#Automobile Nouveau podium pour Panis-Barthez Compétition !

Dès son arrivée mercredi sur le circuit de Portimao, journée dédiée aux essais privés, l’équipe tricolore se montre aux avant-postes en finissant 2 sessions sur 3 tout en haut du tableau. Les deux séances d’essais libres du vendredi et samedi furent, elles, dédiées au peaufinage des réglages en vue des qualifications. Le travail fût récompensé par la seconde place de Will Stevens à seulement 60 centièmes du pole man.

Placé sur la 1ère ligne de départ ce dimanche, Timothé Buret prend un excellent départ et se positionne en pole position dès le 1er virage et ce, pendant les 6 premiers tours. Au restart, suite au 1er FCY, il concède sa place au profit de Pierre Ragues (Duqueine Engineering). Premier retour au box du Montpelliérain au 25ème tour après 45 minutes de course, il ressort toujours derrière la N°29 qui a adopté la même stratégie. Après 1 h de course, Timothé se fait passer par Nasr logiquement car celui-ci a déjà chaussé des pneus neufs. Julien Canal prend alors son relais après 48 tours et suite aux passages au box des autres concurrents la Ligier JS P217 n°23 retrouve sa seconde place. Par la suite, le Monceau réalise un dépassement sur la n°47 pour prendre la pole position qu’il reperdra quelques tours plus tard au profit de Hanson (United Autosports). Julien rentre quelques tours plus tard au box pendant un FCY et ressort à la 3ème position derrière les deux voitures du team United Autosports. Plus tard c’est Jean-Eric Vergne ( G-Drive Racing) qui prend le dessus, Julien Canal est alors relégué à la 4ème place et passe le relais à Will Stevens qui fait ses premiers tours sous safety-car pour la dernière partie de la manche, il reste encore 1h20 de course. Rapidement l’ex-pilote de Formule 1 réussit à dépasser Owen et se lance à l’assaut des deux premiers. A 40 minutes de la fin de course, le Britannique repasse par les stands pour le dernier refuelling et se retrouve en 2nde position derrière Albuquerque (United Autosports) à qui, il n’a eu de cesse de mettre la pression. Après une fin de course haletante, c’est sur la seconde marche que le brillant trio Buret-Canal-Stevens s’est présenté sur le podium !

Olivier Panis – Team-Principal : « Ce second podium est le reflet du travail et du talent de chacun. Cette année l’écurie a passé un vrai step en terme de performance, l’équipe Panis-Barthez Compétition managée par Sarah et Simon Abadie a fait un travail fantastique et tous les ingénieurs et mécaniciens ont su parfaitement gérer toutes les situations et n’ont jamais baissé les bras même dans les moments difficiles de début de saison et après l’immense déception de passer juste à côté de la victoire au Mans. C’est une équipe soudée comme jamais et nos trois pilotes ont été irréprochables toute l’année. L’expertise de Will a été très salvatrice pour l’équipe technique et ses coéquipiers, Julien est un pilote avec qui on peut toujours compter de part son expérience en endurance et Timothé a montré une incroyable maturité et a réalisé de véritables prouesses en piste, tout particulièrement lors de cette finale. Même si les résultats n’ont pas été là en début d’année, nous pouvons affirmer que Panis-Barthez Compétition joue désormais dans la cour des grands et je remercie chacun de son implication. Michelin a fait un travail remarquable et s’est énormément impliqué à nos côtés. Merci à Total qui nous a renouvelé sa confiance, à Ligier pour sa collaboration et à tous nos partenaires pour leur fidélité depuis la création de l’écurie. Un grand merci à notre ambassadeur et ami Fabien Barthez ainsi qu’à Stéphane Dilouya notre associé, pour leur soutien sans faille toute cette saison . Nous partons dans quelques jours dans l’aventure de l’Asian Le Mans Series avec beaucoup de conviction pour bien figurer dans ce championnat et nous nous tournons déjà vers 2019 avec la même passion et engouement pour l’endurance. »
Timothé Buret – – Pilote Ligier JS P217 n°23 : « Après l’excellent travail de l’équipe en amont de la course et la super qualification de Will, je me devais, d’être à la hauteur de la confiance renouvelée par le staff de me faire prendre le départ. J’ai pris mon envol dès les 1ères secondes et forcé le premier virage tout en faisant attention de rester à l’extérieur et de respecter les track limits . C’était périlleux mais j’ai réussi à passer le pole-man et figurer en tête de la course. Cette position pendant plusieurs tours m’a permis , avec un champ de vision libre, de bien prendre mes marques pour la suite de mon relais. J’avais un bon rythme mais pour nous tous, le vent puissant et changeant nous a compliqué la tâche et rendait les voitures très sur-vireuses. N’ayant jamais roulé dans ce type de conditions, j’ai fait quelques petites erreurs permettant , de fait, à mon poursuivant Pierre Ragues de recoller pendant un full course yellow. Je suis heureux d’avoir été félicité par l’équipe pour avoir effectué un run solide avec une telle météo et par la suite le travail en piste de Julien et la rage et l’expérience de Will ont confirmé que nous méritions ce nouveau podium. Le bilan de ma 3ème saison en LMP2 est mitigé et positif. Mitigé , car nous avons montré de belles choses en piste dès le début et que le staff technique a su régulièrement nous donner une voiture avec les bons set-up mais nous n’avons pas été récompensés de notre travail collectif au tableau des résultats. Je ne réalise toujours pas que nous soyons passés à côté de la victoire de la course mythique des 24 Heures du Mans pour un minuscule problème technique qui a anéanti notre course. Mais je repars de cette saison avec la satisfaction d’avoir enfin montré « officiellement » notre niveau sur les deux dernières courses avec ces 2 podiums d’affilée. C’est important pour l’équipe et moi-même de finir sur cette note positive car nous savions que cela devait être une année avec des résultats or la malchance de début de saison ne laissait pas présager de pouvoir nous permettre de marquer les esprits. J’ai tout particulièrement apprécié la cohésion avec mes deux coéquipiers, nos différences ont fait notre force, notre entente était exceptionnelle autant dans les mauvais que dans les bons moments. Je repars grandi de cette aventure humaine et sportive avec toute l’équipe et suis motivé plus que jamais pour continuer ma carrière en endurance. »
CERFrance