FBBP01-GF38: Emmenez-nous en Ligue 2!

Première manche à l’avantage du GF38, deux buts à un. Grenoble, désespéré après son revers face à Sannois, a retrouvé ses vertus au meilleur moment. Un cœur énorme et un état d’esprit irréprochable quatre-vingt-dix minutes durant et voici les coéquipiers de Steven Pinto Borges en léger ballottage favorable pour accéder à la L2. Léger malheureusement, car ce but encaissé laisse de l’espoir aux joueurs de l’Ain. Le dernier match de la saison s’annonce donc des plus stressants. Les grenoblois ont entrouvert les portes de la L2. A eux maintenant de les enfoncer!!!

Le Stade Des Alpes sonne creux, même pas peur!
L’écrin grenoblois, balayé par des trombes d’eau, faisait grise mine ce mardi soir. Aucun supporter pour acclamer le bijou de Florian Sotoca, encore de tous les bons coups face à Bourg. L’ancien montpelliérain, à la réception d’un caviar d’Eric Vandenabeele, venait de lancer son équipe sur de bons rails. Et la suite ne fera que confirmer ce bon début. Les partenaires de Maxime Spano répondent présents dans le combat. On sent que l’envie est là, mais pas que, les grenoblois, font preuve d’intelligence dans le jeu. Au vu des conditions météos, le GF 38 limite les risques et privilégie un jeu vertical. Le club alpin a les opportunités pour breaker mais pêche dans la finition. Bref, on s’achemine vers un score logique de 1-0 à la pause. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…Sauf que Julien Bègue, au pire des moments, joue un bien vilain tour à son club formateur. Tout démarre d’une touche proche des 22 m burgiens. L’action est limpide, certes, avec du jeu en mouvement, mais surtout les grenoblois se montrent bien naïfs sur le coup, en faisant preuve de trop de «gentillesse». Cette action devant s’arrêter bien avant…Un but à l’extérieur qui laisse «beaucoup d’espoir» au club bressan, dixit l’entraîneur du FBBP01, Hervé Della Maggiore. A contrario, cette réalisation laisse forcément des regrets à son homologue isérois, Olivier Guégan: «C’est un but évitable. Comme la plupart des buts, il fait suite à plusieurs erreurs. Nous devons intervenir bien plus tôt, ensuite Brice glisse un peu au départ. Cette somme de petits détails fait la différence.»
Le spectre de Sannois refait alors surface. Encore plus quand Arsene Elogo échoue sur penalty et pire même quelques instants plus tard, quand le milieu gauche grenoblois voit rouge. Grenoble va finir la rencontre à 10. La pluie qui continue à tomber, le stade qui sonne creux…Bref, le moral est dans les chaussettes. Ça sent le traquenard à plein nez, la défaite rôde. Pourtant, les intentions sont bel et bien grenobloises, mais le GF38 va craquer, les signaux sont trop contraires… Sauf que les protégés du président Rosnoblet ont des vertus. Ne cédant aucun pousse de terrain, le GF38 se remobilise dans l’adversité et va forcer le destin, son destin. Et pied de nez à celui-ci justement, c’est Nicolas Belvito, souvent décrié, qui va libérer les siens, après une belle tête d’Eric Vandenabeele (impliqué sur les deux buts), en se trouvant au bon endroit au bon moment. Victoire 2 buts à 1. Grenoble est en ballottage favorable. Olivier Guégan fait preuve de retenue compréhensible, même s’il a apprécié ce succès: «C’est un bon résultat, l’important était de gagner. Ce but est dommageable mais la victoire était essentielle. Cependant, rien n’est fait, nous n’en sommes qu’à la mi-temps de notre match.» Des propos confortés par le capitaine, exemplaire dans le combat, Steven Pinto Borges: «Chaque match possède sa vérité, tout reste à faire.» Effectivement, le plus dur est à venir. Quand même, après avoir craint le pire, s’imposer en infériorité numérique en loupant un penalty, c’est quand même tout bon pour la confiance, un signe positif et un message fort aux burgiens. Grenoble ne lâchera rien! Olivier Guégan loue évidemment les vertus de son groupe: «Dans l’adversité, les gars savent réagir. C’est un groupe avec beaucoup de caractère qui peut avoir des passages à vide mais l’état d’esprit est toujours positif.»
Une attitude qui n’aura pas échapper aux fidèles supporters grenoblois, qui, avant même le coup de sifflet final, feront raisonner leurs chants aux abords de l’enceinte alpine. S’en suivra une communion «grillagée» avec leurs protégés: «Il n’y a que Grenoble!»

