#CSBJ Paul Champin : « Bourgoin, un club emblématique du rugby français »

La saison 2018/2019 c’est déjà demain. Le club berjallien poursuit son travail intense de recrutement ciblé avec la signature pour une saison du demi de mêlée Paul Champin, un jeune joueur prometteur. Cette nouvelle recrue confirme la volonté du club du président Henri Guillaume Gueydan de renforcer l’équipe ciel et grenat sur un poste clé. Paul Champin a décidé de se confier à #LSD sur sa signature dans la maison ciel et grenat.

Paul, pouvez-vous vous présenter ? Quel est votre parcours rugbystique ?

Je suis né le 25 mars 1995 à Béziers. Je suis étudiant à la Faculté de Droit de Montpellier en parallèle du sport. J’ai commencé le rugby en 2001 sur les terrains de la Méditerranée. J’ai été ensuite formé au Montpellier Hérault Rugby où j’ai rencontré des personnes d’une grande qualité rugbystique et humaine comme Jean-Philippe Lacoste ou Sébastien Meaume. J’ai été capitaine lors du titre de champions Gaudermen de 2011 au Stade Vélodrome. J’ai vécu six saisons fantastiques qui m’ont permis de m’accomplir et de flirter avec les sélections jeunes. Parallèlement, j’ai intégré le Pôle Espoirs de Béziers au lycée Jean Moulin. À l’arrivée d’un coach sud-africain à Montpellier, il m’a été signifié que ma convention de formation au sein du MHR ne serait pas renouvelée. J’ai eu la chance d’être contacté par Manny Edmonds, alors coach de l’ASBH, à qui je dois mes débuts en professionnel. À mon retour à Béziers, j’ai rencontré un groupe uni avec des anciens, cadres d’un vestiaire joueur et solidaire. S’en sont suivies deux années plus compliquées sur le plan personnel.

Qu’est-ce qui t’a plu dans le discours des entraîneurs de Bourgoin ?

La simplicité. Bourgoin est un club emblématique du rugby français qui a des valeurs profondes ancrées dans les terres froides. Le coach Thubert a d’abord demandé à me rencontrer pour se faire une idée. J’ai découvert un environnement sain et propice au travail. Le témoignage de confiance et le discours simple de Jean-Henri et Fabien m’ont conforté à l’idée de m’engager. En outre, le fait que mon ami Baptiste Phalip se soit engagé a été un facteur supplémentaire dans mon choix. Ma signature a été effective à la fin du mois de mai.

Quelle image as-tu de cette équipe du CSBJ « new look » depuis l’an dernier ?

J’ai une image positive de ce CSBJ puisque le groupe est jeune et encadré par des cadres importants. L’enthousiasme de cette équipe contraste avec le déclin qu’a connu Bourgoin depuis quelques saisons. Le fait que les jeunes joueurs français puissent s’exprimer aux côtés d’étrangers expérimentés est une bonne chose.

Avec la refonte de la fédérale 1, il y aura pratiquement un derby chaque week-end, des matchs toujours plaisants à jouer.

J’ai eu le privilège de jouer des derbys en professionnel et l’engouement des supporters autour de ces matchs est fabuleux. La dimension historique prend le dessus et ce sera important cette année de montrer à nos voisins régionaux que le club est déterminé à faire valoir son passé. Au passage, mon père s’est formé au CS Vienne donc j’espère qu’on pourra les rencontrer cette année.

Enfin à titre personnel quel sera ton objectif cette saison ?

Cette saison, mon objectif sera assez simple : avoir le plus de temps de jeu possible et aider l’équipe à gagner chaque week-end pour nous permettre d’espérer redécouvrir l’étage supérieur.