Montauban-FCG: Faîtes-le!

La logique a été respectée. Grenoble, troisième de la saison régulière, s’est défait non sans mal du sixième Biarritz. Place désormais à la demi-finale face à Montauban. Une victoire et les portes du Top 14 seront grandes ouvertes. Le FCG peut le faire. Allez!

Un match aux allures de Top 14!
Ce quart de finale face à Biarritz est certainement le plus joli match de la saison à domicile, le plus enlevé. D’autant plus beau que Grenoble gagne à la fin. Franck Corrihons le pense aussi: «Il est vrai que l’engagement était à la hauteur. Oui, c’était un match très âpre où il a fallu augmenter le curseur de l’intensité.» De (beaux) essais, du combat, du suspens, des adieux réussis (pour Nigel Hunt par exemple, à moins que le FCG ne retrouve une dernière fois le SDA?). Bref, l’enjeu n’a pas tué le jeu. Grenoble, comme souvent cette saison, aura encore joué à se faire peur en laissant ses adversaires revenir dans le match. «Le mal récurrent cette année» regrette le manager grenoblois. Franck Corrihons développe: «Nous avons le sentiment de faire le break mais malheureusement nous avons toujours des temps faibles dans la gestion des renvois après la prise du score. Nous n’arrivons pas à remettre la main sur le ballon et nous subissons trop facilement la pression adverse.» Rageant de mener puis de se faire recoller si facilement? «C’est forcément un domaine où l’on devra être plus performant à Montauban» admet Franck Corrihons, les yeux rivés sur la demi-finale dans le Tarn-et-Garonne.

EQUIPES PTS J G N P + DIFF E+ E- PP PUN BO BD CB

1

Perpignan

97

30

20

1

9

919

571

348

105

54

12

3

37

2

Montauban

92

30

20

2

8

679

546

133

70

50

4

4

32

3

Grenoble

88

30

20

1

9

775

667

108

83

64

4

2

28

4

Mont de Marsan

84

30

17

0

13

753

540

213

88

45

5

12

4

24

5

Béziers

84

30

19

1

10

756

670

86

79

72

4

4

2

24

6

Biarritz

80

30

17

0

13

789

694

95

87

72

7

5

20

7

Nevers

69

30

15

0

15

656

580

76

69

56

14

6

3

9

8

Aviron Bayonnais

69

30

14

1

15

732

764

-32

77

90

8

5

6

9

9

Colomiers

69

30

14

1

15

637

678

-41

63

66

7

6

5

9

10

Vannes

62

30

12

0

18

721

739

-18

71

83

6

8

2

11

Aurillac

61

30

13

1

16

641

716

-75

61

77

2

5

1

12

Massy

59

30

13

0

17

633

682

-49

60

73

5

2

5

-1

13

Soyaux Angoulême

59

30

13

1

16

592

661

-69

53

69

4

2

3

-1

14

Carcassonne

53

30

11

0

19

585

767

-182

62

80

4

5

-7

15

Dax

46

30

9

1

20

602

767

-165

62

80

2

6

-14

16

Narbonne

35

30

7

2

21

547

975

-428

62

121

2

1

-25

Programme des demi-finales:
Montauban-FCG
Perpignan-Mont de Marsan
Montauban n’a pas joué ce week-end. Les organismes éprouvés ont pu souffler. C’est un fait. Mais à contrario, cette pause n’a t-elle pas cassé le rythme des montalbanais? Au vu de l’intensité développée par le FCG face à Biarritz, n’est-elle pas finalement un avantage pour les grenoblois? Franck Corrihons estime surtout que cette affiche face à Biarritz était un «bon match de préparation avant les demies.» L’ancien arrière grenoblois détaille: «Montauban, ça va taper plus fort, ça va jouer au ras. Il y aura beaucoup de monde sur les rucks. La conquête sera fondamentale. L’intensité par rapport au quart sera décuplée.» Au FCG de relever le défi vert et noir!

Impossible n’est pas grenoblois!
Cette demi-finale, c’est le match le plus important de la saison. En cas de défaite en finale, il y aura une session de rattrapage à domicile face au treizième de Top 14. Mais là, plus rien, c’est stop ou encore, le vide ou l’excellence. Franck Corrihons le sait mieux que personne: «Dans une saison, il y a des matchs clés. Celui-ci, c’est le match à ne pas perdre. Biarritz faisait aussi partie de cela. Mais j’ai envie de dire tout ça pour ça si nous venions à perdre face à Montauban. Ce serait une immense déception, si près du but!» Non, les grenoblois n’ont pas réalisé cette belle saison pour mourir aux portes de l’élite…
Montauban second au classement aura la chance d’évoluer à domicile. En saison régulière les deux équipes sont restées maître chez elles. Oui mais sur un match tout est possible, forcément! Et si l’on se penche de plus près sur le classement, on remarque que les eux équipes ont le même nombre de victoires. Deux bonus et un match nul supplémentaire expliquent les quatre points de différence entre les deux équipes. Et les bonus en PlayOffs comptent pour du beurre… Grenoble a toutes les raisons d’y croire! Les dauphinois enchaînent les victoires, au contraire de montalbanais qui restent sur une défaite en championnat du côté de Biarritz. Grenoble vient de s’imposer face à BO. Donc Grenoble … «Ce serait trop simple» sourit Franck Corrihons qui argumente son propos: «Prenez Béziers qui était sur une dynamique ascendante face à un Mont-de-Marsan annoncé déclinant. Et pourtant, les montois ont gagné. Le problème de ce sport, c’est qu’il n’y a aucune logique.» Franck Corrihons se méfie particulièrement du second du championnat régulier: «J’ai peur du traquenard. Ce sera un autre contexte que face à Biarritz. Depuis une semaine, c’est toute une ville qui est verte et noire. Nous allons évoluer à quinze contre seize.» Et l’ancien biarrot de nous livrer le facteur x, la clé du succès: «C’est la force de caractère, la rudesse mentale qui fera la différence.»
Malgré l’ampleur de la tâche, le vestiaire isérois est décidé. Franck Corrihons nous traduit l’état d’esprit de ses protégés: «On a senti un groupe heureux et soulagé après Biarritz. Les gars savent qu’ils sont aujourd’hui à 80 minutes du finale, les 80 minutes les plus importantes de la saison. L’énergie est positive. Nous restons sur huit victoires et un nul sur les dix dernières confrontations. Les gars vont tout faire pour réaliser la plus belle prestation possible et prolonger cette série encore longtemps.» Seulement deux matches pour le moment, ça suffirait amplement…
Enfin, nous avons posé la question à Jon Best, ancien grenoblois et acteur averti de ce championnat de ProD2, si le FCG avait une chance. Et on le sait, la capitaine biterrois malheureux face à Mont-de-Marsan, ne connaît pas la langue de bois: «Montauban, c’est de l’expérience et beaucoup de vice. Ce sera un match serré. Si le FCG met de la vitesse dans son jeu il peut le faire.» Oui le FCG peut le faire.

Samedi, c’est quitte ou double. Les dauphinois vont défier seize montalbanais dans un Sapiac plein comme un oeuf. Mais le FCG ne sera pas seul. A quelques 500 km de là, c’est tout le peuple rouge et bleu qui poussera à l’unisson derrière ses protégés. Alors, tout donner, voire plus, pour ne rien regretter. Messieurs les grenoblois, il faut aller la chercher celle-là. Une victoire qui voudrait dire beaucoup…

US Montauban-FCG, Samedi 28 avril, 18h00, Stade de Sapiac, Montauban

Cerfrance - Echirolles