A la découverte de Harouna Abou Demba : « Apporter ma pierre à l’édifice »

Le National 1, puisqu’il faut l’appeler comme ça, il connaît. Trois saisons à Boulogne et une à Marseille Consolat. 25 ans, 1,78 m, 73 kgs, défenseur, il est une des premières recrues du GF 38. Natif de la région rouennaise (Mont-St-Aignan), « Harou » nous donne rendez-vous au sortir d’une séance d’entraînement. Sous le chaud soleil grenoblois, le néo dauphinois, tout sourire, se dévoile et confie à LSD ses ambitions avec le maillot bleu et blanc. A souligner qu’en plus de défendre les couleurs grenobloises, Harouna a l’honneur de représenter la Mauritanie sur la scène internationale. Un Mourabitoune à Grenoble, ce n’est pas si courant… ça vaut bien une interview. Qui es-tu Harouna Abou Demba ?

Bienvenue à Grenoble Harouna, il fait plus chaud qu’à Marseille ?
Oui on dirait bien (rires). A Marseille il y a un peu de vent. Ici il fait lourd.

Harou, c’est ton surnom ?
Oui, on m’appelle comme ça. Quand j’étais petit c’était Titi. Mais ça c’est une époque révolue.

Harouna, tu es international mauritanien (les Mourabitounes). Les qualifications pour la CAN 2019 se présentent bien ?
Plutôt bien. Pour la première journée, on commence par une victoire contre le Botswana 1 à 0 (Ndlr : le 10/6/2017, groupe I avec le Burkina Faso et l’Angola). C’est un bon résultat qui plus est à l’extérieur.

Cerise sur le gâteau, tu es auteur de la passe décisive ? 
Oui, mais c’est surtout notre attaquant Mohamed Soudani qui fait le boulot. 

Pourquoi avoir choisi Grenoble Harouna ?
C’est le lieu idéal pour progresser et franchir des paliers. L’entraîneur était à la tête d’un club de Ligue 1, il possède de l’expérience et sait de quoi il parle. On retrouve ici les infrastructures d’un club professionnel. Et puis le projet est très intéressant. Je pense que Grenoble peut avoir une trajectoire similaire au Racing Club de Strasbourg en enchaînant les réussites après des années difficiles. Quand les dirigeants m’ont appelé pour venir, je n’ai pas eu à réfléchir bien longtemps.

D’autant plus que tu retrouves un ancien partenaire de Boulogne, Eric Vandenabeele. Il t’a conseillé?
Oui, je lui ai téléphoné pour avoir son avis. Il m’a répondu : « Harou, n’hésite pas, viens. » Connaissant le garçon, j’ai suivi son conseil, et j’en suis ravi.

Tu as aussi évolué quelques mois à Reims. L’occasion de croiser Olivier Guégan?
C’était furtif. 
Olivier était adjoint avec l’équipe professionnelle tandis que moi je jouais avec la réserve. J’avais 20 ans, je quittais Sedan et je suis resté huit mois à Reims. Même si je savais qui il était, lui ne me connaissait pas. C’est drôle de se retrouver à Grenoble.

Comment se passe l’intégration avec tes nouveaux coéquipiers ? L’ambiance est bonne ?
Très bonne. J’arrive dans un groupe qui a gardé la même ossature donc tout le monde se connaît et ça rigole bien. Ils ont été très accueillants avec moi.

Quelles sont tes ambitions en signant au GF 38 ?
Je veux apporter ma pierre à l’édifice et contribuer à la réussite du projet du club. Personnellement, j’ai l’intention de progresser et de continuer à apprendre. J’espère aussi prendre du plaisir sur le terrain et bien sûr enchaîner les bons résultats.

Tu as joué quatre saisons en National 1. C’est un championnat que tu connais bien. Qu’est-ce qui le caractérise ?
C’est un championnat avec beaucoup d’intensité et énormément de duels. C’est une compétition très ouverte. N’importe qui peut battre n’importe qui, le premier comme le dernier.

Quel est le secret pour accrocher les deux premières places ?
Je dirais qu’il y en a deux principaux. En premier lieu, un gros mental. C’est hyper important d’être costaud dans sa tête et savoir réagir en cas de contre- performances. Ensuite, il faut de la grinta, gagner ses duels, marquer son territoire.

Tu joues latéral. Qu’est-ce qui te plait le plus à ce poste ?
J’aime jouer beaucoup de duels et la possibilité de pouvoir défendre et attaquer, faire des allers retours sur mon côté.

Quelle est ta principale qualité ?
En toute modestie, je pense que je suis athlétique et solide dans les duels. Je ne suis pas non plus avare d’efforts.

Il y a un point particulier dans ton jeu à améliorer ?
Bien entendu, je dois améliorer mon niveau technique, à commencer par ma première prise de balle.

Qu’est-ce qui te déplait sur un terrain ?
J’aime le foot. Je joue pour le jeu et je n’aime pas trop quand « ça balance », sans construire. Malheureusement en National 1, il y a des équipes qui ne jouent que comme ça. Il y en a d’autres, par contre, qui proposent du beau football.

gf-38-harou

Tu as un favori pour la montée ?
Je dirais le Paris FC, c’est du lourd en National. Après, pour faire un clin d’œil à mon ancien club, Marseille Consolat est aussi une belle équipe. C’est un club qui m’a fait confiance et que je respecte. Le coach m’a beaucoup appris. Il fait du bon boulot. Ce sera difficile de s’imposer là-bas. Marseille Consolat avec les infrastructures et le mode de fonctionnement du GF, ça peut faire mal. J’espère bien entendu  qu’on se mêlera aussi à la lutte.

Tu as vu le Stade Des Alpes ? Hâte de fouler la pelouse ?
Oui je l’ai vu, il est magnifique. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller sur le terrain mais effectivement, ça donne envie.

Le public grenoblois, tu connais ?
Oui, j’en ai entendu parler, un public de passionnés toujours derrière son équipe. Eric Vandenabelle m’a seulement dit : « Harou, tu verras ». Il ne m’en a pas dit plus, mais seulement fait comprendre que c’était magnifique.

Il peut aussi être exigeant. Une idée pour te faire adopter ?
Gagner ses duels et mouiller le maillot. Même si on n’est pas toujours le meilleur, tout donner sans jamais tricher. J’essaierai de m’en tenir à ça.

Marquer des buts ?
Oui, pourquoi pas? Ce serait une bonne idée.

Tu en as marqué la saison passée ?
Non, aucun.

Tu les as réservés pour le GF ?
Oui, c’est ça, je réserve mes buts pour Grenoble. En espérant que ce ne soit pas des CSC (rires).

Harouna Abou Demba, en bref
Né le 31/12/1991 (25 ans) à Mont St Aignan (76)
1,78m, 73 kgs
Clubs précédents :
Marseille Consolat : 2016/2017
Amiens : 2015/2016
Boulogne : 2012/2015
Reims : Novembre 2011 à juin 2012
Sedan : 2008/2011 (centre de formation)