#CoupedeFrance Hamadi Touati (AJA Villeneuve) : « Mettre toutes mes qualités au profit du groupe »

À l’occasion du choc des banlieues entre l’Aja Villeneuve et Chassieu-Décines pour le 3e tour de la Coupe de France, le nouveau gardien du club isérois, Hamadi Touati, nous parle de son parcours et de ses ambitions sous ses nouvelles couleurs.

Hamadi, pourquoi as-tu quitté le GF38 ?

Cela fait maintenant trois ans que j’ai quitté le FC Échirolles pour rejoindre le GF38. Aujourd’hui, je quitte le GF38 par manque de temps de jeu tout simplement. Trois saisons avec une quantité de match très faible.

D’autant plus que tu as été blessé l’an passé malgré de bons débuts.

Effectivement, la saison passée avait bien commencé. J’ai effectué une bonne préparation. Je commençais à comprendre ce que le coach attendait de moi, j’étais prêt, tout simplement. Le 10 décembre 2017, je me blesse au genou à l’entraînement (lésion du ménisque) et je dois être opéré dix jours plus tard. Un vrai coup dur pour moi après une saison blanche avec des complications au genou qui ont retardé mon retour. Je pense que cela a joué sur ma place puisque, durant ma convalescence, Brice Maubleu avait pris 4 ou 5 matchs de suspension, ce qui aurait dû être une opportunité pour moi. Comme vous le savez, Nathan Monti monte en tant que deuxième avec l’équipe première et Pape Camara en premier, ce qui me laisse à moi la chance de jouer. Et je suis persuadé que j’aurais pu changer la donne, mais en aucun cas, je ne rejette entièrement la faute sur ma blessure, cela fait partie des aléas du football.

La concurrence était rude au GF38 ?

Tout le monde sait que la concurrence est rude au GF38. Ce n’est pas n’importe quel club, surtout au poste de gardien de but. J’ai eu la chance de faire partie d’une hiérarchie de gardiens avec d’énormes qualités, et je suis heureux d’avoir effectué une partie de ma formation dans ce club.

T’entendais-tu bien avec ton coach ?

Oui, très bien. J’ai beaucoup appris à son côté. Il était toujours derrière nous.

Pourquoi avoir choisi Villeneuve ?

Au tout début, je devais m’engager avec Cluses Scionzier pour rejoindre mon ami Yanis Moussa, mais cela ne s’est pas fait. Ensuite, je voulais effectuer des essais en Tunisie mais je savais que je n’était pas prêt physiquement. Je ne me sentais pas en forme pour le haut niveau. J’ai donc préféré ne pas prendre de risque. Plusieurs coachs de clubs de l’agglomération grenobloise m’ont contacté, et c’est Ali Mendes, l’adjoint de l’AJAV, qui m’a convaincu. Son discours était cohérent et mes coéquipiers m’ont très bien accueilli. Du coup, le choix s’est porté sur Villeneuve.

Quel est l’objectif  de Villeneuve ? La montée ?

L’objectif est clair cette année : c’est la montée ! Villeneuve veut retrouver le niveau ligue et c’est probable, car il y a un bon groupe, très jeune, bourré de qualités.

Et à titre personnel, quelles sont tes ambitions avec ton nouveau club ?

Cette année, je repars de zéro. Villeneuve est une chance pour moi de retrouver du temps de jeu et le plaisir de jouer. D’un point de vue collectif, on souhaite atteindre les objectif du club, prendre match après match, ne pas calculer. D’un point de vue personnel, j’espère assurer une grosse saison en aidant mes coéquipiers et mettre toutes mes qualités au profit du groupe, en commençant dimanche en Coupe de France – si toutefois je suis qualifié ! Normalemen, cela devrait être bon. Je vais profiter de cette saison pour me remettre en forme, travailler, puis aller frapper à d’autres portes.