#PlayoffsFED1 Greg Puyo (Vienne) : « une formidable aventure humaine ! »

Les viennois et leur capitaine Greg Puyo, promus cette année en Fédérale Une, ont joué les trouble-fêtes en éliminant Cognac-Saint Jean au tour précédent. Il leur faut maintenant surmonter un autre obstacle imposant pour voir les demi-finales, l’équipe tarnaise de Lavaur. Première manche ce dimanche au stade Jean Etcheberry.

 

Pour le capitaine Ciel et Blanc, il ne faut surtout pas imaginer que Lavaur sera plus facile à prendre que Cognac-Saint Jean : « Ce serait une énorme erreur, c’est une très belle formation, demi-finaliste l’an dernier, et surtout une vraie équipe de rugby par rapport à nos adversaires du tour précédent. On les a vu à la vidéo, c’est vraiment fort, avec beaucoup de cohésion, ça pue le rugby ! Il avait fallu une formation comme Rouen pour les faire tomber l’an dernier, cela pose le niveau de cette équipe tarnaise ».

Côté viennois, des bobos et des absents

Au CSV, la double confrontation face aux charentais au tour précédent a laissé des traces. Jérémy Guillot, énorme dimanche dernier, a écopé d’un carton rouge, et si la sanction n’est pas encore tombée, il faudra s’en passer au moins ce dimanche, le pilier Corentin Durand souffre d’une déchirure au pectoral et sera en tribune, des joueurs espoirs vont donc monter d’un cran pour faire le nombre, et la composition viennoise n’est pas encore arrêtée, en raisons d’incertitudes persistantes (voir plus bas). « On est bien dans nos têtes à la veille de ce quart de finale » explique Greg Puyo « mais physiquement c’est beaucoup plus compliqué. On a laissé des plumes dans la double confrontation du tour précédent, on a fait une semaine très légère on gère comme on peut, la récupération est maintenant primordiale. »

Une aventure humaine extraordinaire

Une chose est sûre, les viennois joueront sans pression avec cet état d’esprit particulier qui les caractérise cette saison. « On a peut être souvent manqué de constance cette saison, mais on a un vrai groupe » poursuit le capitaine du CSV, qui en a pourtant connu bien d’autres. « C’est vraiment cool de vivre avec ce groupe là, c’est une formidable aventure humaine et pour moi ça restera une saison à part, je ne m’attendais pas à ça. Vivre avec un tel groupe ou la décontraction prime, tout en étant capable d’afficher ce niveau de jeu sur le terrain, c’est étonnant. Humainement et sportivement, c’est une saison que je n’oublierai jamais, quelque soit notre avenir dans ces phases finales. »

Greg Puyo sera encore viennois l’an prochain !

Une aventure humaine qui a même convaincu le capitaine Ciel et Blanc de reculer d’une saison l’heure de la retraite ! « Ce n’était pas prévu, mais avec ce qu’on vit en ce moment, on n’a pas envie d’arrêter ! C’est comme notre équipe finalement, elle n’a pas envie de mourir dans ces phases finales ! Rien que pour un garçon comme Christian Short, ce qu’il donne au CSV à presque trente-neuf ans, on se doit de continuer pour retarder l’heure de sa retraite ! Dimanche, il faut gagner, sans trop réfléchir, sans penser aux absents, et s’envoyer comme des dingues, on aura le temps de voir ce qui se passe ensuite. »

Le XV de départ :

Jgenti – Bobryk– Pivot

Short – Louchard

C.A Massot– Lebas– Burat

Camberabero – Petelat

Mollard– Puyo (cap) – V. Massot – Faure

Vernissat

Remplaçants : Reynaud, Crozat, Moestus, Chevrier, Cote, Frechet ou Clement, Trautmann, Greff ou Ogier

 

Le quart de finale aller CS Vienne/Lavaur  est à vivre en #LiveRadio sur LSD dimanche dès 14h50.

(Crédit photo : CS Vienne)