Et c’est reparti pour une Magnus!

Passée l’euphorie, il est déjà temps de se concentrer sur la Magnus. Les Brûleurs de Loups, vainqueurs vendredi du Match des Champions à Gap, débutent à 15h le championnat avec la réception… de Gap. Une rencontre au sommet pour une saison pleine de promesses. Après le premier titre obtenu avant-hier, les grenoblois visent haut pour les sept prochains mois de compétition. Edo Terglav, l’entraîneur des BDL, a prévenu. L’équipe a les moyens d’être compétitive sur tous les tableaux. Avant de voir les isérois en Coupe de France et en Continental Cup, place donc au championnat. Une compétition que les Brûleurs n’ont plus remporté depuis 2009. Et si c’était l’année?

Rappelez-vous, c’était le 26 mars dernier. les grenoblois accueillaient Rouen à Pôle Sud pour la manche décisive de la demi-finale de Magnus. Deux jours plus tôt, Grenoble était passé tout proche de remporter un quatrième match dans la série, synonyme de qualification en finale du championnat. Mais à domicile, les isérois déjouaient, s’inclinaient 0-2, et partaient en vacances avec un goût d’inachevé.

Un peu plus de cinq mois plus tard, les voyants semblent au vert, et ce grâce à un recrutement de qualité. Le club s’est renforcé en conservant ses meilleurs éléments, et en allant chercher des joueurs capables de renverser des montagnes en Magnus. Lors des matchs de préparation, les trois nouveaux Kara-Giroux-Champagne ont rapidement trouvé des automatismes et sont le symbole d’une équipe qui devrait faire le spectacle lors des prochains mois de compétition.

Et pour débuter cette saison, rien de mieux que d’accueillir le champion de France en titre. les gapençais, revanchards après le revers de vendredi, ont connu de leur côté pas mal de bouleversements à l’intersaison. Et ils ne sont pas les seuls, à l’image des Dragons de Rouen, autres candidats naturels au titre. À l’heure des pronostics, les Brûleurs paraissent davantage armés que les habituels cadors de Magnus. Et une saison à 44 matchs permettra aux clubs les mieux structurés de tirer leur épingle du jeu. Mais en play-offs, les cartes seront, comme toujours, rabattues, et c’est aussi cela qui fait le charme du hockey.