A 90 minutes et quelques du bonheur!
Le GF38 a fait la moitié du chemin. Grenoble ne doit pas perdre 1-0 ni s’incliner avec plus de deux buts d’écart. Un résultat nul ou une victoire forcément et c’est la montée assurée. Grenoble semble si proche mais si loin à la fois. Quatre-vingt-dix minutes, c’est long! Surtout que la formation burgienne possède des armes offensives. On pense notamment à son buteur de poche Julien Bègue et à l’ancien champion de L2 avec Troyes, Yoann Court, «des joueurs à fort potentiels» dixit Olivier Guégan. Et Même si un 0-0 suffit au bonheur grenoblois, le coach dauphinois reste persuadé «qu’il faudra marquer pour passer.» Il s’explique: «Nous allons affronter une équipe blessée, une formation de L2 qui va faire le plein à domicile. Ils seront obligés d’attaquer et je pense que ce sera un match ouvert.» Le son de cloche est identique côté Pinto Borges: «Impossible de jouer le 0-0. Si tu prends un but à la 89′, tu sors.» C’est certain! Et puis le GF38 ne sait pas calculer. La défaite contre Sannois en est la parfaite illustration. On espère que la leçon sera retenue. «Pinto» nous rassure un peu dans ce domaine: «On apprend de nos erreurs.» Il ne faudra surtout pas reproduire le même non match que contre Sannois, ou encore éviter de faire preuve de naïveté comme sur le but de Bègue.
Et comme la meilleure défense reste encore l’attaque, Grenoble devra jouer les coups à fonds «mais pas n’importe comment, en gardant notre équilibre» précise Olivier Guégan. Jouer, tout donner, histoire de ne rien regretter…
Le coach alpin, à l’heure de fouler la pelouse de Verchère donnera les dernières consignes à ses hommes: « Sortir un gros match, répondre présent dans les duels, éviter les erreurs et surtout sanctionner l’adversaire quand l’occasion se présentera.» La bonne alchimie pour monter en L2!

You’ll Never Walk Alone!!!
Des grenoblois qui devront encore faire sans leurs supporters pour ce match crucial. Le parcage visiteur étant fermé. Visiblement, un huis clos au SDA n’est pas suffisant! Les joueurs dauphinois ne devront donc compter que sur eux-mêmes pour s’en sortir, enfin pas réellement. Selim Bengriga, «Pinto» et toute la bande savent qu’ils seront nombreux, les supporters de toute l’agglo, à prier, croiser les doigts, crier, insuffler des ondes positives et à pousser derrière «leur» GF38. Les encouragements et les nombreux messages de soutien parvenus aux joueurs, via le site officiel du GF38, en attestent. Pour l’occasion d’ailleurs, ce match sera retransmis sur les écrans géants du SDA. Rendez-vous est donc donné à tous les supporters dans l’écrin alpin pour porter la formation grenobloise qui, à quelques 160 km de là, jouera son avenir dans le monde professionnel.
Ce dimanche à 18h, le temps va s’arrêter, le cœur de la capitale alpine va battre au ralenti. Le suspense sera maximal…avant, on l’espère, la délivrance et l’explosion de joie attendues par tous.

C’est maintenant. Le GF38 est face à son destin. Plus de séance de rattrapage. Dimanche soir, c’est la lumière ou le maintien en National 1, comme un échec. Non, il ne peut en être ainsi. Grenoble, capitale des Alpes, est aussi une terre de foot. Sa place est au sommet. Alors Brice, Eric, Harouna, Maxime, Fernand, Steven, Jessy, Arsène, Ibrehima, Florian, Lakdar, Papa Demba, Selim, Raphaël, Francis, Julien, Nicolas, Edwin, Nathan, Anthony, Ugo, Bassiri, Nathanël, Alharbi, Corentin, Alexi, Malek, et tout le staff, svp, EMMENEZ-NOUS EN LIGUE 2!

Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01-GF38, Dimanche 27 mai, 18h00, Stade Marcel Verchère, Bourg-en-Bresse