Nanterre-FCG : Les Amazones, les Amazones sont les meilleures ?

Ce sont les paroles de la traditionnelle chanson qui ponctue les victoires des rugbywomen grenobloises. C’est dire si elles l’ont chantée la saison passée. Pour le plaisir des yeux et des oreilles…même si certaines (on ne citera pas de noms) ne participeront pas à « The Voïce ». 🙂 Les Amazones sont les meilleures ? C’était vrai à 94 % la saison passée, au terme d’un splendide exercice marquée d’une seule défaite en finale de ProD2 contre Bayonne. Cruel ! Faute de réforme du rugby féminin repoussée certainement à l’année prochaine( ?), les Amazones repartent donc encore en seconde division avec la ferme intention de faire mieux que l’an dernier…Un challenge excitant pour les filles du FCG. Début de l’aventure ce dimanche en déplacement à Nanterre, une ancienne connaissance. Flexion, lier, Jeu…Poussez les Amazones, poussez les portes de la première division.

On prend les mêmes et on recommence ?
C’est en partie vrai en ce qui concerne la composition de la poule 1 du challenge Armelle Auclair, qui verra 6 équipes de la version 2016/2017 se retrouver à nouveau cette saison :Nanterre, Rouen Stade Français, Chilly-Mazarin, LOU, FCG. Fini les derbys contre les Coccinelles du GUC reléguées en Fédérale 1 et les matchs à haute tension avec La valette du Var (changement de poule). Rueil Malmaison, promue, et Caen (reléguée de D1) remplacent les « partantes ».
Au rayon des nouveautés, l’effectif et le staff grenoblois connaissent quelques changements. Cristian Spachuk remplace Jo Mac carty. Claudia Gallin récupère la capitanat. Vingt-huit joueuses intègrent l’effectif tandis que seize le quittent.

Le Racing Nanterre opère sa mue
Nanterre est donc une vieille connaissance des grenobloises. Première journée oblige, difficile d’envisager les forces en présence. Coup d’oeil dans le rétroviseur donc. Les confrontations entre ces deux formation se suivent et se ressemblent, quoique… Il y a deux saisons, les Amazones s’étaient imposées 48/3 à domicile et 40/0 à Nanterre. La saison passée, à la même époque (deuxième journée), les Amazones l’avaient emporté à domicile 50/0. Ce fut plus compliqué lors du match retour avec un succès 27/18 en terre francilienne. L’équipe des Hauts-de-Seine ponctue l’exercice précédent à l’avant dernière place de la poule avec trois victoires pour onze défaites. Une septième place qui leur octroie le droit de repartir en seconde division. A la vue de ces données, la première confrontation des Amazones ne devrait pas trop poser de soucis. Emmanuel Pellorce préfère quand même rester prudent : « Nous sommes très méfiants. La saison dernière, chez elles, nous avions été cueillies à froid dès l’entame et avions eu de la peine à nous imposer. » Et prudent, le technicien dauphinois a raison de l’être, car une première journée peut réserver son lot d’incertitude, et l’équipe francilienne a revu ses ambitions à la hausse. « Se donner les moyens de remonter dans l’élite du rugby féminin » peut-on lire sur le site Internet du club de Nanterre. Des propos confirmés par Jérôme Gratzmuller, membre du bureau directeur du Racing Nanterre Rugby féminin : « Notre objectif cette saison, est de finir à l’une des quatre premières places pour accrocher les phases finales. Par la suite, en cas d’une réforme de l’Elite vers un Top 12 ou 16, viser la montée. » Voilà qui a le mérite d’être clair avec des ambitions affirmées dans ce championnat Armelle Auclair. Des objectifs combinés avec la volonté de créer un centre d’entraînement labellisé par la FFR. Assurément, Nanterre souhaite changer de dimensions. Une victoire face aux Amazones serait à coup sur un bon accélérateur. Dans ce but, le club des hauts de Seine a recruté un nouvel entraîneur, Stephane Tisne (entraîneur de l’équipe de France militaire féminine) et s’est activé sur le marché des transferts. Le nouveau coach de Nanterre n’arrive pas les mains vides et emmènent dans ses valises cinq pensionnaires de l’équipe de France militaire féminine. A commencer par une ancienne joueuse de La Valette (tiens tiens…), Stella Mazzei, ainsi que Christelle Dunot, Sandra Aubertin, Pauline Guery et Romane Persin. Citons aussi Maëva Abderemane, ancienne internationale moins de vingt ans en provenance de Bobigny, tout comme la puissante troisième ligne Ariane Van-Ghelue, passée aussi par Bordeaux. Plusieurs arrivées qui ont pour objectif de densifier le pack et rendre l’équipe plus compétitive. Attention donc !
En effet, pour bien lancer sa saison, quoi de mieux que d’accrocher les Amazones à leur tableau de chasse ? Jérome Gratzmuller fait preuve d’humilité : « Nous commençons notre championnat par deux gros morceaux, Grenoble et Caen. De plus, nous comptons beaucoup de blessées dans notre effectif. Notre objectif sera tout de même de bien figurer face à ces formations et de valider le travail sérieux entrevu depuis le début de la préparation. On s’attend à une partie très compliquée où nous aurons fort à faire. »

