GSMHGUC-VERNOUILLET : Gagner malgré tout!

En concédant une deuxième défaite consécutive dans ces Playoffs face au leader Vernon St-Marcel, 25-31 (la troisième effective et la quatrième au total), le GSMHGUC a certainement dit adieu à ses rêves de ProD2. Mathématiquement, rien n’est fait. Les protégés du président Chabannes conservent un infime espoir qui vaut le coup d’être joué. Il faudrait un sans-fautes sur les quatre derniers matchs en espérant des faux pas des deux premiers. Cela commence dès samedi avec la venue de l’équipe de Vernouillet à Pablo Néruda.

Classement après dix journées (J1 et J2 jouées en phase régulière)

  ÉQUIPES Pts J G Nuls P Buts + Buts – Diff
1 SMV VERNON ST MARCEL 25 10 7 1 2 293 243 50
2 CAVIGAL NICE SPORTS HANDBALL 25 10 7 1 2 320 265 55
3 AMIENS PICARDIE HANDBALL 22 10 4 4 2 298 293 5
4 ANGERS NOYANT HBC 20 10 4 2 4 298 290 8
5 CLUB OMNISPORTS DE VERNOUILLET 19 10 4 1 5 314 357 -43
6 GRENOBLE SMH/GUC 19 10 3 3 4 260 273 -13
7 H.B.C. SEMUR-EN-AUXOIS 15 10 1 3 6 278 308 -30
8 E. STRASBOURG SCHILTIGHEIM ALSACE HANDBALL 15 10 2 1 7 289 321 -32

Le GSMHGUC prend froid
Les handballeurs dauphinois comptaient bien sur la phase retour, avec ses quatre réceptions et ses deux matchs à l’extérieur, pour opérer une remontée au classement. Peine perdue ! En admettant que le GSMHGUC fasse le plein sur les quatre dernières  journées, les handballeurs dauphinois reprendraient huit points à Nice et Vernon. Sachant qu’ils comptent six points de retard et un goal-average négatif par rapport aux leaders, la mission est presque impossible. C’est aussi l’avis de l’entraîneur Aziz Benkhala : « Les carottes sont presque cuites. On ne se fait guère d’illusion, mais on ne sait jamais. Le sport réserve parfois des surprises. » Depuis deux matchs, le GSMHGUC toussote. La machine est grippée. Le coach isérois revient sur les deux dernières sorties de ses hommes. Gentleman, il concède la supériorité de l’équipe de Vernon St-Marcel : « Sur notre dernier match, il n’y a pas photo. Vernon mérite amplement sa victoire, même si le corps arbitral a fait preuve d’incohérence. » Aziz Benkhala a surtout du mal à digérer la précédente défaite à domicile face à l’équipe d’Amiens, 24-29 : « Un revers qui fait très mal. » L’entraîneur alpin ne cherche pas d’excuses mais il regrette la blessure de son capitaine avant le match : « Une entorse qui tombe au mauvais moment. Le plan de jeu et le moral en ont pris un coup. De plus nous sommes tombés sur une équipe amiénoise dont les individualités ont livré une grosse prestation. De notre côté, c’était un samedi noir, rien ne fonctionnait. » Il y a des jours comme ça…

Demain commence aujourd’hui
Même si la montée semble compromise, le GSMHGUC doit repartir de l’avant et s’imposer. « Pour tous les gens qui nous soutiennent » dixit le capitaine emblématique du GSMHGUC, Samy Bendjaballah. C’est aussi l’avis du coach Aziz Benkhala qui voit encore deux autres bonnes raisons de vaincre : « Notre objectif maintenant est de finir à la meilleure position possible au classement et de commencer à préparer la saison prochaine. Pour cela nous devons continuer à nous battre jusqu’au bout. » Ce ne sera pas simple, comme chaque week-end. Vernouillet se déplace à Néruda sans pression. Cette même équipe qui avait infligé sa première défaite lors des Playoffs aux martinéro-grenoblois. Sans parler de revanche, l’entraîneur isérois souhaite gommer cette contre-performance initiale et « rendre la monnaie de sa pièce à Vernouillet, une équipe encore difficile à manœuvrer ».

« Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. » La probabilité est minime mais il faut continuer à y croire. On l’a vu, le GSMHGUC a plusieurs bonnes raisons de s’imposer face à Vernouillet. Encore faudrait-il ne pas oublier une des principales : l’honneur. Perdre deux fois de suite à domicile, cela ne correspond pas du tout au caractère des coéquipiers de Joris Del Negri. Les supporters de Néruda attendent une réaction. Et surtout une victoire. A bon entendeur…

GSMHGUC-Club Omnisports de Vernouillet, Samedi 13 mai à 20h30, Hall Pablo Néruda, Saint-Martin d’Hères