Kim Rémy, de Grenoble en Asie… à Cheval!

Elle descend de la montagne à cheval? Si ce n’était que ça… Il y a des rêves dans la vie qui sont parfois plus fous que d’autres. Et surtout, il y a des personnes qui vont au bout de leur rêves. Kim Rémy appartient à cette catégorie. A 27 ans, cette passionnée d’équitation va accomplir son rêve d’enfant, traverser l’Europe et l’Asie à cheval. En avant pour un périple d’environ 9 000 kms, une aventure baptisée «Eurasienne».

Le départ est prévu début mai 2019 depuis Eybens. La traversée devrait durer un peu plus d’un an, «peut-être un peu plus ou un peu moins, je ne sais pas trop, il y a souvent des impondérables dans ce genre de voyages» témoigne l’intéressée. Un trajet qui devrait la conduire en Italie, Slovénie, Croatie, Bosnie, Serbie, Bulgarie, Turquie, Iran, Pakistan et Inde. Soit douze pays différents, mais Kim Rémy n’a pas de limites: «Je rêverais d’aller au Bhoutan et de continuer jusqu’au Vietnam, le pays de ma maman, mais je ferai le point pour voir dans quel état je serai une fois arrivée en Inde.»

kim-remy-2

Un périple «pour faire voyager les autres» mais aussi pour se faire plaisir, «l’envie de réaliser mon rêve et retrouver mes racines puisque je possède du sang asiatique» dixit Kim Rémy. La jeune grenobloise revient sur les objectifs de cette aventure, et ils sont nombreux: «Suivre ses rêves d’enfants jusqu’au bout, s’ouvrir au monde, découvrir d’autres manières de vivre et de nouvelles choses, réaliser un voyage écologique, prendre le temps, combattre ses peurs, suivre sa propre route, écouter les conseils des autres tout en étant conscient que nous sommes les seuls responsables des décisions que nous prenons et enfin, apprécier la vie simplement.»

Pour partager avec le plus grand nombre, une chaîne youtube devrait être créée par l’aventurière, qui compte bien aussi faire vivre son expérience dès son retour. Cela passera par des rencontres et des conférences mais aussi des projets d’écriture ou encore la réalisation de documentaires.

kim-remy-3

Un si long périple, forcément ça coûte cher. A commencer par l’alimentation, parce qu’il y aura forcément des bouches à nourrir. Celle par exemple de sa fidèle jument de 5 ans Éclair, rebaptisée Cheyenne pour l’occasion, «un nouveau nom pour une nouvelle vie et en plus un prénom que j’ai failli porter» explique la jeune femme. Il est prévu que ce cheval aux origines camarguaises de 350 kgs environ et d’1m45 au garrot «parcourt environ 20 kms par jour selon le terrain plus ou moins accidenté.» Cheyenne ne fera pas l’impasse sur sa nourriture et devra avoir sa dose quotidienne de fourrage, environ une demi-botte de foin par jour. Elle mangera donc de l’herbe le matin et le soir ainsi que du foin dans les fermes rencontrées.

kim-remy-b-cheyenne

La dauphinoise devrait donc solliciter de «grosses entreprises pour assurer un suivi logistique» mais elle a encore besoin de matériel et de dons pour boucler la boucle: «J’ai économisé depuis que je suis toute petite pour cette aventure. J’ai organisé ma vie en fonction de cela. Malheureusement, il me manque un peu d’argent pour finaliser mon budget. Je fais appel à la générosité des gens pour m’aider à réaliser mon rêve.» A ces fins, une cagnotte est mise en place sur un site de don en ligne (voir plus bas).

L’aventurière revient sur son fidèle compagnon de route et nous aide à faire plus ample connaissance: «C’est un petit cheval au caractère bien trempé, robuste, agile et résistant aux températures extrêmes qui ne consomme que très peu d’énergie. Cheyenne est une jument déterminée, opportuniste, curieuse qui a besoin d’être guidée. Elle a un rythme de marche rapide et elle aime apprendre.» Autant de qualités qui ne seront pas de trop pour mener Kim Rémy à bon port.

kim-remy-4

Et Éclair/Cheyenne a de quoi être reconnaissante envers sa «maîtresse». La jeune femme nous raconte son histoire: «J’ai acheté Cheyenne il y a 2 ans à un marchand boucher-charcutier à Faramans (Isère). Si je ne l’avais pas acquis dans les 2 semaines après notre rencontre, Cheyenne serait partie en boucherie.» S’en suit une période importante de découverte réciproque: «Il a fallu débourrer le cheval, à savoir le dresser à ma façon, sans aucun filet, et sans selle, ce fut une première pour moi. De plus, elle a été maltraitée donc elle devait reprendre confiance en l’humain. Ce travail indispensable pour toutes les deux nous a permis d’évoluer et de nous préparer au voyage. Il faut savoir que le cheval est notre miroir et il ne laisse rien passer. Il nous oblige à être intègre et ne pas avoir peur, sinon aucun travail fiable ni relation de confiance n’est possible.»

kim-remy-bbbbbb

Et de la confiance, il en faudra aux aventuriers, car ce long périple ne sera pas un long fleuve tranquille, Kim Rémy le sait très bien: «Les difficultés seront la faim, la soif, les imprévus, l’activité physique, le passage des frontières (visa), les animaux sauvages (ours, loups, lynx), les hommes, trouver des points d’eau, ne pas se perdre…» En souhaitant bien évidemment qu’il n’y ait rien de tout ça mais l’aventure, c’est l’aventure…

Pour se déplacer avec tout le matériel nécessaire, la jeune fille est actuellement en quête d’un cheval de bat (cheval islandais). Ils seront donc trois à tenter l’aventure, même quatre puisque la fidèle et indispensable chienne Gaia sera aussi de la partie, «sans elle pas de voyage» nous glisse Kim Rémy, et jusqu’à cinq les deux premiers mois, «mon conjoint m’accompagnera au début, histoire de me mettre le pied à l’étrier et ensuite je continuerai seule» confie l’aventurière dauphinoise.

kim-remy-bbb

Kim Rémy compte évidemment sur la présence de ses chevaux pour faciliter le contact et l’accueil convivial des locaux. Sinon, elle s’en ira dormir «dans la nature avec une tente ou un hamac, avec parfois quelques étapes dans des gîtes équestres.» Pour la nourriture, un point ravitaillement est prévu chaque semaine dans les petits villages. Chevaux obligent, les grandes villes seront prescrites.

«J’irai au bout de mes rêves…» Un titre de chanson qui sied parfaitement à la grenobloise. Oui, tout au bout de ses rêves… Avant de souhaiter un bon voyage à Kim Rémy, il reste huit mois à l’aventurière pour ficeler son voyage. Ensuite, l’heure de la grande grande aventure pourra débuter…

Pour plus d’informations: https://www.facebook.com/KimREMYEurasienne/
Vous souhaitez contribuer financièrement à l’aventure, cliquez ici: https://www.leetchi.com/c/leurasienne-voyage-a-cheval
Pour rendre les dons moins coûteux à ses généreux contribuables, la jeune fille, qui fait preuve de suite dans les idées, devrait se monter en association prochainement. Une partie du don permettrait ainsi une déduction fiscale.

kim-remy-5

LSD vous fera découvrir prochainement en vidéo l’héroïne de cette traversée gigantesque, avec ses deux compagnons à quatre pattes. Nous suivrons également leur périple et vous donnerons régulièrement de leurs nouvelles.

Crédit Photos: Flavien STAUB et Yannis KEBBATI

CERFrance