»
A noter enfin que cette rencontre compte pour la cinquième journée de championnat. Le match avait été reporté pour cause de jeu olympiques de la jeunesse. Toulouse et Grenoble seront les seules équipes sur le pont. Il faudra patienter encore un peu pour attaquer les papillotes ou autres boissons à fines bulles.

Les toulousaines, leader de ce Top 16, évoluent dans une autre dimension. Le FCG ne peut compter sur ce déplacement pour stopper sa mauvaise série mais il se doit une revanche personnelle et surtout retrouver les valeurs de combat chères aux Amazones. A moins que le miracle de Noël n’opère et que les grenobloises ne s’offrent un magnifique cadeau? Celui-ci brillerait alors de mille feux au firmament des exploits made in Grenoble. Alors les Amazones, on tente le coup?

Stade Toulousain-FCG Amazones, Samedi 22 décembre 2018, 16h00, Stade Ernest Wallon, Toulouse

Freedom Fitness