#FED3 : Lucas Lotito (RC Seyssins) : « Il n’y a plus de calculs à faire, il faut qu’on gagne »

A l’approche du dernier match de la saison de Fédérale 3 entre Beaurepaire et Seyssins, Lucas Lotito -troisième ligne centre de Seyssins- a accordé une interview à #LSD. Le jeune joueur de 21 ans évoque sa carrière de rugbyman, son choix de venir jouer à Seyssins et la saison de son club.

Est-ce que tu peux nous raconter ton parcours ?
Je baigne dans le rugby depuis mes 4 ans. J’ai démarré à l’école de rugby de Villard-Bonnot ensuite j’ai joué au rugby club Grésivaudan et en -15 ans j’ai rejoint le FCG. Je suis resté 7 saisons sous les couleurs grenobloises jusqu’en espoirs.

Tu joues actuellement troisième ligne centre avec ton club de Seyssins mais tu n’as pas toujours évolué à ce poste ?
Effectivement, j’ai un parcours un peu spécial. J’ai joué à différents postes. Plus jeune, j’étais  demi d’ouverture et c’est à ce poste que j’ai postulé pour intégrer le FCG. Ensuite j’ai glissé à l’arrière et j’ai également joué au centre. C’est en « crabos » (équivalent de -18 ans) que j’ai effectué ma reconversion au poste de troisième ligne aile. C’est mon coach de l’époque qui m’a conseillé. Il pensait que je serais plus performant et que je pourrais pousser plus loin vers le haut niveau.

Tu entame ta deuxième saison avec Seyssins. Comment s’est passée ton arrivée au club ?
J’avais déjà un contrat de tutorat avec Seyssins quand j’étais en espoirs avec le FCG. Je connaissais des joueurs dont Cyril Brousseau, un ami à moi. Je lui fais un petit coucou au passage. Je connaissais les mecs et j’avais fait quelques matchs amicaux avec eux donc je savais où je mettais les pieds. J’ai rapidement pris mes marques et tous les joueurs ont fait que je me sente bien.

Après deux saisons, tu dois commencer à avoir des responsabilités ?
Aujourd’hui on peut dire que j’ai un peu de responsabilités. J’étais capitaine en début d’année. Pour ces derniers matchs, ça a changé. Notre demi de mêlée, Matthieu Lavigne, qui a plus de bouteille, a pris le relai.s

Seyssins est actuellement avant dernier de fédérale 3 mais le week-end dernier vous avez gagné l’US Renage Rives (4ème au classement). On sent que depuis le début de la phase retour du championnat vous êtes en meilleure forme ?
Je pense qu’on a surtout eu un déclic à la fin du dernier match de la phase aller face à l’US Deux Ponts. Le fait d’arracher la victoire à la dernière minute d’un petit point sur la dernière action, ça nous a servi lors de la deuxième partie de saison. Lors de la première partie on a toujours été sérieux et motivé malgré les défaites. On a fait le dos rond. Il faut savoir qu’on avait une vingtaine de blessés et ça a touché plusieurs joueurs cadres comme Sylvain Amore ou Loick Maldera, Théo Darrier ou par exemple Théo Audinos.

Outre cet aspect psychologique et le retour des blessés, est ce que tu sens une évolution de votre jeu ?
C’est vrai qu’au début notre jeu était beaucoup accès sur des individualités. Nos entraineurs nous l’ont dit et on sait que le rugby est un sport collectif. On comptait trop sur les exploits d’un ou deux joueurs et depuis ce derby face à l’US 2 Ponts, cela a changé. J’espère juste qu’on n’a pas laissé trop de points sur cette phrase aller.

Le groupe est assez jeune. Est-ce que cette jeunesse peut être un handicap ?
Oui, on est jeune, on manque peut-être d’expérience mais sur les derniers matchs on s’est tous envoyés comme des « chiens » pour le pote d’à côté. C’est l’euphorie des fins de match à suspense et l’apport du public qui est toujours derrière nous qui nous transcende. Même si on est jeune, on s’apprécie tous et on vit bien ensemble. On se voit en dehors du terrain. C’est une belle bande de pote.

Vous allez affronter Beaurepaire -dernier du classement-. C’est une équipe que vous avez battu chez vous à l’aller. Ça va être dur de se déplacer chez eux ?
Le mot d’ordre va être la gagne. Beaurepaire ne lâchera rien c’est certain. La preuve, ils ont pris beaucoup de bonus défensif contre « les gros du classement ». C’est une équipe qui ne lâche rien et on sait à quoi s’attendre. On essaye de mobiliser du monde en faisant le maximum pour que nos supporters nous suivent pour ne pas trop être dépaysés à l’extérieur.

Cette fin de saison s’annonce stressante pour essayer de se maintenir en fédéral 3.
Il n’y a plus de calculs à faire, il faut qu’on gagne. Malheureusement on a plus trop notre destin entre nos mains ça dépend des résultats de St Jean et de l’US 2 Ponts. A nous de faire le job et on verra à la fin ce que ça donnera.