HBC2E-Montluçon : Si proche de l’exploit!

Cette huitième journée du championnat de N2F réservait une très grosse affiche aux spectateurs du gymnase Jean Villar à Echirolles. Le HBC2E, second avec une seule défaite au compteur, recevait le leader invaincu de cette poule 7, Blanzat Sport Montluçon. Les dauphinoises s’inclinent avec les honneurs 27-28.

Une partie qui débute sous les yeux d’une partie de l’effectif du GSMH38, pas encore remis de sa défaite à Strasbourg. Relation de cause à effet ou pas, les défenses prennent le pas sur les attaques dans cette entame.Il faut attendre la sixième minute pour voir l’ouverture du score, l’oeuvre de l’excellente Chantal Okomba, arrière gauche auvergnate, qui aura éclaboussé de son talent ce match. Face à la puissance physique adverse, les dauphinoises opposent leurs attaques rapides et restent au contact (4-7,15’ puis 9-11, 23’). Le chaud public de Jean Vilar pousse derrière ses protégées qui pointent à -4 à la pause, peu en réussite malheureusement lors des jets de 7 mètres ( 2 échecs). 12-16, score au repos.

Le HBC2E est déchaîné au retour des vestiaires. Il recolle à 1 point (16-17,36’) et manque d’égaliser dans la foulée (18-19, 40’). Rien n’est fait. Les iséroises prennent le score pour la première fois du match (20-19,43’). C’est la folie à Jean Vilar. Le mano à mano se poursuit (24-23, 49’). Inès Colella donne deux buts d’avance aux iséroises (25-23,52’) avant que Chantal Okomba ramène les équipes à égalité (25-25, 55’). Le suspense est à son comble. Charlène Servant sort le grand jeu dans les cages. A deux minutes du terme le score est de 27 partout. Estelle Mosca écope de deux minutes. Le HBCEE est mené et va finir ce match en infériorité numérique. Il reste une minute au chrono. Le dernier coup franc de Mathilde Moulin finira dans le mur. Fin du match et défaite d’un but du HBCEE 27-28. Dommage!

Les dauphinoises n’ont pas à rougir de cette défaite. Elles ont un mois et demi pour se reposer. En effet, trêve internationale oblige, la prochaine échéance est fixée au 12 janvier 2019. Les eybino-échirolloises iront du côté de Saint-Genis-Laval pour repartir de l’avant.