#PlayoffsFED1 La marche était trop haute pour Vienne face à Lavaur (15-22)

Après leur exploit des huitièmes de finale et l’élimination de l’ogre Cognac-Saint Jean d’Angely, les Ciel et Blanc ont subi chez eux ce dimanche la loi des tarnais de Lavaur (15-22).

Après une première mi-temps serrée, les viennois menaient de neuf points à la pause, grâce la botte de l’impeccable Vernissat (15-06). On se disait que le CSV, de mieux en mieux au fil des minutes notamment en conquête, allait tranquillement resserrer son emprise sur la rencontre, mais dès le retour des vestiaires, le match allait totalement changer d’âme. Les tarnais marquaient le seul essai du match d’entrée (42ème), grâce à leur très costaud numéro huit Sandrick Macciotta. Le pied de leur buteur Queheille faisait le reste et les vauréens -très bonne équipe sans faiblesse- dominaient cette deuxième période de la tête et des épaules face à des Ciel et Blanc visiblement émoussés et orphelins de leurs absents (Guillot et Durand). La double confrontation face à Cognac-Saint Jean avait visiblement laissé des traces. On regrettera longtemps l’essai refusé aux viennois trois minutes après la sirène, pour un en-avant, car il aurait pu leur donner la victoire. Mais au contraire, sur l’action suivante, c’est encore Queheille qui ajoutait trois points dans l’escarcelle tarnaise pour une victoire finale 22-15. Le quart de finale retour, dimanche prochain dans le Tarn sera très compliqué pour des viennois visiblement usés par cette longue saison, d’autant plus que les vauréens sont invaincus cette saison sur leur pelouse. Sauf exploit colossal, le CSV se rapproche de ses vacances. Mais en rugby tout est possible, se diront pour s’encourager les supporter viennois, qui organisent un car pour Lavaur dimanche prochain.