Alexandre Texier: « Cette draft va donner confiance aux jeunes français »

Samedi 24 juin 2017. Une date que n’oubliera jamais Alexandre Texier. Le jeune grenoblois de 17 ans est choisi par Columbus en 45è position de la Draft, à Chicago. Il devient ainsi le français drafté le plus haut, devant Tim Bozon choisi en 64ème position par Montréal, en 2012. Un peu moins de trois semaines après ce jour historique, l’attaquant isérois n’a pas vraiment changé ses habitudes. Il est revenu à Grenoble, s’entraîne avec Stéphane Gervais pour la saison à venir, et réfléchit avec ses agents à la meilleure destination possible pour la rentrée. 

Certains auraient pris la grosse tête. Mais Alexandre Texier reste ce jeune joueur insouciant, tant apprécié par les supporters grenoblois la saison dernière. Et pourtant, ces dernières semaines l’ont fait changé de dimension. Après avoir été drafté, les médias du monde entier se sont emparés du phénomène. Il faut dire qu’être le premier choix d’un club de NHL en arrivant de Magnus n’est pas banal, cela est même inédit. Alors, les sollicitations se sont multipliées depuis ce 24 juin. « C’est un passage obligé, et cela fait partie de la vie de sportif de haut-niveau. C’est une belle expérience. » Quelques minutes après l’annonce de sa draft, beaucoup ont vu l’isérois répondre aux médias américains, dans un accent quasi parfait. « Je ne suis pas encore bilingue. J’ai encore beaucoup à apprendre. Mais je n’ai pas le choix, tout se fait en anglais en hockey. C’était d’ailleurs le cas à Grenoble. »

À tête reposée, Alexandre estime que cette draft « n’est pas une fin en soi. » Pour lui, cela n’a « pas une grande signification. » Et pour le hockey français? « C’est vrai que c’est important pour la Magnus et les jeunes joueurs du pays. Cela prouve qu’ils peuvent y arriver eux-aussi. Cette draft est une nouvelle preuve que le hockey français est désormais d’un bon niveau. Il y a eu ces Mondiaux à Paris, mais aussi la présence en NHL de Roussel, Bellemare, Auvitu ». Et bientôt Texier? « Être le premier choix de Columbus n’est pas rien. Mais cela ne veut pas dire grand chose. Ils comptent sur moi mais je ne suis pas encore en NHL, je suis un espoir pour eux ».
Reste donc à choisir un club pour la prochaine saison. Dans la soirée du 24 juin, le jeune attaquant précisait qu’un retour en France ne serait pas possible. Le discours a légèrement changé. « La porte n’est pas fermée, mais il y a peu de chances. Si on voit que Grenoble est une bonne option pour moi, nous choisirons Grenoble. Mais pour mon développement, ce n’est pas forcément la meilleure solution. » Pour autant, il n’oublie tout ce que lui a apporté son club formateur. « Je suis plus fort mentalement. Cela m’a montré ce qu’était le haut niveau, de jouer avec des adultes également ».

Et justement, « Tex » jouera-t-il avec des adultes la saison prochaine? Cela dépendra de son choix de club. Il pourrait rejoindre la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Le club du Drakkar de Baie-Comeau s’est d’ailleurs positionné. Mais la Suède et la Finlande sont également des destinations possibles. « La Suède et la Finlande, je connais pour y avoir fait des stages, ce sont des adultes. Le Canada, ce sera des jeunes. Mais pour autant, il est difficile de dire quel championnat est le meilleur. »

Alexandre Texier donnera sa décision dans les prochaines semaines. En attendant, il se prépare à Grenoble, monte régulièrement à la Bastille avec le préparateur physique des BDL, et fait également des exercices de musculation. Il en profite aussi pour se remettre de son opération à l’épaule. Mais il prévient: « Je serai prêt pour la reprise. »