#Volley Sanction assouplie pour Salimata Camara (VB Romans)

La commission d’appel de la FFVB a assoupli la sanction de Salimata Camara, la joueuse du VB Romans, victime d’insultes à caractère discriminatoire au cours de la rencontre contre Halluin. Initialement sanctionné de 9 mois ferme, la peine a été baissée à 1 mois ferme et 8 avec sursis. Elle pourra donc jouer lors de la rencontre contre Monaco, prévue le 7 Avril prochain. Le VB Romans a réagi à cette décision par le biais d’un communiqué :

« A la suite de l’appel déposé auprès de la Fédération Française de volley-ball par le club le 26 février dernier, dans le cadre des incidents survenus lors du match de Division Elite féminine le 16 décembre à Halluin, la Commission d’Appel Fédérale s’est réunie le jeudi 15 mars au siège de la FFVB, en présence de Salimata CAMARA, son avocat maître Sahand SABER et M. POUDEVIGNE représentant le club. Après délibération, c’est par un courrier en date du 20 mars que le club a pris acte de la décision de la Commission d’Appel Fédérale, à savoir l’assouplissement de la sanction à l’encontre de notre joueuse de 9 mois de suspension de compétition dont 8 mois avec sursis (contre 3 mois de sursis en première instance). L’appel n’ayant pas été suspensif, la sanction a pris effet à compter de la notification de la décision de première instance en date du 20 février 2018, c’est pourquoi notre joueuse Salimata CAMARA est autorisée à reprendre la compétition au 20 mars. Elle sera à nouveau alignée sur la feuille de match dès le 7 avril prochain pour le déplacement de l’équipe à Monaco. »

La réaction du président du VB Romans, Philippe Galant : 

« Nous accueillons cette décision avec soulagement tant pour Salimata que pour le club qui pourra rejouer dès cette fin de saison avec l’équipe Elite féminine. Par cette notification, nous avons le sentiment que la Fédération française de volley-ball a enfin entendu les circonstances dans lesquelles le match s’est déroulé à Halluin et les manquements quant à la « police du match ». Nous espérons à ce sujet, que notre vœu de mettre une commission de travail mixte (arbitres, dirigeants de clubs, syndicats de joueurs, CIO…) destinée à proposer un processus d’éducation du public de volley-ball et ce avant d’accueillir en 2024 les Jeux Olympiques, sera entendu lors de la prochaine Assemblée Générale de la FFVB en mai prochain. Joueurs, arbitres, dirigeants sont trop fréquemment la cible d’injures de quelque nature qu’elles soient. Oui, les arbitres ne peuvent pas tout voir, ni tout maîtriser. Mais ont-ils l’arsenal réglementaire pour intervenir lors de violences verbales émanant de supporters ou de joueurs ? Les arbitres peuvent-ils suspendre ou interrompre un match de volley qui se déroule dans un tel climat ? Contribuer à l’amélioration de la sécurité et à la préservation de l’intégrité psychique des arbitres et des joueurs préserverait ainsi les valeurs véhiculées par notre sport pour tous. Enfin, nous tenons tout particulièrement à remercier Maître Sahand SABER, avocat au barreau de Paris et la LICRA pour leur soutien précieux et indéfectible depuis le début de cette affaire. »