#Honneur : Interview croisé : les deux entraîneurs Michel Bon Giovanni et Frédéric Giovale se confient

A quelques heures de la finale qui conclura la journée des boucliers, les deux entraîneurs, Michel Bon Giovanni, côté Ugine-Albertville et Frédéric Giovale, côté SMS Saint Marcellin se sont confiés sur cette finale et sur leur année à l’aube du match le plus important de leur saison.

Pouvez-vous vous présenter et présenter votre parcours dans le rugby ?
MBG : 
Je suis un homme du SO Ugine Albertville. J’ai quitté le club seulement en Reichel pour aller à Annecy. Je suis revenu au SOUA en 1996 où j’ai joué la montée en Fédérale 1. J’ai arrête de jouer en 2006 avant d’être coach des Juniors, de la réserve puis de la première. 

FG : Je suis un vrai tullinois à la base.  Je suis ensuite allé à Romans où j’ai joué et entraîné. Avant de rejoindre Saint-Marcellin cette année, j’ai entraîné beaucoup de clubs du coin comme La Bièvre, Seyssins ou Voiron.

Vous vous êtes qualifié pour la finale après avoir parfaitement maîtrisé le tour précédent. Pouvez-vous nous parler justement de cette 1/2 finale ?
MBG : 
Lors du match aller, c’est nous qui nous nous sommes compliqué la tâche. On laisse 17 points au pied et si on les rajoute à la fin, ça fait un score large de 34 à 12. Si on avait réussi à concrétiser nos occasions, on aurait plié le match dès l’aller. On a rencontré vraiment une belle équipe du CS Grésivaudan Belledonne mais je pense qu’on était un ton au-dessus lors de cette double confrontation. Notre niveau se hisse chaque week-end. Notre système de jeu et notre condition physique sont en forme. Je pense qu’on mérite largement notre place en finale. 

FG : Le score du match aller est lourd pour eux. S’ils mettent leurs deux penalités avant la mi-temps, on rejoint les vestiaires à 10 à 6 et ça change la donne. C’est une équipe dur à jouer avec de vrais valeurs de combat. L’écart ne reflète pas la physionomie du match. Si le buteur ne passe pas à travers, le match aurait été différent. Sur le match retour, on a joué un beau match de rugby. Le RCM a eu un bel état d’esprit. 

Quelles sont les qualités de votre équipe selon-vous ?
MBG : 
C’est vraiment notre état d’esprit qui fait la différence cette saison. Il faut savoir que cette année à Ugine Albertville, il n’y a pas un joueur qui touche un centime. C’est une équipe de passionnés avec des joueurs du cru.  On a vraiment un bel esprit, on passe un maximum de temps ensemble. Sur le jeu, on a un bon paquet d’avant qui a réussi à faire la différence sur plusieurs rencontres. Notre ligne de 3/4 est aussi un mélange entre jeunesse et expérience. Mon but depuis le début de saison est d’intégrer les jeunes joueurs. Maintenant, on a réussi à avoir 8 joueurs de 20 ans dans l’équipe première, ce qui est considérable. 

FG : On est assez complet à chaque poste. On n’a pas de supers points forts mais on est bon sur toutes les lignes. C’est un groupe de gars qui vit bien. On est plus complet que les autres années. Si on doit changer de fusil d’épaule en cours de match, c’est possible et c’est vraiment bien. On avait le banc mais malheureusement on est miné par les blessures depuis quelques rencontres. Cela doit être le cas dans de nombreuses équipes qui joueront les finales demain. 

Sur cette finale, vous vous attendez à quel genre de match ?
MBG : 
C’est une finale. Normalement quand on la joue, c’est pour la gagner. On va rencontrer une très grosse équipe de Saint-Marcellin. Contrairement à nous, ils ont pas mal de joueurs rémunérés. Aujourd’hui, on va s’appuyer sur le fait que c’est David contre Goliath. On va défendre chèrement notre peau. Notre place en finale, on l’a mérite. Personne ne nous a aidé donc à nous de savoir si on la capacité de la gagner. On ne lâchera rien du tout ! 

FG : Ugine est venu chez nous et avait connu de nombreuses difficultés. Je pense qu’il manquait du monde au SOUA. Au fur et à mesure, ils ont remonté la pente et ils réalisent de gros matchs depuis quelques semaines. Ils arrivent au top pour cette finale. Ce sera un match compliqué contre une équipe physique. Ils possèdent des joueurs d’expériences notamment Bucci qui peut faire des différences. Ce sera un match compliqué, j’ai prévenu mes joueurs. Cela va se jouer sur peu de chose. Ils sont costauds devant et ont réussi à mettre plus de 30 points à Villard Bonnot, ce qui est considérable.

Justement, jouer à Lesdiguières. Ca représente quoi pour vous ?
MBG : 
Ca représente la concrétisation et l’aboutissement d’une saison. C’est la récompense pour tous les sacrifices effectués tout au long de la saison, que ce soit les dirigeants ou les joueurs. Pour nous, c’est la fête pour le SOUA. On y va avec l’état d’esprit de gagner mais aussi récompenser tous les gens qui nous ont suivi cette saison. Ca sera une journée festive pour tout le monde. On va maintenant les remercier. 

FG : Le Stade Lesdiguières a perdu un peu de sa signification car le FCG ne joue plus dans ce stade. Malgré tout, se changer dans les vestiaires du FCG est une fierté. Pour les jeunes, c’est magnifique de jouer dans un stade de Top 14, une enceinte où de grands joueurs ont foulé la pelouse. Il y aura une montée d’adrénaline pour les jeunes joueurs. C’est une véritable récompense pour nous et l’aboutissement de la saison. C’est vraiment la conquête du Graal cette journée.

Après cette finale, il y aura les championnats de France. Quels sont les objectifs ?
MBG : 
Les championnats de France sont vraiment un bonus. Il faudra aller où l’on doit aller et surtout prendre du plaisir. On va jouer complètement libéré sans aucune pression et on verra où cela nous emmène. 

FG : L’année dernière, l’objectif était de récupérer la finale perdue. Si par bonheur, on gagne cette finale des Alpes, on prendra tour après tour. Si les joueurs ont envie, ils peuvent faire une belle aventure. C’est vraiment la cerise sur le gâteau pour prolonger la saison. On joue des matchs secs, si on gagne, on continue l’aventure et les voyages. Si on doit donner un objectif, c’est gagner demain et prendre tout ce qui viendra demain. On peut espérer faire aussi bien que la dernière fois voire plus…