Antoine Gros, ex Besançon, rejoint le GSMHGUC!

Le club dauphinois avait promis sept arrivées. Antoine Gros, arrière gauche pouvant évoluer également au poste de demi-centre, est le cinquième renfort du GSMHGUC. Agé de 23 ans, 1,94m sous la toise et 96 kgs sur la balance, le néo isérois sort de quatre années en Proligue avec Besançon. Une belle expérience de la seconde division française qui peut compter dans les moments clés!

Besançon et Antoine Gros, c’est une longue histoire. Avec son bel accent franc-comtois, le néo dauphinois nous la résume: «J’ai débuté dans un village voisin avant de rejoindre le club de Besançon quand j’avais 12 ans. Cela va donc faire un sacré bout de temps que je défends le maillot du Grand Besançon Doubs handball.» Une période qui lui aura permis également de participer à des stages avec l’équipe nationale jeune.
Malheureusement pour lui, ce bail avec son club de cœur, s’est terminé en queue de poisson, par une relégation en N1: «Mon départ n’est pas lié à cette descente. J’ai rencontré mon président tôt dans la saison pour lui dire que quoiqu’il arrivait, je souhaitais partir. Même si ce n’est pas l’idéal, je m’en vais en ayant tout donné pour permettre à mon club de se maintenir. J’avais besoin de sortir de mon confort, me mettre en danger pour progresser. Bref il était temps de changer d’air.»
Et rejoindre un club sur une trajectoire ascendante?: «Le projet du GSMHGUC est alléchant. Je pense sincèrement que le maintien est envisageable dans ce championnat. La Proligue est ultra homogène avec cinq équipes qui visent la haut et huit autres qui se battent pour le maintien. Les N1 qui montent se renforcent avec des joueurs de D2 ou étrangers, il n’y a plus de petites équipes. On l’a vu cette saison par exemple, Nice et Vernon, les promus, n’ont fait aucun complexe.»
Utilisé la plupart du temps comme arrière gauche en Franche-Comté, c’est dans l’axe, au poste de demi-centre que l’enraîneur Aziz Benkahla compte faire jouer sa nouvelle recrue. Antoine Gros compense donc numériquement le départ d’Ivan Lazic. Avec Marius Randrietseheno, ils auront la charge d’animer le jeu dauphinois, un coéquipier que l’ancien bisontin a déjà croisé du temps de Limoges: «C’est un petit gabarit très vif sur ses appuis. Moi j’ai plutôt un profil différent, cela apporte de la variété, c’est très riche dans un collectif.»
Le coach martinéro-grenoblois nous en dit un peu plus sur son nouveau renfort: «Antoine va apporter une réelle alternative au jeu de Marius. C’est un jeune joueur qui a déjà montré de belles choses en Proligue, un demi avec un beau gabarit capable de shooter de loin. Malgré ses 23 ans, il possède une belle expérience de de cette division, c’est un profil intéressant.»
La halle Pablo Néruda n’est pas inconnu du néo dauphinois: «Nous y avions perdu en coupe de France. J’avais trouvé l’équipe du GSMHGUC courageuse avec une belle mentalité et très accrocheuse en défense. Cela tombe bien, la base arrière, c’est mon point fort.»
Riche de quatre saisons de Proligue, on a demandé à Antoine Gros la clé du maintien dans ce championnat? Sa réponse ressemble à celle de son coéquipier Lucas Verhaeghe: «Il faut être intraitable à domicile.Chose que nous n’avons pas su faire avec Besançon. Le début de saison est primordial. Il faudra surfer sur la dynamique de la montée et bien gérer ses temps faibles en ne se posant pas trop de questions en cas de défaites.»

Défaite, un mot que n’aime pas le GSMHGUC! Avec seulement trois revers dans toute sa saison de N1, Le club martinéro-grenoblois a appris à ne plus perdre. Charge à Antoine Gros et tous les petits nouveaux de contribuer à faire perdurer cette bonne habitude…