Bien débuter
Au vu de tous ces éléments, la prudence est donc de mise même si les Amazones partiront sans complexe face à cette équipe et « chercheront à s’imposer en mettant en place notre jeu » dixit le coach dauphinois. L’équipe du FCG n’a pu jouer son seul match amical face à Romagnat, les deux effectifs n’étant pas encore au point. C’est donc sans match référence que les iséroises débuteront ce championnat (à l’inverse de Nanterre qui vient de s’incliner 12/24 face à Rouen ce week-end tandis que les Amazones étaient à Varces pour une journée de cohésion). Mais de l’avis même de « Manu » Pellorce et de Hugo Feasson, préparateur physique des Amazones, « les filles sont en avance par rapport à la saison passée. » L’entraîneur des dauphinoises reconnaît malgré tout « qu’il y a une part d’incertitude, d’inconnu. Je pense aussi que le championnat sera plus serré que l’an passé. On voit qu’il y a beaucoup plus de clubs qui se structurent ou recrutent.» Les Amazones ne sont pas en reste non plus. Elles ont bien entendu l’ambition de progresser. L’augmentation du nombre de séances d’entraînement en témoigne. Au delà de cette part d’incertitude qui fait aussi la beauté du sport, les grenobloises ont du vécu et même si les compteurs sont remis à zéro en ce début de saison, elles pourront s’appuyer sur le magnifique exercice précédent qui les a vu gagner seize matchs sur dix-sept. A choisir finalement, autant inverser l’ordre des défaites ? Pas du goût de l’entraîneur grenoblois dont l’objectif sera de « tout gagner », bien entendu.
Autre paramètre à prendre en compte, les grenobloises devront aussi apprendre à gérer la pression. En effet, elles qui se déplaceront sur toutes les pelouses Armelle Auclair avec la grandissime étiquette de favori dans le dos, doivent forcément s’attendre à des réceptions à la hauteur de leur statut de vice championne de France. Et surtout être prêtes à faire face à des adversaires remontées et surmotivées. Emmanuel Pellorce nous parle de cette étiquette de favori: « Par rapport à notre saison dernière, nous serons certainement plus attendus, mais nous avions déjà une certaine pression l’an passé. Pour autant, nous ne focalisons pas là-dessus. Nous devons jouer notre jeu et toujours rester prudentes et concentrées pour relever les défis que représentent chaque match. »
Les grenobloises ne devront compter que sur elles-mêmes, sur leur qualité de jeu, leur engagement, solidarité,  courage et leur sens du sacrifice…bref, sur tout ce qui fait une Amazone FCG.

Les années se suivent et se ressemblent ? Oui et non. On aimerait tellement que les dauphinoises reproduisent le même parcours que la saison passée en changeant simplement la fin. Claudia Gallin, la nouvelle capitaine des Amazones ne voit qu’une seule solution pour effacer le frustration du « non-match » face à Bayonne en finale du Challenge Armelle Auclair : « Devenir championnes de France . » Défi qui commence dès dimanche en déplacement à Nanterre. La première pierre d’un bel édifice ?

Racing Nanterre-FCG Amazones, Dimanche 24 septembre à 15h00, Stade des bords de Seine, Nanterre

Programme de la première journée
Rueil Malmaison / Caen
Rouen / LOU
Chilly Mazarin / Stade Français
Nanterre / FCG