Une saison pleine de promesses…

Le club de handball martinéro-grenoblois vient d’enregistrer cinq belles recrues dans sa quête de seconde division. Malgré quelques gros départs, le GSMHGUC semble armé pour rejoindre la Poligue, avec un cru 2017/2018 qui a tout pour être un excellent millésime. Comme il n’est jamais trop tôt pour bien faire, Aziz Benkhala a donné rendez-vous à ses hommes ce mercredi 26 juillet pour débuter la phase de préparation estivale…qui doit amener dans dix mois le GSMHGUC à la consécration.

Ils partent
Cinq joueurs importants tentent une nouvelle aventure. W.Bensemra retrouve sa région natale en signant à Martigues. Q.Mouret rejoint le club de St-Etienne. N.Nesovanovic s’exporte à Belfort tandis que Diam Ly file dans la région lyonnaise pour ses études. Enfin, N.Bouchenifta signe dans le nord Isère, à Bourgoin.

Ils rejoignent le GSMHGUC
Ces départs sont compensés par des recrues avec un joli pédigré. Dans l’ordre d’arrivée : Marius Randriantseheno, Yoan randy, Jérémy Archier, Ryadh Souid et Yoann Magouré. Le GSMHGUC a ciblé des joueurs véloces et très physiques, dimension qui faisait défaut la saison passée. Outre leurs mensurations impressionnantes (Souid, Randy et Magouré dépassent les 100 kgs et tutoient des deux mètres), toutes les recrues ont joué ou côtoyé les échelons supérieurs. Charge à elles d’apporter leur expérience et de la densité physique au groupe rouge et blanc. De l’impact physique associé à la fougue et la vitesse de la jeunesse du GSMHGUC, cela risque de faire mal, très mal !

Pour compléter l’effectif et promouvoir la formation interne, Aziz Benkhala intégrera un jeune talent de l’équipe réserve qui fera ses premiers pas en en équipe première, Didier Zinga.

gsmhguc-didier-zinga

« C’est un jeune ailier avec beaucoup de potentiel. On essaiera de l’amener petit à petit vers le haut niveau pour qu’il intègre notre projet de jeu et soit prêt à rendre service à l’équipe » nous confie l’entraîneur alpin. Âgé de 20 ans (17/02/1997), Didier Zinga évoluait auparavant en N3 dans le club francilien de Marolles-en-Brie Handball (94). Le garçon est ravi de cette promotion interne et il ne s’en cache pas : « C’est une fierté pour moi d’intégrer l’effectif de Nationale 1. Je viens de Prénationale et j’ai besoin de beaucoup progresser. Je vais évoluer auprès de supers joueurs, Samy Bendjaballah et Hakim malek, pour ne citer qu’eux, des garçons avec beaucoup d’expérience auprès desquels je vais forcément beaucoup apprendre. J’attendais ça depuis très longtemps. Je suis venu à Grenoble avec cet objectif. C’est une porte qui s’ouvre pour moi, une chance à saisir. »

gsmhguc-didier-zinga-2

L’ex joueur de l’équipe réserve se montre reconnaissant envers l’équipe dirigeante qui lui fait confiance : « Même si mon temps de jeu sera restreint, à chaque apparition sur le terrain, je donnerai mon maximum et j’essaierai d’être à la hauteur de la confiance placée en moi. A moi de montrer ce que je sais faire. J’ai tellement envie que l’équipe atteigne ses objectifs, de faire partie de l’effectif qui fera monter le GSMHGUC en Proligue…ce serait vraiment une immense fierté pour moi. Je ferai tout pour aider l’équipe. »

gsmhguc-didier-zinga-3

Didier Zinga avec l’équipe réserve du GSMHGUC, saison 2016/2017

Avec cette dernière recrue/promotion à l’aile, le GSMHGUC nouvelle version est au complet, prêt à s’envoler vers les sommets !

Le GSMHGUC version 2017-2018
L’effectif rouge et blanc sera composé de 15 joueurs contre 14 la saison passée. Tous chercheront à porter le club dauphinois vers la ProD2. Maxime Aicardi Yvan Clot, David Ampère, Joris Del Negri, Yannis Jourdan, Ivan Lazic, Lucas Limouzin, Akim Malek, Didier Zinga, Samy Bendjaballah, Marius Randriantseheno, Yoan Randy, Jérémy Archier, Ryadh Souid et Yoann Magouré. Le tout emmené par son emblématique entraîneur Aziz Benkhala.

Et maintenant ?
Le plus dur commence. Sur le papier, l’équipe 2017/2018 du GSMHGUC a fière allure et possède les moyens de ses ambitions. A condition que les automatismes se fassent et que la mayonnaise prenne entre les anciens et les nouveaux. C’est un peu le pari de chaque intersaison. En effet, des noms, aussi prestigieux soient-ils ne suffisent pas à faire une belle équipe. Il faut un groupe soudé et combatif, comme l’a été le cru 2016/2017, avec des vertus et de la grinta. On espère évidemment le même état d’esprit la saison prochaine. Sebastien Chabannes se veut rassurant sur la future mentalité du GSMHGUC : « Les recrues, outre leurs compétences handballistiques, ont aussi de grosses qualités humaines. De toute façon quand tu as Samy bendjaballah dans ton équipe, tu ne peux pas tricher. Tu es obligé de défendre chèrement ton maillot. Avec lui et quelques autres comme Joris (Ndlr Del Negri) ou Akim (Ndlr Malek), tu peux partir à la guerre. »
Première étape, la phase de préparation qui débute donc demain, cinq semaines et demi avant la reprise officielle (9 septembre). Ça va transpirer fort côté rouge et blanc avec un programme corsé au menu. De la musculation, du cardio, du hand et des matchs amicaux au programme, six au total dont le premier face à Nice Cavigal, une vieille connaissance promue en Proligue, dans une quinzaine de jours. Objectif de cette phase préparation, être prêt physiquement pour affronter ce championnat marathon. Il faudra tout d’abord se qualifier pour la poule haute au terme de la première phase. A savoir finir premier ou second de la saison régulière et franchir l’obstacle de la difficile poule Est. C’est le minimum syndical demandé au GSMHGUC. Après, ce sera une autre histoire…

En 2017 la ProD2 a été un temps espérée. Avec son recrutement made in Proligue, la saison, prochaine, elle est plus que souhaitée. De l’impact physique, du réalisme offensif, de la fougue, de la vitesse, de grosses vertus défensives, et l’amour du maillot (beaucoup)…Et si 2018 était enfin la bonne année pour le GSMHGUC ?