#Fed3 1/32ème retour à Aubagne pour Renage-Rives : 4 points c’est tout

En ce jour de finale de ProD2, le rugby local joue également ses plus chauds moments de l’année. D’Izeaux à Varacieux, tous les clubs isérois encore en lice cet après-midi peuvent enfin profiter des discours des coachs au coeur de l’hiver… Vous voyez le genre de discours? du style : « On se fait chi…sur des terrains de mer… tout l’hiver, c’est pour se permettre de se faire plaisir au printemps ». Si vous avez pratiqué le rugby, vous l’avez forcement entendu…

L’introduction générale étant faite, focus maintenant sur le match des 1/32èmes de finale de fédérale 3 entre Aubagne et Renage-Rives qui nous intéresse (et qui sera diffusé en #LiveRADIO à 15h sur LSD).

Le match aller s’étant soldé par une victoire des sudistes 25-21 au Stade Jean Clade Micoud de Renage, les jaunards n’ont maintenant plus le choix, ils doivent  gagner de 5 points à Aubagne, ou bien l’emporter avec le bonus offensif pour poursuivre l’aventure des phases finales.

Alors prenons pour commencer le pichet à moitié vide. D’une part, aller gagner dans le sud, c’est toujours compliqué. Et nous ne parlons pas ici que de l’ambiance car les joueurs méridionaux ont cette faculté à se transcender chez eux. D’autre part, Aubagne est une belle équipe, point. Complète avec du jeu porté par un demi d’ouverture talentueux et puissante devant. Il faut garder à l’esprit que sans un combat dantesque, revenir avec une valise reste toujours une possibilité

Après… Vous pouvez aussi prendre le pichet à moitié plein… Là encore, les motifs d’espérances existent. Premièrement, Aubagne n’a pas gagné avec le bonus, ce qui laisse une possibilité -certe faible- de s’imposer avec les 5 points terrain et de se qualifier en gagnant, qu’importe le score.
Il y aura aussi la météo, couverte voir pluvieuse, une bon temps de dauphinois qui pourrait redistribuer les cartes, surtout en cas de mistral fort.
Enfin, le score en lui même… 4 points, c’est quoi? C’est moins qu’un essai de Simon Bouet. C’est pas plus que 2 points par mi-temps, ou même 1 point toutes les 20 minutes… Bon, on vous l’accorde, ce dernier argument n’est pas le meilleur mais à le mérite de remettre le fût derrière le bar : Tout reste possible, du moment où l’USRR veut y croire.

31682285_10157437378024899_3892856566369484800_o
L
olo Caster, coach adjoint (photo Julie Morel)

Du coté des coachs, Laurent Caster, un des adjoints de Valery Marzullo, nous livre son sentiment avant ce match crucial : « Pour paraphraser un célèbre proverbe, le rugby a ses raisons que le coeur ne comprend pas. Je veux dire par là que la détermination et l’engagement ne se commandent, pas, ça vient naturellement. C’est lié à une situation, un passé, un passif, un regret ou encore une frustration. Or notre prestation de la semaine dernière regroupe tous ces facteurs. Espérons que cela réveille chez nous cet élan collectif et que chacun rentrera déterminé sur le pré pour donner le maximum et respecter les consignes, ses partenaires, le maillot, le club et les supporters. » Et l’ancien tullinois de conclure avec poésie; «Nous devons Montrer que le mot famille n’est pas qu’un vain mot lancé à la légère…Nous n’irons pas au bagne en simples victimes mais pour nous racheter de nos erreurs… »